Connect with us

Afrique

Gouvernance Forestière : Échanger pour un meilleur avenir des forêts du Bassin du Congo

Avatar

Publié le

Ils étaient environ 300 participants venus d’Afrique, d’Europe, d’Asie et d’Amérique, pour partager leurs expériences sur les questions qui minet le secteur forestier dans le but de proposer des solutions pour améliorer la gouvernance forestière dans la région.

Du 30 au 31 octobre 2018, la ville de Brazza au Congo a abrité le 1er Forum sur la Gouvernance Forestière (FGF) organisé dans le cadre du projet Voix des Citoyens pour le Changement (CV4C). Cette rencontre régionale visait entre autres à fournir un espace ouvert, libre d’échange et de partage d’informations, d’expériences, des leçons apprises, des idées et des recherches à jour autour de la Gouvernance forestière, des processus APV-FLEGT, de la REDD+, de l’utilisation des terres et d’autres initiatives. Ceci avec pour objectif d’améliorer la gouvernance forestière et la lutte contre l’exploitation illégale, la déforestation et la dégradation des forêts. Mais aussi c’était une occasion pour les acteurs engagés dans la gestion durable d’enclencher et de poursuivre le processus de promotion des projets contribuant à terme à une gestion responsable et pérenne des forêts du bassin du Congo.

Estimant que la forêt fait partie des solutions les moins onéreuses face aux impacts du réchauffe- ment climatique, le représentant de la COMIFAC a souligné l’urgence et la nécessité qu’il y a à gérer durablement les forêts du bassin du Congo et d’ailleurs. Surtout que suite à une publication d’un groupe d’Experts Intergouvernemental d’études sur le climat, il en ressort que la terre est en proie à un processus accéléré du réchauffement climatique, un véritable danger pour la survie des populations et une réelle entrave au développement de notre continent.  Raison pour laquelle il devient impératif de trouver des solutions devant face à ce problème de gouvernance forestière, quand on sait que plusieurs fléaux tels que la corruption entraînent indéniablement d’importantes pertes sur le plan financier dans les pays de la région. « Nous espérons que les leçons tirées à l’issue de ce forum pourront contribuer à l’accélération des processus de lutte contre la mal gouvernance forestière dans le Bassin du Congo », dixit Aurelian Mbzibain, chef du Projet CV4C.

Des recommandations

Il faut relever en effet que le FGF déroulé à Brazza est le 11e d’une série de conférence internationales similaires organisées dans le cadre du projet « Renforcement de la Gouvernance Forestière en Afrique » et le projet EU-CFPR du Centre International pour le Développement et la Formation (CIDT). Au terme de la rencontre de Brazzaville, quelques recommandations ont été formulées, notamment :

  • Le renforcement de l’accompagnement des communautés par les ONG dans la définition et la réalisation des projets d’intérêt communautaire ;
  • Le renforcement des mesures correctives et punitives en cas de non-respect des obligations par les concessionnaires ;
  • La prise en compte de la complexité des rôles liés au genre afin de déterminer le spossibilités d’amélioration de la gouvernance forestière et d’œuvrer pour une plus grande équité ;
  • Le renforcement du cadre juridique relatif au partage des bénéfices issus de l’exploitation forestière en insistant sur le consentement libre, informé et préalable des communautés locales et populations autochtones et la parité homme-femme.

Par ailleurs, la société civile, le secteur privé, les communautés dépendantes des forêts, les peuples autochtones, tout comme les bailleurs de fonds espèrent que ces recommandations influeront les négociations au niveau politique entre les différentes parties. Mais déjà, lesdites recommandations pourraient être proposées au cours de la 18e Réunion des Parties, organisée par le Partenariat des Forêts du Bassin du Congo (PFBC) qui aura lieu en novembre à Bruxelles, en présence de plusieurs chefs d’Etat et des partenaires impliqués dans la Gouvernance forestière dans le Bassin du Congo.

 

NOTE: Dans le but d’élargir son champ d’action, LaminuteInfo s’ouvre au journalisme citoyen. L’objectif de la politique éditoriale est d’essayer  désormais de publier des actualités concernant des événements ou faits objectifs, vérifiables et autant que possible inédits. Si vous avez des informations à partager avec les autres, alors soumettez les pour publication ICI

Afrique

Soudan: nouvelles manifestations à la veille des trois mois de contestation

AFP

Published

on

By

Des Soudanais ont manifesté lundi dans la capitale Khartoum, selon des témoins, afin de poursuivre le mouvement de contestation enclenché le 19 décembre contre le régime du président Omar el-Béchir.

« Liberté, paix, justice », ont scandé des foules de protestataires qui réclament depuis bientôt trois mois le départ de M. Béchir, l’accusant notamment de mauvaise gestion économique.

Ce dernier dirige le pays d’une main de fer depuis son arrivée au pouvoir par un coup d’Etat en 1989.

Lundi, des manifestants ont protesté dans le quartier Bahari, dans le nord de la capitale, et dans la rue 60 à Khartoum, selon des témoins. La police a tiré des gaz lacrymogènes sur les contestataires défilant dans la rue 60, d’après les mêmes sources.

Des étudiants ont également manifesté dans une université d’un quartier huppé de Khartoum, ont rapporté des témoins.

« Qui a tué nos martyrs? », ont clamé les protestataires en se rassemblant dans la rue 60, a indiqué à l’AFP un témoin.

Selon un bilan officiel, 31 personnes sont mortes depuis le 19 décembre. L’ONG Human Rights Watch (HRW) évoque le chiffre d’au moins 51 morts.

Le puissant Service national du renseignement et de la sécurité (NISS) mène la répression et a arrêté depuis décembre des centaines de manifestants, leaders de l’opposition, militants et journalistes, d’après des ONG.

Déclenchées par la décision du gouvernement de tripler le prix du pain, les manifestations sont quasi quotidiennes depuis près de trois mois.

Face à une contestation qui perdure, le président Béchir, 75 ans, a décrété le 22 février l’état d’urgence dans tout le pays. Depuis, les manifestations se sont raréfiées. Il a également instauré des tribunaux d’exception pour juger toute personne ayant violé l’état d’urgence.

« Le nombre de manifestants n’est pas très important ces derniers jours », a déclaré Sawsan Mohamed, 25 ans, qui a été condamné à deux semaines d’emprisonnement par un tribunal d’exception pour avoir participé à un rassemblement à Khartoum.

« Je crois que la violence des forces de sécurité et l’absence de leaders sur le terrain tiennent à l’écart de nombreux protestataires », a-t-il poursuivi.

Les manifestations s’étaient initialement répandues dans tout le pays.

Considérée comme le plus grand défi posé au pouvoir de M. Béchir depuis 30 ans, la contestation a pris ces derniers temps la forme de rassemblements hebdomadaires principalement à Khartoum et dans la ville voisine d’Omdourman.

Le Soudan, amputé des trois quarts de ses réserves de pétrole depuis l’indépendance du Soudan du Sud en 2011, est confronté à une inflation de près de 70% par an et fait face à un grave déficit en devises étrangères.

Lire la suite

Afrique

Accident de train en RDC: 32 morts et 91 blessés

AFP

Published

on

By

Le déraillement d’un train dimanche soir dans le centre-ouest de la République démocratique du Congo a provoqué la mort de 32 personnes et blessé 91 autres, selon un nouveau bilan des autorités lundi.

Parmi les blessés, 18 sont dans un état grave, a indiqué à un correspondant de l’AFP l’administrateur adjoint du territoire de Mweka, Franck Pongo, arrivé lundi matin sur les lieux.

Le train de marchandises a déraillé dans la province du Kasaï, entre Ilebo et Kananga. Il transportait des passagers clandestins, comme souvent dans divers pays d’Afrique sub-saharienne.

L’accident a eu lieu à quelque à 140 km au nord de Kananga, l’une des principales villes des provinces du Kasaï.

« Plusieurs wagons sont tombés dans l’eau à la hauteur du pont sur la rivière Luembe », avait précisé dimanche soir un responsable de la police de la gare ferroviaire de Bena Leka.

« Nous sommes débordés par le nombre des blessés. Nous travaillons en urgences », avait aussi témoigné dimanche le Dr Jean Claude Tshimanga de l’hôpital de Kakenge. Le bilan était alors de 24 morts et 31 blessés.

C’est le troisième accident de train en l’espace d’un mois dans le centre de la RDC. Le mois dernier, un train des passagers avait connu un accident à la gare de Kalenda (Lomami) causant 5 morts.

La société nationale des chemins de fer attribue ces accidents à répétition à l’état vétuste du réseau ferroviaire.

De nombreux accidents ont également lieu sur les embarcations qui naviguent sur le fleuve Congo ou ses affluents.

Lire la suite

Afrique

Burkina Faso: 5 soldats tués dans deux explosions et un prêtre enlevé

AFP

Published

on

By

A nouveau ciblé par les jihadistes, le Burkina Faso a été endeuillé au cours du week-end par la mort de cinq membres des forces de sécurité dans deux explosions à Kompienga, dans l’est du pays, et est sans nouvelles d’un prêtre burkinabè enlevé dimanche près de Djibo dans le nord.

Le Burkina Faso, pays sahélien pauvre, est confronté depuis quatre ans à des attaques de plus en plus fréquentes et meurtrières, attribuées à des groupes jihadistes, dont Ansarul Islam, le Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans (GSIM) et l’Etat islamique au grand Sahara (EIGS).

D’abord concentrées dans le nord du pays, elles ont ensuite visé la capitale et d’autres régions, notamment l’Est. Ces attaques ont fait depuis 2015 plus de 300 morts, selon un comptage de l’AFP.

Dimanche soir, « un véhicule militaire du CGA (Groupement central des armées), a sauté (sur une mine artisanale) dimanche soir dans la zone de Kompienga, tuant trois soldats », a déclaré à l’AFP une source sécuritaire.

Une autre source sécuritaire, jointe à Ouagadougou, a confirmé cette attaque, précisant que « la veille (samedi), un autre véhicule avait aussi sauté sur un engin explosif improvisé lors d’un ratissage ».

« Un gendarme et un militaire ont perdu la vie » lors de cette attaque, a indiqué cet officier, rappelant que « depuis début mars, l’armée mène une opération de sécurisation dans les régions de l’est et du centre ».

Baptisée Otapuanu (coup de foudre, en langue gulmacéma, parlée dans la région de l’Est), cette opération toujours en cours a conduit à « des neutralisations de terroristes et à la destruction de cachettes dans les forêts de la région », a indiqué la même source.

– un prêtre enlevé –

Dans le nord du pays, un prêtre burkinabè a été enlevé dimanche près de Djibo.

« L’abbé Joël Yougbaré, curé de Djibo, parti à Bottogui, hier dimanche 17 mars 2019, pour la messe, n’est pas rentré à Djibo jusqu’à cette heure. L’alerte a été donnée dès hier (dimanche) vers 20h30 (locales et GMT) mais nous restons sans nouvelles », a annoncé lundi l’évêque de Dori, Mgr Laurent Dabiré, dans un communiqué.

« Il a vraisemblablement été enlevé par des individus armés aux environs de Sergosoma, vers 15H00, selon les témoignages des habitants », a indiqué une source sécuritaire jointe par l’AFP.

« Des opérations de ratissage ont été menées » dès l’alerte mais « aucune trace de lui ou de son véhicule » n’ont été retrouvées.

Mi-février, un prêtre espagnol et quatre douaniers avaient été tués dans une attaque jihadiste dans l’est du Burkina, alors qu’au Niger voisin un missionnaire italien a été enlevé dans le Tillaberi en septembre 2018.

Deux enseignants, enlevés début mars sur l’axe Kongoussi-Djibo au Burkina, sont toujours portés disparus.

– Etat d’urgence –

Depuis le 1er janvier, l’état d’urgence a été décrété dans 14 provinces sur 45, accordant des pouvoirs supplémentaires aux forces de sécurité, dont celui de procéder à des perquisitions à domicile, de jour et de nuit.

Le 24 février, l’armée burkinabè a assuré avoir tué une trentaine de « terroristes » lors d’une « opération terrestre et aérienne » contre des groupes jihadistes dans la région de l’est du pays.

Début février, en riposte à une attaque qui avait tué 14 civils dans le nord, l’armée avait mené des raids terrestres et aériens dans trois provinces du nord, au cours desquels elle a affirmé avoir tué 146 jihadistes.

Mais selon le Mouvement burkinabè des droits de l’homme et du peuple, au moins 60 civils ont été exécutés sommairement en février par l’armée lors de ces opérations antiterroristes.

Lire la suite




Derniers articles

Sports9 minutes ago

Deschamps: « Il faut être méfiant » contre la Moldavie

« Il faut être méfiant », car ce n’est « jamais simple » d’affronter une équipe regroupée en défense comme devrait l’être la Moldavie,...

Afrique14 minutes ago

Soudan: nouvelles manifestations à la veille des trois mois de contestation

Des Soudanais ont manifesté lundi dans la capitale Khartoum, selon des témoins, afin de poursuivre le mouvement de contestation enclenché...

Business24 minutes ago

Wall Street monte légèrement, attentiste à la veille d’une réunion de la Fed

Wall Street montait légèrement lundi dans les premiers échanges, adoptant une position attentiste à la veille d’une réunion de la...

Biodiversité30 minutes ago

L’orang-outan star Nénette, à l’étroit, attend sa grande volière extérieure

Nénette, l’orang-outan star, mène une vie tranquille mais à l’étroit dans la singerie du Jardin des plantes à Paris, dans...

Monde30 minutes ago

Brexit: les scénarios

Après le refus du président de la Chambre des communes de soumettre à nouveau au vote des députés l’accord de...

Faits divers30 minutes ago

Un TGV percute des bouteilles de gaz dans l’Ain

Un TGV qui circulait dimanche entre Genève et Paris a percuté deux bouteilles de gaz placées sur les voies dans...

France30 minutes ago

Attentat à la prison de Condé-sur-Sarthe: 5 détenus, soupçonnés de complicité, en garde à vue

Cinq prisonniers de l’établissement pénitentiaire d’Alençon Condé-sur-Sarthe (Orne), soupçonnés de complicité avec le détenu radicalisé qui y a violemment agressé...

Football1 heure ago

Naples: le gardien David Ospina est sorti de l’hôpital

Le gardien de but colombien de Naples, David Ospina, qui s’était écroulé sur le terrain lors du match face à...

Afrique1 heure ago

Accident de train en RDC: 32 morts et 91 blessés

Le déraillement d’un train dimanche soir dans le centre-ouest de la République démocratique du Congo a provoqué la mort de...

Business1 heure ago

Lyft grille la politesse à Uber et veut lever jusqu’à 2,4 milliards de dollars

Lyft, le principal concurrent d’Uber aux Etats-Unis, a grillé la politesse au numéro un de la réservation de voitures avec...

Advertisement

Nous suivre sur facebook