Connect with us

France

Emmanuel Macron “assume” la hausse de la taxation des carburants

Reuters

Publié

le

Le président Français a indiqué qu’il assume la hausse de la taxation des carburants tout en faisant un geste à l’égard des personnes devant se déplacer pour aller travailler.

Emmanuel Macron “assume”, dans des interviews publiées lundi, la hausse de la taxation des carburants tout en faisant un geste à l’égard des personnes devant se déplacer pour aller travailler, dans un contexte de grogne grandissante et à la veille d’un long déplacement dans le Nord et l’Est de la France.

“Je suis particulièrement sensible à la colère de ceux qui doivent se déplacer pour travailler. Ni le gouvernement ni le parlement ne peuvent être sourds à cela”, indique le chef de l’Etat dans un entretien au Courrier Picard, à L’Union et à la Voix du Nord. “C’est pourquoi je souhaite qu’on trouve des solutions innovantes, avec les territoires, pour accompagner cette transformation”.

La région Hauts-de-France “a proposé un aide au transport pour ceux qui ont plus de 30 km par jour de déplacement. J’ai demandé au gouvernement de voir comment nous pouvons accompagner cela”, poursuit-il. “Dans le prochain projet de loi de finances, cette aide sera défiscalisée, afin que les ménages soient accompagnés au quotidien. Je pense que l’on peut faire davantage”, ajoute-t-il, sans donner plus de précisions sur le montant ni sur le nombre de ménages concernés.

La contestation contre l’augmentation des prix des carburants, forte notamment d’une pétition signée par plus de 700.000 personnes, s’est récemment cristallisée autour d’un appel au blocage des routes le 17 novembre prochain.

Les trois quarts des Français (78%) ont dit soutenir ce mouvement, selon un sondage Odoxa-Dentsu Consulting réalisé pour franceinfo et Le Figaro diffusé jeudi.

Par ailleurs, 76% des Français jugent que l’augmentation des taxes sur le carburant et le fioul domestique est une mauvaise chose et 80% d’entre eux estiment que les hausses des taxes sur les produits pétroliers auront un impact élevé sur leur pouvoir d’achat.

“On nous a expliqué pendant des décennies qu’il fallait acheter du diesel et maintenant c’est le contraire. C’est normal que ce soit mal compris”, estime le chef de l’Etat dans un autre entretien aux journaux du groupe Ebra, également publié lundi.

“J’assume parfaitement que la fiscalité due au diesel soit au niveau de celle de l’essence et je préfère la taxation du carburant à la taxation du travail”, poursuit-il. “Ce qu’on sait, c’est que la pollution la plus importante vient de millions de véhicules diesel anciens qui en plus consomment davantage de carburant”.

“Pour accélérer la mutation, nous créons une prime de 1.000 à 2.000 euros y compris sur l’achat d’occasion, pour inciter à aller vers des véhicules moins polluants. Il ne faut diaboliser personne”, ajoute Emmanuel Macron. “Les mêmes qui râlent sur la hausse du carburant réclament aussi qu’on lutte contre la pollution de l’air parce que leurs enfants souffrent de maladies”.

France

Jean-Luc Mélenchon qualifie la journée de mobilisation des « gilets jaunes » de « manipulation des chiffres de participation » et une « dramatisation » de la part du gouvernement

AFP

Published

on

By

Jean-Luc Mélenchon a critiqué samedi, journée de mobilisation des « gilets jaunes », une « manipulation des chiffres de participation » et une « dramatisation » de la part du gouvernement.

« Les Français découvrent par millions la manipulation des chiffres de participation et la dramatisation à laquelle se livre le pouvoir à chaque occasion. Bonne école du mépris pour l’information d’État », a tweeté le député des Bouches-du-Rhône, qui soutient fortement le mouvement contre la hausse des prix des carburants.

« Le gouvernement annonce 2.000 rassemblements et 124.000 participants. Faites le calcul: cela fait une moyenne de 62 personnes par rassemblement. Je vous invite donc à publier toutes vos photos de rassemblements pour montrer le nombre », ajoute-t-il, photos de diverses manifestations de « gilets jaunes » à l’appui.

« Un immense moment d’auto-organisation populaire est en cours. Le peuple a déjà surmonté les obstacles de la diversion et de la dissuasion. Il va découvrir l’obstination du pouvoir », estime-t-il également sur le réseau social.

M. Mélenchon, chef de file des Insoumis, a annoncé en amont qu’il serait présent au côté des manifestants samedi, en un lieu non annoncé, comme plusieurs autres députés LFI.

Lire la suite

France

Manifestation sur la hausse du prix du carburant en France: un mort dans lors de la mobilisation des «gilets jaunes»

Published

on

Une manifestante est décédé et des blessures auraient été signalées ailleurs, alors que des manifestants en colère face à la hausse des prix du carburant perturbent le trafic en France.

La manifestante a été heurtée par un conducteur paniqué qui s’est dirigé vers les manifestants, selon des médias locaux.

Quelque 120 000 « gilets jaunes », ainsi nommés d’après les vestes haute visibilité qu’ils doivent porter dans leurs voitures, se sont rassemblés dans 2 000 endroits.

Ils accusent le président Emmanuel Macron d’avoir abandonné « le petit peuple ».

M. Macron a admis cette semaine qu’il « n’avait pas vraiment réussi à réconcilier les Français avec leurs dirigeants ».

Néanmoins, il a accusé ses adversaires politiques d’avoir détourné le mouvement afin de bloquer son programme de réformes.

Les autorités ont averti que, même si elles n’arrêtaient pas les manifestations, elles ne leur permettraient pas d’immobiliser le réseau routier français.

Que s’est-il passé jusqu’à présent?

La manifestante a été tuée dans la région du sud-est de la Savoie quand un chauffeur qui emmenait sa fille à l’hôpital a paniqué après avoir été bloqué par une cinquantaine de manifestants qui frappaient le toit de son véhicule, selon le journal Le Parisien.

Le conducteur a été placé en garde à vue par la police. Les manifestants en Bretagne, dans le nord-ouest de la France, ont observé une minute de silence pour la victime.

La manifestation « serait un échec » si elle coûtait la vie, a déclaré le ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner, cité par Le Parisien.

« Nous sommes très inquiets. Il est important d’éviter les risques », a-t-il déclaré.

Ailleurs en France, on signale un nombre croissant de blessés. La plupart d’entre eux sont des conducteurs enragés qui tentent de forcer leurs véhicules à passer par des manifestants.

À Arras, dans le nord de la France, un manifestant âgé de 71 ans a été grièvement blessé par une voiture, qui a ensuite dispersé de nouveaux manifestants alors que le chauffeur filait à la vitesse supérieure, a annoncé le journal La Voix du Nord. Le chauffeur a été arrêté par la suite.

Dans la ville de Hazebrouck, dans le nord du pays, deux personnes ont été blessées lorsqu’un chauffeur de camion a monté une chaussée et contraint le véhicule à traverser des manifestants, a fait savoir la Voix du Nord.

Deux autres personnes ont été blessées quand un conducteur bloqué s’est retourné et est entré en collision avec deux véhicules venant en sens inverse près de Besançon, dans l’est du pays, a fait savoir l’Est Républicain.

À Sélestat, près de Strasbourg, un chauffeur a écrasé le pied d’un manifestant, a rapporté le site Internet de la presse régionale DNA.

Dans la ville de Grasse, dans le sud du pays, un policier a été frappé alors qu’il tentait de forcer son véhicule à tenir une manifestation. Le chauffeur a été arrêté, a rapporté Nice-Matin.

La police a utilisé des gaz lacrymogènes pour disperser des manifestants bloquant un pont en Savoie, selon des reportages.

Pourquoi les conducteurs sur le sentier de la guerre?

Le prix du diesel, le carburant le plus utilisé dans les voitures françaises, a augmenté d’environ 23% au cours des 12 derniers mois pour atteindre une moyenne de 1,51 €  le litre, son plus haut niveau depuis le début des années 2000, a rapporté l’AFP.

Les prix mondiaux du pétrole ont augmenté avant de redescendre, mais le gouvernement Macron a augmenté cette année sa taxe sur les hydrocarbures de 7,6 cents le litre sur le diesel et de 3,9 cents l’essence, dans le cadre d’une campagne pour des voitures et du carburant plus propres.

La décision d’imposer une nouvelle augmentation de 6,5 cents sur le diesel et de 2,9 cents sur l’essence le 1er janvier 2019 a été considérée comme la goutte d’eau.

Mercredi, le président a accusé les prix mondiaux du pétrole d’avoir représenté les trois quarts de la hausse des prix. M. Castaner a déclaré que la chute des prix mondiaux du pétrole compenserait l’augmentation des taxes.

Quelle est la taille du mouvement?
Il a un large soutien. Près des trois quarts des personnes interrogées dans le cadre d’un sondage réalisé par l’institut Elabe ont soutenu les gilets jaunes et 70% ont demandé au gouvernement de renverser les hausses de la taxe sur l’essence.

Plus de la moitié des Français qui ont voté pour M. Macron soutiennent les manifestations, a déclaré Vincent Thibault d’Elabe, a déclaré Elabe à l’AFP.

« Les attentes et le mécontentement concernant le pouvoir de dépenser sont assez larges, il ne s’agit pas uniquement de la France rurale ou des classes inférieures », a-t-il déclaré.

Les manifestants ont menacé de bloquer les autoroutes et les routes d’accès à certains dépôts pétroliers, notamment à Calais, près du tunnel sous la Manche, a rapporté l’agence de presse Reuters.

Certains assistent également à des manifestations en jaquette, loin des routes.

Les politiciens de l’opposition sont-ils impliqués?

Ils ont certainement essayé de l’exploiter. La dirigeante d’extrême droite Marine Le Pen, qui a été battue par M. Macron au deuxième tour de l’élection présidentielle, encourage le mouvement sur Twitter.

Elle a déclaré: « Le gouvernement ne devrait pas avoir peur des Français qui viennent exprimer leur révolte et le faire de manière pacifique ».

Laurent Wauquiez, leader des républicains de centre-droit, a appelé le gouvernement Macron à abolir la prochaine augmentation prévue de la taxe carbone sur les carburants fossiles en janvier, afin de compenser la hausse des prix des carburants pour véhicules.

M. Castaner a décrit l’action de samedi comme une « protestation politique avec les républicains derrière elle ». Jean-Luc Mélenchon a prédit que samedi serait « le jour du divorce pour les Français » et le projet Macron.

Cependant, le mouvement n’a pas de leader unique et n’est organisé par aucun syndicat.

Olivier Faure, dirigeant du parti socialiste de gauche, a déclaré que le mouvement était « né en dehors des partis politiques ».

« Les gens veulent que les politiciens les écoutent et répondent. Leur revendication est d’avoir le pouvoir d’achat et la justice financière », a-t-il déclaré.

Y a-t-il de la place pour un compromis?

Mercredi, le gouvernement a annoncé une action visant à aider les familles pauvres à payer leurs factures d’énergie et de transport.

Le Premier ministre Edouard Philippe a annoncé que 5,6 millions de ménages recevraient des subventions énergétiques. Actuellement, 3,6 millions les reçoivent.

Les primes de mise à la casse sur les véhicules polluants seraient également doublées pour les familles les plus pauvres de France, a-t-il déclaré, et des crédits de taxe sur l’essence seraient mis en place pour les personnes qui dépendent de leur voiture pour leur travail.

Cependant, le président Macron a défendu la taxe sur le diesel en déclarant: « Nous devons taxer davantage les combustibles fossiles pour financer nos investissements dans les énergies renouvelables ».

Pendant ce temps, alors que la plus grande manifestation de sa présidence prend de l’ampleur, les manifestants se moquent de lui sous le nom de « Micron » ou « Macaron » (Macaroon) ou simplement Manu, la forme abrégée d’Emmanuel, pour laquelle il a réprimandé un étudiant.

Lire la suite

France

Des Français protestent contre la hausse des prix de l’essence

Published

on

Les conducteurs prévoient de perturber la circulation en France samedi en bloquant les routes, les ponts et les péages dans le cadre d’une manifestation de masse contre la hausse du prix de l’essence.

Surnommés les « gilets jaunes » après les vestes haute visibilité qu’ils utilisent comme symbole, ils doivent se rassembler dans au moins 700 endroits.

Ils accusent le président Emmanuel Macron d’avoir abandonné « le petit peuple ». M. Macron a reconnu cette semaine qu’il « n’avait pas vraiment réussi à réconcilier les Français avec ses dirigeants ».

Néanmoins, il a accusé ses adversaires politiques d’avoir détourné le mouvement afin de bloquer son programme de réformes.

Les autorités ont averti que, même si elles n’arrêtaient pas les manifestations, elles ne leur permettraient pas d’immobiliser le réseau routier français. Pourquoi les conducteurs sur le sentier de la guerre? Le prix du diesel, le carburant le plus utilisé dans les voitures françaises, a augmenté d’environ 23% au cours des 12 derniers mois pour atteindre une moyenne de 1,51 €  le litre, son plus haut niveau depuis le début des années 2000, a rapporté l’AFP.

Les prix mondiaux du pétrole ont augmenté avant de redescendre, mais le gouvernement Macron a augmenté cette année sa taxe sur les hydrocarbures de 7,6 cents le litre sur le diesel et de 3,9 cents l’essence, dans le cadre d’une campagne pour des voitures et du carburant plus propres.

La décision d’imposer une nouvelle augmentation de 6,5 cents sur le diesel et de 2,9 cents sur l’essence le 1er janvier 2019 a été considérée comme la goutte d’eau.

Mercredi, le président a accusé les prix mondiaux du pétrole d’avoir représenté les trois quarts de la hausse des prix. Le ministre de l’Intérieur, Christopher Castaner, a déclaré que la chute des prix mondiaux du pétrole compenserait l’augmentation des taxes.

Selon l’agence de presse AFP, l’infirmier de district Philippe Salmon, qui avait soutenu M. Macron à la présidentielle de l’année dernière, est maintenant un passionné de « gilet jaune » qui se promène dans une voiture jaune en Gironde comme pour prouver son point de vue.

« Le président dit qu’il réduit le travail, mais que se passe-t-il pour tous ceux qui ont besoin d’une voiture pour travailler? » il a demandé plus tôt cette semaine.

M. Salmon, qui affirme ne jamais avoir participé à une manifestation auparavant, prédit que des tracteurs vont bloquer des routes dans la région de Bordeaux samedi.

Les vestes jaunes ont tenté de manifester la semaine dernière lorsque le président Macron a visité la ville d’Albert, dans le nord du pays, et ont été transférées à la police.

Quelle est la taille du mouvement?

La nouvelle de la manifestation s’est tellement répandue sur Facebook et Twitter que de nouveaux points de rassemblement semblent apparaître chaque jour alors que les gens partagent des balises de hachage telles que #GiletsJaunes (Veste Jaune) et # 17novembre.

Les manifestants menacent de bloquer les autoroutes et les routes d’accès à certains dépôts pétroliers, notamment à Calais près du tunnel sous la Manche, a rapporté l’agence de presse Reuters.

Une tactique moins gênante suggérée consiste à recouvrir les radars des sacs poubelles.

Dans le même temps, de nombreux partisans de la protestation avaient l’intention de présenter leur veste haute visibilité.

Selon le journal Le Monde, personne ne peut vraiment dire quelle sera l’ampleur de la manifestation. Toutefois, des groupes de manifestants sont apparus devant les dépôts de carburant dans les régions francophones de Belgique vendredi, en prévision de l’action française.

Les politiciens de l’opposition sont-ils impliqués?

Ils ont certainement essayé de l’exploiter. La dirigeante d’extrême droite Marine Le Pen, qui a été battue par M. Macron au deuxième tour de l’élection présidentielle, encourage le mouvement sur Twitter.

Elle a déclaré: « Le gouvernement ne devrait pas avoir peur des Français qui viennent exprimer leur révolte et le faire de manière pacifique ».

Laurent Wauquiez, leader des républicains de centre-droit, a appelé le gouvernement Macron à abolir la prochaine augmentation prévue de la taxe carbone sur les carburants fossiles en janvier afin de compenser la hausse des prix des carburants pour véhicules.

M. Castaner a décrit l’action de samedi comme une « protestation politique avec les républicains derrière elle ».

Jean-Luc Mélenchon a prédit que samedi serait « le jour du divorce pour les Français » et le projet Macron.

Cependant, le mouvement n’a pas de leader unique et n’est organisé par aucun syndicat. Pour Philippe Salmon, l’infirmier de district capable de travailler 200 km par jour, «les taxes dépassent les différences politiques».

Être un gilet jaune ne l’a pas, dit-il, converti à l’extrême droite ou au populisme. Y a-t-il de la place pour un compromis? Mercredi, le gouvernement a annoncé une action visant à aider les familles pauvres à payer leurs factures d’énergie et de transport.

Le Premier ministre Edouard Philippe a annoncé que 5,6 millions de ménages recevraient des subventions énergétiques.

Actuellement, 3,6 millions les reçoivent. Les primes de mise à la casse sur les véhicules polluants seraient également doublées pour les familles les plus pauvres de France, a-t-il déclaré, et des crédits de taxe sur l’essence seraient mis en place pour les personnes qui travaillent pour leur voiture.

Cependant, le président Macron a défendu la taxe sur le diesel en déclarant: « Nous devons taxer davantage les combustibles fossiles pour financer nos investissements dans les énergies renouvelables ».

Pendant ce temps, alors que la plus grande manifestation de sa présidence prend de l’ampleur, les manifestants se moquent de lui sous le nom de « Micron » ou « Macaron » (Macaroon) ou simplement Manu, la forme abrégée d’Emmanuel, pour laquelle il a réprimandé un étudiant.

 

Lire la suite
Advertisement

Facebook




cinéma

Advertisement
Advertisement