Connect with us

Nigeria

Le Nigeria, un pays jeune pour les hommes âgés

Publié le

Dans notre série de lettres de journalistes africains, le rédacteur en chef du quotidien nigérian Daily Trust, Mannir Dan Ali, explique pourquoi un pays où plus de la moitié de la population a moins de 35 ans cherche à avoir un autre président septuagénaire après les élections de l’an prochain.

Le jour du scrutin, les deux principaux candidats à l’élection présidentielle au Nigéria, le président Muhammadu Buhari et le chef de l’opposition, Atiku Abubakar, auront ensemble 148 ans.

Cela semble loin de l’éclat d’optimisme qui a accompagné l’adoption de la loi « Pas trop jeune pour courir » au parlement en mai, qui a abaissé de 35 à 30 ans l’âge minimum requis pour se porter candidat aux plus hautes fonctions.

En parcourant la liste de plus de 76 candidats, il est vrai que certains sont à la pointe de la jeunesse, comme l’homme d’affaires de 46 ans, Fela Durotoye, le site d’informations en ligne de l’éditeur de Sahara Reporters, Omowale Sowore, et le chroniqueur de journal Tope Fasua. , tous deux âgés de 47 ans.

Mais nous savons tous qu’en février, ce sera un combat entre M. Buhari du parti au pouvoir, le Congrès progressiste (APC), qui aura 76 ans en décembre, et M. Abubakar, le porte-drapeau du Parti démocratique du peuple (PDP), qui aura 72 le mois prochain.

Les anciens réseaux politiques sont trop enracinés et le coût de la candidature à la présidence est trop élevé pour qu’un candidat de l’extérieur des deux principaux partis ait sa chance.

‘Poings pleins de dollars’

Plus de la moitié des électeurs inscrits au Nigéria ont moins de 35 ans et lorsque la campagne «Pas trop jeune pour courir» a été lancée en avril, on espérait qu’elle encouragerait les représentants des peuples à ressembler davantage à la population elle-même.

Selon la commission électorale, des campagnes à part entière commenceront à la mi-novembre.

Les campagnes, comme les précédentes, viseront davantage à créer une atmosphère de carnaval que de débattre de questions clés, telles que le taux élevé de chômage des jeunes ou de l’argent nécessaire pour financer des promesses concernant, par exemple, le développement du Nigeria.

Alors que la vieille garde dominait toujours, la blague qui fait le tour de nos jours tourne autour du fait que vous n’êtes peut-être pas « trop ​​jeune pour courir » mais que vous êtes « trop ​​pauvre pour avoir un impact » – les rumeurs vont bon train lors des primaires du parti, les délégués est parti avec les poings pleins de dollars.

« L’âge apporte la sagesse »

Dans la course pour devenir le candidat de l’APC, le président Buhari était le seul candidat en lice.

L’ancien sénateur Yusuf Datti Baba Ahmed, âgé de 46 ans, s’est présenté comme candidat à la présidence du PDP, mais il n’a obtenu que cinq voix sur les 3 000 délégués.

Les deux principaux candidats auraient pu faire une concession aux jeunes électeurs en choisissant des candidats plus jeunes.

Mais M. Buhari est resté aux côtés du vice-président Yemi Osinbajo, âgé de 61 ans, alors que M. Atiku était parti pour l’ancien gouverneur de l’État d’Anambra, Peter Obi, âgé de 57 ans.

La vérité est que de puissants réseaux de clientélisme se sont développés au fil des ans dans les deux principaux partis et que les courtiers en pouvoir hésitent à prendre des risques avec des candidats plus jeunes et non testés.

Et pourtant, les jeunes risquent leur vie pour défendre le pays, peinent à payer des impôts et cherchent à améliorer leurs compétences pour devenir des citoyens plus productifs.

Peut-être peuvent-ils se réconforter en pensant que l’âge apporte la sagesse – ou que certains pays ont des présidents plus âgés, comme le Cameroun voisin, où Paul Biya, 84 ans, a remporté un septième mandat la semaine dernière et l’Algérie où Abdellaziz Bouteflika, 81 ans, se présente pour un cinquième terme consécutif l’année prochaine.

NOTE: Dans le but d’élargir son champ d’action, LaminuteInfo s’ouvre au journalisme citoyen. L’objectif de la politique éditoriale est d’essayer  désormais de publier des actualités concernant des événements ou faits objectifs, vérifiables et autant que possible inédits. Si vous avez des informations à partager avec les autres, alors soumettez les pour publication ICI

Nigeria

Le Nigéria dit non à l’ingérence étrangère

Le Nigeria rejette l’ingérence étrangère sur le juge en chef suspendue avant le vote de février

Published

on

buhari

Le gouvernement nigérian a déclaré qu’il n’accepterait aucune «ingérence» étrangère après que l’Union européenne, les États-Unis et la Grande-Bretagne aient fait part de leurs préoccupations concernant la suspension la semaine dernière de la plus haute magistrature du Nigeria avant l’élection présidentielle du 16 février.

Le président Muhammadu Buhari, qui cherche un second mandat, a suspendu vendredi le juge en chef, Walter Onnoghen, pour avoir enfreint les règles de déclaration de patrimoine, suscitant des critiques chez lui et à l’étranger.

L’opposition a qualifié ce geste d’acte de dictature et mis fin à sa campagne électorale pendant 72 heures en signe de protestation. L’équipe d’observation électorale de l’UE a déclaré que la suspension d’Onnoghen avait suscité des inquiétudes quant à «l’opportunité d’une justice électorale».

«Le FG [gouvernement fédéral] est déterminé à assurer des élections libres et équitables. Le gouvernement actuel ne violera pas les règles et ne permettra pas de s’immiscer dans nos affaires », a déclaré samedi un porte-parole du porte-parole de Buhari, Garba Shehu.

Quelques heures après que des déclarations exprimant des préoccupations aient été faites par les États-Unis, les États-Unis et la Grande-Bretagne, le gouvernement déclarait que le gouvernement « rejetterait toute ingérence ou gestion de la perception favorisant l’appréhension » des résultats de l’élection.

Onnoghen n’a pas répondu aux accusations et ses avocats disent que le tribunal n’a pas le pouvoir de le juger.

Buhari, qui a pris ses fonctions en 2015 après avoir remporté les élections en grande partie sur son vœu de lutter contre la corruption et d’améliorer la sécurité, est un général à la retraite qui était un dirigeant militaire dans les années 1980.

Lire la suite

Nigeria

Nigeria: cinq personnes tuées le crash d’un hélicoptère militaire

Published

on

L’armée de l’air nigériane a confirmé la mort de cinq membres de l’équipage dans l’hélicoptère militaire qui s’est écrasé mercredi soir dans le nord-est du pays.

Elle ajoute que leurs corps ont été retrouvés dans l’épave.

Selon un responsable, l’hélicoptère Mi-35M s’est écrasé alors qu’il fournissait un appui aérien aux troupes terrestres opérant dans la ville de Damasak.

La cause de l’accident n’a pas été confirmée. L’avion soutenait les troupes au sol contre les militants de Boko Haram dans la région de Damasak, à la frontière avec le Niger, a déclaré un porte-parole de l’armée.

Le Nigéria lutte contre l’insurrection du groupe terroriste Boko Haram dans le nord du pays depuis 2009. Le groupe a prêté allégeance au groupe terroriste État islamique.

Lire la suite

Nigeria

Boko Haram attaque des postes militaires dans le nord-est du Nigeria

Les djihadistes de Boko Haram ont effectué des raids sur au moins trois postes militaires et maîtrisé leurs troupes lors des derniers attaques dans le nord-est du Nigeria, ont indiqué des sources mercredi.

Published

on

Des combattants de la province d’Afrique de l’Ouest (ISWAP), affiliée à l’Etat islamique, ont lancé un assaut sur les postes dans l’État de Borno mardi, ont annoncé des sources militaires et milices.

La faction Boko Haram a intensifié ces derniers mois ses attaques contre des cibles militaires dans les États de Borno et de Yobe, en effectuant des raids sur des bases et en tuant des dizaines de soldats.

«Ils ont d’abord délogé des soldats à un poste de contrôle à Kimba à Biu … puis ont pris un autre poste à Sabon Gari, à cinq kilomètres de là», a déclaré un officier de l’armée lors des dernières attaques.

Les djihadistes ont lancé une autre attaque sur une base située à proximité de Wajirko, selon un milicien dans la région.

Lundi, les djihadistes avaient submergé les troupes du village de Buni Gari, dans l’Etat voisin de Yobe, provoquant « quelques pertes », a déclaré un officier de l’armée.

« Les troupes ont été utilisées et obligées de se retirer après de violents combats avec les terroristes », a déclaré une source militaire.

Des hommes armés de l’ISWAP auraient apparemment attaqué le village en représailles au meurtre d’autres confrères jihadistes dans le village le mois dernier.

Les habitants ont alerté les soldats d’une base militaire voisine à leur arrivée dans des camions.

Hélicoptère disparu

Lors d’une tentative de prise de contrôle d’une autre base par des combattants djihadistes mercredi à Damasak, l’armée a annoncé la perte d’un hélicoptère.

Les détails sont maigres, mais si l’avion était abattu par les insurgés, cela laisserait penser qu’ils possèdent maintenant des armes plus sophistiquées que celles qu’ils ont utilisées au cours des quatre dernières années de combats.

L’ISWAP a revendiqué la responsabilité de ces attaques, affirmant qu’ils ont tué 14 soldats et pris un autre otage, selon les informations du SITE qui surveillent les activités des djihadistes.

La semaine dernière, le groupe a pris le contrôle de la ville stratégique de Baga, située au bord du lac Tchad.

Borno et Yobe, ainsi que l’état voisin d’Adamawa, ont été les premières victimes de neuf années de violence djihadiste qui ont coûté la vie à 27 000 personnes et contraint 1,8 million de personnes à fuir leur domicile.

Mais les combats ne se sont pas tous déroulés dans la même direction. L’armée du Niger a tué plus de 280 militants de Boko Haram près de la frontière sud-est avec le Nigeria lors de raids aériens et terrestres, a annoncé mercredi le ministère de la Défense.

Les opérations ont été menées sur les îles du lac Tchad et le long du fleuve Komadougou Yobe, qui constitue une frontière naturelle entre le Niger et le Nigéria, qui a récemment fait l’objet d’une série d’attaques sur ses bases militaires.

Lire la suite
Advertisement

Facebook




cinéma

Advertisement