Connect with us

Côte d'Ivoire

Elections en Côte d’Ivoire: tension autour des résultats du Plateau

AFP

Publié le

Une femme met son bulletin dans l'urne, dans un bureau de vote du Plateau, à Abidjan, pour les municipales et régionales du 13 octobre 2018 / © AFP / SIA KAMBOU

Bagarre devant le siège de la Commission électorale indépendante (CEI), tirs de lacrymogènes, cortège de protestation : la tension est montée dimanche à Abidjan où les résultats de l’élection municipale au Plateau n’ont toujours pas été annoncés officiellement mais font l’objet de contestation.

Par ailleurs, deux personnes sont mortes dans un affrontement entre forces de l’ordre et partisans mécontents d’un candidat battu près de Seguela, dans le centre de la Côte d’Ivoire.

Ses « partisans ont dressé un barrage, et ils ont refusé de le lever. Il y a eu un affrontement avec les forces de l’ordre, deux personnes ont été tuées », a indiqué à l’AFP la Plateforme des Organisations de la société civile pour l’Observation des Elections en Côte d’Ivoire (Poeci).

Selon les résultats annoncés progressivement par la CEI, à Bouaké, deuxième cité du pays, le maire Nicolas Djibo a été reconduit, sous la bannière du parti au pouvoir, le Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP). A Yamoussoukro, la capitale politique, le maire Kouacou Gnrangbe Kouadio Jean (Parti démocratique de Côte d’Ivoire -PDCI) a été réélu.

A San Pedro, deuxième port ivoirien, le secrétaire d’Etat chargé des PME Félix Anoble a été déclaré vainqueur. Ancien du PDCI, il a rejoint le RHDP. A Cocody, une des communes d’Abidjan, c’est le candidat PDCI Jean-Marc Yassé qui l’a emporté. Enfin à Korhogo, la grande ville du Nord ivoirien, fief du Premier ministre, le RHDP Lazani Coulibaly a largement gagné.

Le Plateau, quartier des affaires d’Abidjan et commune la plus riche du pays, cristallisait une bonne partie des tensions.

Ce scrutin oppose le RHDP Fabrice Sawegnon, spécialiste de la communication qui a orchestré les campagnes de plusieurs chefs d’Etat africains, au discret mais bien implanté Jacques Ehouo, du PDCI. Longtemps allié au RHDP, le PDCI a claqué la porte de la coalition gouvernementale il y a deux mois. Les deux hommes revendiquent la victoire au Plateau.

Gaz lacrymogènes

Selon des pointages partiels effectués samedi soir par l’AFP ainsi que par des observateurs indépendants, Jacques Ehouo semblait en tête. Mais samedi soir, la CEI du Plateau n’a pas procédé à la compilation des voix en raison de l’absence mystérieuse de ses deux présidents.

Après une nuit de tension, les urnes ont été transférées dimanche à la CEI départementale au nord-est d’Abidjan. Les forces de l’ordre y ont dispersé les manifestants à coups de gaz lacrymogène.

En début d’après-midi, lors de la compilation, la CEI, sans proclamer de résultats, a semblé donner la victoire à M. Sawegnon, malgré les protestations des représentants de M. Ehouo et sous les regards circonspects d’observateurs de l’Union européenne.

Le litige porte sur le fait que M. Ehouo est en tête dans pratiquement tous les bureaux, où le taux de participation avoisinait les 20%, alors que M. Sawegnon ne remporte qu’un seul lieu de vote, celui de la Chambre de commerce, où le taux de participation avoisine les 90%.

« Leurs procès verbaux ne correspondent pas aux nôtres. Ils viennent d’où leurs PV ? », a questionné M. Ehouo, laissant entendre qu’il s’agissait de faux.

Le numéro deux du PDCI, Maurice Kakou Guikahué, a déploré lors d’une conférence de presse « un braquage éhonté » des résultats des municipales et régionales qui selon lui, se profile à l’horizon.

Dimanche soir, M. Ehouo a organisé une marche de plusieurs centaines de personnes entre le siège de son parti à Cocody et son siège de campagne. Le cortège a été bloqué à l’entrée du Plateau par les forces de l’ordre. Les manifestants se sont assis pendant une heure environ avant que le candidat ne leur donne rendez-vous lundi. Des petites échauffourées ont eu lieu lors de la dispersion.

 Test avant la présidentielle

Joint par l’AFP dimanche, M. Sawegnon a catégoriquement réfuté les allégations de fraude.

« On a identifié des bureaux où il y a eu des irrégularités, et là il y a eu refus de signer » les PV, a-t-il expliqué. « On est légalistes, on attend les arbitrages de la CEI », a-t-il assuré.

Des incidents ont eu lieu dans plusieurs autres endroits du pays.

Des affrontements ont eu lieu entre jeunes et forces de l’ordre dans la commune de Marcory à Abidjan, où le maire sortant PDCI faisait face à une candidate RHDP et un indépendant.

La CEI de Diabo (20 km à l’ouest de Bouaké, centre) a été pillée et saccagée par des jeunes qui contestaient les résultats du scrutin de cette petite commune, a constaté un journaliste de l’AFP. A Tiebissou (40 km au nord de Yamoussoukro, centre), des jeunes ont dressé des barrages sur la route.

Les élections municipales et régionales constituaient un test avant le scrutin présidentiel de 2020, déjà dans toutes les têtes.

NOTE: Dans le but d’élargir son champ d’action, LaminuteInfo s’ouvre au journalisme citoyen. L’objectif de la politique éditoriale est d’essayer  désormais de publier des actualités concernant des événements ou faits objectifs, vérifiables et autant que possible inédits. Si vous avez des informations à partager avec les autres, alors soumettez les pour publication ICI

Côte d'Ivoire

Gbagbo maintenu en détention au moins jusqu’au 1er février

Reuters

Published

on

By

Les juges de la Cour pénale internationale (CPI) de La Haye, à la suite d’un recours des procureurs, ont décidé le maintien en détention au moins jusqu’au 1er février de l’ancien président ivoirien Laurent Gbagbo.

Cette décision, prise par trois voix contre deux, concerne également Charles Blé Goudé, ancien chef de file des Jeunes Patriotes et allié de Gbagbo.

Les deux hommes, poursuivis pour crimes contre l’humanité et crimes de guerre, ont été acquittés mardi et la Cour avait ordonné leur remise en liberté.

« La détention de M. Laurent Gbagbo et de M. Charles Blé Goudé est maintenue dans l’attente de l’examen de l’appel en cours », a toutefois décidé la CPI. La prochaine audience est fixée au 1er février.

Pour motiver un maintien en détention, le procureur Eric MacDonald a dit craindre que les autorités ivoiriennes refusent de contraindre Gbagbo à revenir à La Haye pour comparaître si l’appel du parquet est jugé recevable.

Rodrigue Dadje, avocat de l’épouse de Laurent Gbagbo, Simone, s’est dit « sûr » que l’ancien président et son ex-ministre de la Jeunesse « sortiront de prison encore plus forts, lavés de toute accusation par une procédure judiciaire juste et transparente ».

A Abidjan, devant la maison de Simone Gbagbo, Mercelin Kouakou a dit apprendre « avec beaucoup de douleur et de tristesse » la nouvelle du maintien provisoire en détention de l’ancien chef de l’Etat.

« Je ne doute pas que le président Laurent Gbagbo et le ministre Charles Blé Goudé vont revenir parmi nous et que nous prendrons tous ensemble le chemin de la réconciliation », a dit ce militant pro-Gbagbo.

Lire la suite

Côte d'Ivoire

Laurent Gbagbo: l’ancien président de la côte d’Ivoire ne sera pas libéré de si tôt

Published

on

L’ancien président ivoirien, Laurent Gbagbo, restera derrière les barreaux après que les procureurs eurent fait appel de son acquittement pour crimes contre l’humanité.

La Cour pénale internationale (CPI) à La Haye l’a acquitté mardi et a ordonné sa libération immédiate.

Mais mercredi, les procureurs ont contesté la décision de le libérer, arguant que M. Gbagbo pourrait prendre la fuite.

Ils ont dit qu’il pourrait ne pas comparaître devant le tribunal si son acquittement devait être annulé.

M. Gbagbo avait été inculpé de crimes contre l’humanité pour violences à la suite des élections contestées de 2010, qui ont fait 3 000 morts et 500 000 personnes déplacées.

Il a été capturé en 2011 dans un bunker du palais présidentiel par l’ONU et des forces soutenues par la France soutenant son rival, Alassane Ouattara.

Il est le premier ancien chef d’État à être jugé devant la CPI.

« Dans l’attente de la décision de la chambre d’appel sur la demande du procureur, M. Gbagbo restera sous la garde de la CPI », a déclaré un porte-parole du tribunal dans un communiqué.

« Il existe un risque concret que, une fois libéré, l’accusé ne comparaisse pas pour poursuivre l’instance », ont écrit les procureurs dans un document.

Une décision sur leur appel est attendue jeudi.

Lire la suite

Côte d'Ivoire

Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé acquittés par la CPI

AFP

Published

on

By

Laurent Gbagbo a été acquitté mardi de crimes contre l’humanité par la Cour pénale internationale (CPI), qui a ordonné la mise en liberté immédiate de l’ancien président de la Côte d’Ivoire.

« La Chambre fait droit aux demandes d’acquittement présentées par Laurent Gbagbo et de Charles Blé Goudé (ex-chef du mouvement des Jeunes patriotes, fidèles à M. Gbagbo) concernant l’ensemble des charges » retenues contre eux et « ordonne la mise en liberté immédiate des deux accusés », a déclaré le juge président Cuno Tarfusser.

Les deux hommes se sont pris dans les bras en entendant les mots du juge, sous les applaudissements de leurs sympathisants présents dans la tribune publique de la salle d’audience.

Premier ancien chef d’État à avoir été remis à la Cour, M. Gbagbo, 73 ans, était jugé pour des crimes commis pendant la crise post-électorale de 2010-2011, née de son refus de céder le pouvoir à son rival, l’actuel président ivoirien Alassane Ouattara. Les violences avaient fait plus de 3.000 morts en cinq mois.

La mise en liberté des deux accusés est suspendue jusqu’à mercredi afin de laisser le temps à l’accusation de répondre à la décision historique rendue par la CPI.

Ils étaient tous deux accusés de quatre chefs de crimes contre l’humanité: meurtres, viols, persécutions et autres actes inhumains, pour lesquels ils ont toujours plaidé non coupable.

La décision des juges est un nouveau camouflet pour la CPI. Les tentatives précédentes de la Cour afin de juger des personnalités politiques de haut rang ? la plupart en Afrique ? ont toutes rencontré des obstacles.

L’ancien vice-président congolais Jean-Pierre Bemba avait été acquitté à la surprise générale en appel en juin 2018. Il avait d’abord été condamné à 18 ans de prison pour des crimes commis par sa milice en Centrafrique entre 2002 et 2003.

Lire la suite
Advertisement

Facebook




cinéma

Advertisement