Connect with us

Cameroun

Chronique: Au Gondwana, il y a différentes manières de tirer un pénalty

Publié

le

“Le football est ce jeu de ballon que toute la planète adore regarder à la télévision. Dans les stades ou jouer sur les terrains de vague, au bord de la route, dans un couloir ou dans une cour de récréation. Bref c’est le sport planétaire par excellence. Un sport qui s’impose à tous les bipèdes grâce à ses règles simples de camp. Un ballon et des buts.

Depuis que l’homme a su marcher, il adore jouer au football. Faire des dribles, des amorties et des contrôles orientés. Mais dans ce jeu universel de ballon au pied, il y a un exercice de pied limpide dans le football. Un exercice où la tension dramatique
monte de très haut, un exercice qui est le miroir et le résumé de la vie, tu marques ou tu rates. Cet exercice c’est le tir de penalty.

Dans le football quand on dit penalty il y a plusieurs acteurs. Lepublic qui regarde, les
téléspectateurs qui sont devant leur poste de télé et enfin et surtout le gardien de buts et le tireur de penalty.

L’histoire n’est pas avare de ses penaltys célèbres et ces penaltys historiques dont chaque amateur de football se souvient des penaltys qui ont fait gagner ou perdre leur camp, explosion de joie ou plongée dans le désespoir. Ces penaltys où le tireur pose le ballon et fait face au gardien chacun dans sa superbe solitude et c’est là devant le ballon qu’on voit les différents types de tireurs de pénalty, et surtout les différentes manières de tirer un
pénalty.

Y a le penalty que le tireur tire en force tout droit sur la balle transversale, le penalty avec contre pied à la Neymar c’est-à-dire que le gardien plonge à la droite et toi tu tires à la gauche, et le penalty à la panenka, un tir de feuille morte au milieu tout droit au-dessus du gardien.

Mais le penalty historique qui marquera les esprits mais c’est ce penalty qui est tiré en pleine conférence de presse. Ce penalty tiré alors que le gardien de but regardait ailleurs. Sans pour autant que ce soit un penalty par surprise, un penalty à contre pied parce que quand même tout le monde connaissait le tireur et sa réputation de tireur compulsif de penalty à chaque meeting.

Un tireur de penalty qui raconte partout qu’il est le tireur désigné parle peuple pour tirer le penalty. Il a tiré et il a marqué dit-il. Et comme toujours au football dès qu’un penalty ne plait pas à tout le monde, on dit que c’est un penalty controversé. Un penalty contesté.

Là-haut dans les collines, on dit qu’il n’est pas valable ce penalty parce que l’arbitre n’a même pas sifflé et que le tireur a tiré trop vite. En bas dans la vallée, on crie que le
ballon a frappé la barre transversale a rebondit et est revenu dans la face du tireur. Et à côté dans les gradins, on raconte que c’est vrai que le tireur a bien marqué.

Mais il a marqué contre son camp. Il ne reste qu’une chose à faire pour nous autres. Comme à la coupe du monde, on va attendre la décision de la VAR”.

Biodiversité

La COP CHEZ NOUS : la deuxième Edition est annoncée

Published

on

A l’initiative de l’Association Jeunesse Verte du Cameroun (AJVC) et de ses partenaires, se tiendra du 17 au 18 octobre 2018 à l’hôtel Serena Douala au Cameroun,  un atelier de formation des jeunes en négociation sur climat.

Plus que deux jours nous séparent du lancement de ce qui se veut désormais un rendez-vous annuel d’échange, de partage et surtout une opportunité unique pour les jeunes du Cameroun et même de la sous-région de se frotter aux réalités de négociations internationales sur le climat.

La COP CHEZ NOUS est à nouveau dans les starting bloc des processus préparatoires des mouvements des jeunes en vue de leur participation à la COP 24, grande messe des acteurs de la lutte contre les changements climatiques et événement qu’accueille cette année la Pologne en décembre prochain.

Mais avant d’y aller, une immersion dans l’univers des négociations internationales sur le climat est un préalable. Les jeunes leaders acteurs du développement durable et de la préservation du climat ont l’opportunité de se familiariser avec le jargon et le vocabulaire des négociations sur le climat.

Le modus operandi s’articulant autour d’une simulation des négociations de la Convention-Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques (CCNUCC) avec en toile de fond  une approche devant garantir  une acquisition des techniques de négociation internationale sur le climat.

Pour les organisateurs, il est question de donner aux jeunes des éléments de base sur l’atténuation et l’adaptation aux changements climatiques. Mieux encore, présenter l’historique de la COP et par là, le cadre juridique national et international de la lutte contre les changements climatiques.

Pour y parvenir, les organisateurs comptent s’appuyer sur des jeux « Effet de serre » et « Cycle du carbone perturbé » pour amener les participants à mieux comprendre la science des changements climatiques.

Première simulation sous régionale  sur le climat, la COP CHEZ NOUS offre aux jeunes d’Afrique en générale et plus particulièrement ceux du bassin du Congo,  l’occasion de partager leurs  initiatives et autre actions pertinentes pour lutter contre les changements climatiques.

Pendant deux jours, les participants vont s’atteler à élaborer un document qui présente l’engagement de la jeunesse à contribuer à la mise en œuvre de l’Accord de Paris dont certains éléments seront rediscutés lors de la COP 24 en décembre à Katowice en Pologne.

Il est à noter que la précédente édition a connu la participation d’une  trentaine de  jeune venue des dix régions du Cameroun. La dite édition était placée sous le haut patronage du Ministère de l’Environnement, de la Protection de la Nature et du développement Durable de la République du Cameroun (MINEPDED).

L’Association Jeunesse Verte du Cameroun (AJVC), mise sur pied en 2000, s’est engagée à accompagner l’action gouvernementale en matière de développement durable. Elle s’emploie à développer une conscience de la jeunesse et du genre sur les défis de leurs communautés.

Cette seconde édition est Soutenue par la   Conférence sur les Écosystèmes de Forêts Denses et Humides d’Afrique (CEFDHAC) et la Fondation Konrad Adenauer Stiftung.

Lire la suite

Cameroun

Cameroun : Brenda Biya poste une photo où elle embrasse un jeune homme

Published

on

La fille du président de la République du Cameroun, Brenda Biya est complètement déclenchée et déterminée  à exprimer sans réserve ses folies et ses moments intimes.

Après avoir affiché, puis supprimé, une photo «intime» sur son Instagram. Elle s’est présentée une fois encore au public à travers cette photo où elle embrasse un jeune homme, qui serait peut être son petit copain.

Brenda Biya, fille du président camerounais, a pris l’initiative de poster cette photo un peu floue sur les médias sociaux. Pour certains Camerounais, défenseurs d’une certaine éthique de vie, Brenda ne devrait pas poster une telle photo.

Non seulement parce qu’en sa qualité de fille du président de la République, elle doit refléter certaines valeurs morales. Elle doit être digne, en évitant la vulgarité et des allures de fille libertine.

Mais pour d’autres Camerounais, Brenda Biya est libre d’exprimer son amour. Ce n’est pas parce qu’elle est la fille du président qu’elle ne doit plus avoir une vie sentimentale qu’elle peut librement exprimer. Elle est libre comme tous les autres Camerounais et elle doit jouir de sa jeunesse.

On voit clairement que les opinions sont départagées sur cette photo de Brenda Biya.

Lire la suite

Cameroun

Cameroun: pour Cabral Libii, «la victoire du Peuple camerounais…lui a été scandaleusement volée»

Published

on

Le 13 octobre 2018 le candidat du parti politique Univers a posté sur sa page officielle Facebook deux messages.

Dans ses récentes publications, Cabral Libii indique que le procès-verbal de la Commission nationale de recensement des votes ne reflète pas la volonté du peuple Camerounais exprimée dans les urnes. «C’est désormais clair. Sur la base des PV (procès-verbaux), des informations reçues du terrain et des statistiques provenant de la Commission Nationale de Recensement des votes, la Victoire du Peuple camerounais à l’élection présidentielle est en train d’être scandaleusement volée ».

Le jeune politicien de 38 ans appelle ensuite à la résistance. «Que la jeunesse camerounaise se tienne prête! Que le peuple camerounais se tienne debout! Au-delà des chiffres, ils veulent anéantir l’espoir… Quelle criminalité! Ils sont eux-mêmes en train de légitimer la révolte populaire… C’est la forfaiture de trop!», écrit-il.

Dans l’autre message qu’il a posté, le candidat salue «l’intégrité et l’intransigeance du Pr Nkou Mvonda (leader du parti Univers) qui a refusé de signer le PV de la commission nationale de recensement des votes qui cautionne le bafouement de la volonté populaire au Cameroun». Des messages qui signifient certainement que M. Libii ne va pas accepter les résultats officiels qui seront proclamés. Selon le Code électorale, le Conseil Constitutionnel devrait proclamer lesdits résultats dans au plus une semaine.

Lire la suite

Facebook




cinéma

Advertisement