Connect with us

Europe

Au tour de Berlin d’expulser le diesel du centre-ville

AFP

Publié le

La justice berlinoise a ordonné mardi une interdiction de circulation pour la majorité des véhicules diesel sur d’importants axes de la capitale allemande, un nouveau coup dur pour cette technologie disgraciée par les tricheries des constructeurs.

Ces interdictions sont la bête noire de la très puissante industrie automobile allemande et du gouvernement d’Angela Merkel, qui s’échine à les empêcher depuis un an afin de préserver ce secteur stratégique qui emploie 800.000 personnes.

Sous les fenêtres même de la chancellerie, en plein coeur de Berlin, les véhicules diesel de normes Euro 0 à 5, soit ceux de plus de trois ou quatre ans, ne pourront plus circuler à compter du mois de juin ou juillet, selon le gouvernement local de Berlin.

Au total 11 tronçons des artères majeures du centre élargi de Berlin, dont la célèbre Friedrichstrasse, sont concernés, selon une décision du tribunal administratif de Berlin.

La décision pourrait concerner jusqu’à 200.000 automobiles, selon des estimations de la presse allemande, même si des exceptions seront faites pour raisons professionnelles notamment.

« C’est une bien belle journée pour l’air que nous respirons », a réagi Jürgen Resch, président de l’ONG écologiste DUH à l’origine de cette procédure, cité par l’agence dpa.

– ‘Gifle au gouvernement’ –

Mais, signe du degré de sensibilité du sujet dans la capitale allemande, pourtant dirigée par une coalition de gauche, gauche radicale et d’écologistes, cette interdiction n’aurait dû être qu’un « dernier recours », selon la ministre en charge de l’Environnement du Sénat de Berlin, Regine Günther.

Le gouvernement local a fait valoir qu’il préférerait avoir recours à d’autres solutions comme la promotion du vélo et des transports en commun, la mobilité électrique et une gestion plus efficace du trafic avec plus de routes limitées à 30 km/h.

D’autant que les interdictions de ce type, appelées en Allemagne « Fahrverbote », sont difficiles à faire respecter en l’absence de vignettes.

A Hambourg, la première ville à avoir mis en place une telle mesure, les contrôles sont occasionnels, et l’amende est de 20 euros pour les contrevenants.

Néanmoins, Stuttgart et Francfort doivent emboîter le pas à Hambourg et Berlin.

Pour éviter que ce cauchemar des constructeurs et des propriétaires de diesel ne se généralise à l’ensemble du pays, le gouvernement allemand a annoncé mardi dernier un plan de sortie de crise.

Ce compromis a minima propose des adaptations techniques aux frais du constructeur ou des primes à l’achat pour rajeunir les modèles. Mais ce plan a été perçu comme une opération désespérée de sauvetage du diesel.

« Le diesel et l’essence n’ont plus leur place dans les centres-villes modernes », a commenté dans un communiqué l’ONG Greenpeace, qualifiant la décision berlinoise de « gifle pour le gouvernement » de Merkel.

– Rome, Bruxelles, Madrid –

Car les ventes de diesel sont aussi en chute libre depuis que le géant Volkswagen a admis en 2015 avoir trafiqué des millions de moteurs pour les faire paraître moins polluants.

La décision berlinoise s’ajoute à une longue liste de mesures prises par d’autres villes européennes pour éloigner les vieux diesels des artères centrales, comme à Madrid, Rome et Bruxelles.

Si les gouvernements tardent parfois à agir, les villes européennes bataillent, entres péages, vignettes, malus, journées sans voiture et créations de zones de faibles émissions, pour chasser les moteurs diesel.

L’objectif: remettre les villes dans les clous en ce qui concerne la qualité de l’air et le risque que font peser sur la santé publique les émissions toxiques des vieux diesels.

Le diesel, émet moins de Co2 que l’essence mais plus de particules d’oxyde d’azote (NOx), mises en causes dans des maladies respiratoires ou cardiovasculaires.

La Deutsche Umwelthilfe a ainsi fait valoir que Berlin devait légalement être contrainte à appliquer les normes maximales de pollution de l’air exigées par le gouvernement allemand: 40mg/m3 annuel d’oxyde d’azote (NOx), contre les 49mg mesurés actuellement.

Par ailleurs, l’UE a décidé de reprendre la main aussi sur la question des seuils d’émissions de CO2.

La Commission a ainsi lancé en septembre 2017, dans le cadre de son paquet « Mobilité propre », un objectif commun de réduction des émissions de CO2, de 30% d’ici 2030, avec un objectif intermédiaire de -15% en 2025.

NOTE: Dans le but d’élargir son champ d’action, LaminuteInfo s’ouvre au journalisme citoyen. L’objectif de la politique éditoriale est d’essayer  désormais de publier des actualités concernant des événements ou faits objectifs, vérifiables et autant que possible inédits. Si vous avez des informations à partager avec les autres, alors soumettez les pour publication ICI

Continue Reading
Advertisement
laisser un commenataire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Europe

Les féministes suédoises réclament l’interdiction officielle des robots sexuels «dangereux»

Trois organisations féministes suédoises ont publié un appel conjoint dans le journal Expressen, dans lequel elles demandent une interdiction des « dangereux » robots sexuels pour hommes.

Published

on

Trois organisations féministes suédoises affirment que les robots sexuels et les poupées sexuelles renforcent l’opinion selon laquelle les femmes sont des objets et normalisent la violence des hommes à l’égard des femmes. Ils réclament une législation ciblant une technologie « reproduisant des idées sur l’exploitation du corps des femmes ».

Trois organisations féministes suédoises, Sweden’s Women’s Lobby, l’Organisation nationale pour les refuges pour femmes et les foyers pour jeunes femmes (Roks) et l’organisation pour l’autonomisation Unizon ont publié un appel conjoint dans le journal Expressen, dans lequel elles demandent une interdiction des « dangereux » robots sexuels pour hommes.

Les commentateurs ont noté que les robots sexuels actuels présentent souvent les « apparences et attributs typiques de l’attitude objectivante, sexualisée et dégradante à l’égard des femmes qui caractérise la pornographie traditionnelle ».

« Pourquoi les hommes sont-ils disposés à payer des dizaines de milliers de dollars pour un robot qui obéit à leur plus petit commandement? » les féministes ont demandé rhétoriquement. « Une femme robot ne peut pas dire non à quelque chose que l’homme veut, si elle n’est pas programmée pour le faire », se sont plaintes des féministes.

Les dirigeantes des organisations de femmes ont affirmé que les fantasmes stimulés par une telle technologie pourraient conduire à une véritable violence contre les filles et les femmes. Ils ont également établi des parallèles avec la pornographie, dont la consommation, selon eux, conduit à des attitudes sexistes et à la violence réelle. La déshumanisation des femmes justifie l’esclavage et l’exploitation du corps féminin par le biais des nouvelles technologies en fait partie, ont-ils affirmé.

Les trois organisations ont demandé qu’une enquête soit menée afin de formuler des propositions sur « la manière dont la technologie et les activités normalisant les abus peuvent être restreintes et interdites ».

Les féministes veulent également que les autorités suédoises rendent difficile l’ouverture de « maisons de prostitution avec des robots sexuels et des poupées » en Suède. Contrairement au Danemark et à la Finlande, pays voisins, la Suède n’a toujours pas ouvert de maison de passe automatisée sans prostituées humaines. Les organisations ont établi des comparaisons entre les robots sexuels et la prostitution.

« La Suède dispose depuis 20 ans d’un cadre réglementaire punissant les acheteurs de produits sexuels et réduisant la demande de prostitution. <…> La Suède doit maintenant franchir une nouvelle étape et oser s’attaquer aux développements technologiques en cours conduits par l’industrie du sexe à aux frais des femmes et des filles réelles « , ont-ils conclu.

Enfin, ils ont exigé que de telles poupées et robots soient inclus dans les programmes d’éducation sexuelle et abordés dans une perspective qui présente la relation entre sexualité et pouvoir comme problématique.

En 2014, la Suède a reçu son premier gouvernement « féministe », qui met un accent particulier sur les droits des femmes.

Lire la suite

Europe

Des filles autrichiennes forcées de porter le hijab pour éviter le harcèlement

Published

on

Selon le docteur Marcus Franz, qui a siégé au Conseil national, il existe des «zones à problèmes» dans la capitale nationale où les filles sont obligées de cacher leur identité autrichienne.

Le docteur Marcus Franz, ancien membre du Conseil national autrichien, a déclaré lors d’une interview à la chaîne oe24.TV qu’il connaissait des pères vivant dans les « zones à problèmes » de Vienne qui donnaient à leurs filles un hijab afin de ne pas les reconnaître comme des Autrichiennes et de les protéger du harcèlement. Il a cité des témoins de ses connaissances personnelles dans le 15ème arrondissement de la capitale autrichienne.

L’homme a parlé de « micro-agression permanente ». Il a déclaré que les filles s’habillaient différemment des habitantes autrichiennes à cause d’une « attitude agressive malsaine ».

«Les filles, les jeunes femmes ainsi que les femmes plus âgées ont tout simplement peur. Vous pouvez observer cela parmi les gens, vous pouvez le voir clairement lorsque vous travaillez dans une profession sociale – comme je le fais. Et il faut faire une distinction claire entre ceux qui sont nouveaux et ceux qui sont avec nous depuis longtemps « , a-t-il déclaré.

Depuis 2015, l’Europe est confrontée à une crise migratoire: de nombreux réfugiés arrivent de pays déchirés par des conflits et le taux de criminalité est de plus en plus lié à l’afflux massif de migrants sur tout le continent, en particulier en Allemagne, en France, en Belgique et même dans les pays voisins. l’Autriche aisée. Selon un rapport du département d’État américain sur la criminalité et la sécurité, l’Autriche cible principalement des criminels étrangers, 64% des infractions liées à la drogue étant commises par des criminels nés à l’étranger.

La discussion a éclaté après le meurtre d’une fillette de 16 ans à Steyr, en Autriche. Saber Akhondzada, demandeur d’asile, se voit refuser l’asile mais est autorisée à rester dans le pays car il est recherché pour meurtre dans son pays d’origine, l’Afghanistan, car l’Autriche n’expulse pas les personnes condamnées à la peine capitale. un autre pays.

Selon la famille de la victime, elle aurait eu des disputes répétées avec son petit ami possessif, Akhondzada, réagissant violemment lorsque la fille parlait à d’autres hommes et tentait ainsi de l’intimider.

Lire la suite

Europe

Une femme soldat britannique intérogée pour des photos posté sur un site pornographique

Published

on

© Photo: YouTube/Global militrary hardware

Tout le monde a un passé et un soldat de l’armée britannique âgé de 26 ans ne fait pas exception à la règle: ses vieilles séances de photos racées sont devenues une révélation choquante pour ses collègues et ses chefs.

Le soldat de l’armée britannique Briony Murray a atterri dans l’eau chaude après des centaines de photos et de vidéos X classées d’elle et refait surface sur des sites Web consacrés au sexe.

Même si les photoschoot ont été postées avant son entrée dans l’armée britannique, le fait qu’ils soient toujours en ligne a eu pour résultat un l’interrogatoir de haut niveau.

La jeune femme de 26 ans ne fera toutefois face à aucune action supplémentaire, car elle est un « bon soldat », ont rapporté des tabloïds britanniques.

«L’armée embauche toutes sortes de gens. Mais tout le monde a été absolument stupéfait par les nouvelles des origines de Briony. Elle n’est pas avec nous depuis longtemps. Cependant, elle a déjà prouvé qu’elle était pleine de surprises. Certains diront que c’est dommage qu’elle ait tourné le dos à son emploi précédent. Mais elle a une longue carrière devant elle dans les forces armées », a déclaré une source au Sun.

Sur certaines photos, elle porte un uniforme d’écolière, alors que sur d’autres, elle porte une chemise de nuit, des bas et un sous-vêtement révélateurs.

L’un de ses profils en ligne, où elle est listée sous le nom de Briony M, aurait ouvert le mannequinat nu en 2013.

«Tout le monde vient avec une histoire. Elle est un bon soldat et c’est ce qui compte », a déclaré un responsable de l’armée, cité par le Sun.

Lire la suite
Advertisement

Facebook




cinéma

Advertisement