Connect with us

RD Congo

RD Congo: au moins 18 morts dans une attaque attribuée aux ADF

AFP

Publié

le

Au moins 18 personnes ont été tuées samedi soir à Beni (est de la République démocratique du Congo) dans une attaque attribuée par l’armée au « terrorisme » du groupe Allied Democratic Forces (ADF) d’origine ougandaise.

L’attaque a tué 14 civils et quatre militaires, a indiqué un porte-parole de l’armée dans la région, Mak Hazukai, qui parle également de neuf blessés.

« Le territoire et la ville de Beni font face au terrorisme ADF dont la structure du commandement est tenue par les Ougandais », a-t-il ajouté.

Des humanitaires étrangers se trouvent depuis début août dans cette ville du Nord-Kivu en raison d’une épidémie d’Ebola.

En raison de l’attaque et de manifestations spontanées dimanche à Beni, « les activités de terrain contre l’épidémie d’Ebola ont été suspendues » dans cette zone, selon un communiqué du ministère congolais de la Santé.

Cette mesure sera levée « dès que le calme sera revenu dans la ville » de Beni, poursuit le communiqué.

Mystérieuse nébuleuse, les ADF sont tenus responsables du massacre de plus de 700 civils à Beni et sa région depuis octobre 2014, en plus de la mort de 15 Casques bleus tanzaniens en décembre.

Cette dernière attaque a suscité l’indignation sur les réseaux sociaux, où certains Congolais dénoncent l’impuissance de l’armée et de la force de la Mission des Nations unies au Congo (Monusco) qui dispose d’une base à Beni.

« C’est une honte pour le gouvernement. C’est une honte pour la Monusco. lundi, nous avons décidé d’observer une ville morte à Beni. Il n’y aura aucune activité, même les écoles seront fermées pour manifester notre colère », a déclaré à l’AFP, Kizito Bin-Hangi, président de la société civile de Beni.

Des photos de victimes, dont une étudiante toute souriante, circulaient également, en plus de clichés montrant des flaques de sang frais.

« La population du Nord Kivu souffre trop. Ce week-end de nouveau beaucoup d’innocents sont morts », a twitté l’ambassadeur des Pays-Bas, Robert Schuddeboom.

Selon plusieurs témoignages, l’attaque a été lancée à la tombée de la nuit vers 18h30-19h00 (16h30-17h00 GMT) sur un quartier est de Beni, ville commerçante de plusieurs centaines de milliers d’habitants.

« Les assaillants étaient nombreux, ils ont lancé un cri de joie. Il y avait des femmes et des enfants. On a tiré sur une moto et les enfants des assaillants commençaient à crier. Les rebelles ont découpé les victimes à la machette », a relaté un témoin à l’AFPTV, Kasero Mumbi.

Début septembre après une précédente attaque attribuée aux ADF, un témoin avait déjà raconté à l’AFP que les assaillants venus de la forêt se déplaçaient avec femmes et enfants.

Des armes lourdes et légères ont été entendues jusqu’après minuit, d’après un médecin de l’hôpital général.

L’attaque a visé un quartier proche du centre-ville, contrairement aux autres qui se déroulent d’habitude dans le nord, sur la route de l’aéroport de Mavivi, à 10 km de là.

Les ADF vivent en communauté dans les forêts près de Beni, sans afficher ni leader ni revendication. Leur affiliation à l’islamisme radical n’a jamais été prouvée.

Historiquement, les ADF étaient un groupe d’Ougandais musulmans qui s’est replié à la fin des années 90 dans l’est du Congo pour lutter contre le président Yoweri Museveni.

RD Congo

RD Congo: un entrepôt de la commission électorale incendié à Kinshasa

AFP

Published

on

By

Un incendie s’est déclaré dans un entrepôt de la commission électorale de la République démocratique du Congo à Kinshasa dans la nuit de mercredi à jeudi, à dix jours des élections présidentielle, législatives et provinciales, ont indiqué à l’AFP plusieurs sources officielles.

« Un incendie s’est déclaré vers 2h00 du matin (01H00 GMT) dans l’un des entrepôts centraux où du matériel électoral de la ville de Kinshasa était gardé », a déclaré le président de la commission électorale nationale indépendante (Céni), Corneille Nangaa.

Un épais nuage de fumée noire était encore visible à 05h00 GMT, a constaté l’AFPTV.

Le matériel électoral comprend entre autres les « machines à voter » très controversées retenues comme procédure de vote par la Céni. Celle-ci est rejetée par une partie de l’opposition.

« Nous sommes en train de faire l’évaluation complète pour voir comment tenir les scrutins du 23 décembre malgré cet incendie », a ajouté le président de la Céni.

C’est un conseiller du président Joseph Kabila qui a prévenu l’AFP de l’incendie, accusant ceux qui « refusent les élections ».

L’incendie s’est déclaré à l’intérieur d’une vaste enceinte dans laquelle il n’était pas possible d’entrer.

Au lever du jour, quelques camions de pompiers, la garde présidentielle et la police entraient ou stationnaient devant cette parcelle située dans le centre-ville de Kinshasa.

« Il y a eu un incendie qui s’est produit vers une heure du matin au dépôt principal de la Céni », a déclaré à l’AFP un témoin sur place, Ami Gaylor.

« C’est à ce moment-là qu’on a appelé les autorités compétentes qui sont venues pour s’enquérir de la situation. Jusque-là nous ne connaissons pas vraiment la cause réelle de cet incendie », a ajouté cet homme de 38 ans arborant un tee-shirt à l’effigie d’un candidat aux élections légilslatives du PPRD, le parti au pouvoir.

Lire la suite

RD Congo

RD Congo: la police tire à balles réelles pour disperser les partisans des candidats à l’opposition

Ruben Joël TCHAMKO

Published

on

La police en République démocratique du Congo a lancé mercredi des gaz lacrymogènes et des balles réelles pour disperser les partisans du candidat de l’opposition à la présidentielle, Martin Fayulu, faisant au moins un mort, ont déclaré des activistes locaux.

La campagne des trois dernières semaines pour l’élection longtemps différée du 23 décembre a été essentiellement pacifique, mais les flambées soudaines dans la région du sud-est du Katanga ont suscité des inquiétudes quant à la répétition de la violence qui a sévi lors des votes de 2006 et 2011.

La police de la ville de Kalemie a bloqué le convoi de véhicules transportant Fayulu à un rassemblement et a commencé à tirer en l’air, a déclaré David Ngoy Luhaka, prêtre et membre de la Commission diocésaine pour la justice et la paix.

Une femme a été touchée par une balle et est décédée plus tard, a-t-il déclaré.

« Lorsque Fayulu a atteint l’hôtel Musalala à Kalemie, il a été arrêté par la police qui a commencé à tirer et à tirer du gaz lacrymogène », a déclaré Ngoy. «Une femme a été tuée. Nous comptons toujours les arrestations et les blessures.  »

Rogatien Kitenge, un dirigeant de la société civile, a confirmé que la police avait tiré des balles réelles et des gaz lacrymogènes et qu’une femme avait été tuée. Fayulu a finalement réussi à tenir son rassemblement.

Les porte-parole du gouvernement et de la police n’ont pu être joints pour commenter.

Fayulu est l’un des deux principaux leaders de l’opposition à défier l’ancien ministre de l’Intérieur, Emmanuel Ramazani Shadary. Shadary représente la coalition au pouvoir du président Joseph Kabila, qui ne peut pas rester en raison d’une limitation de mandat après 18 ans au pouvoir.

Mardi, la police a également tiré des gaz lacrymogènes et des balles réelles pour disperser les partisans de Fayulu à Lubumbashi, la deuxième ville du Congo, ont déclaré des militants des droits de l’homme.

« Sur le trajet de l’aéroport à l’endroit où Fayulu allait s’adresser à la foule, la police a commencé à jeter des gaz lacrymogènes, de l’eau chaude et un autre liquide bleu sur la population », a déclaré à Reuters le militant Jean-Pierre Muteba.

« Personnellement, j’ai vu deux personnes gravement blessées par des balles. »

L’Association congolaise pour l’accès à la justice (ACAJ) a déclaré que deux personnes avaient été tuées dans les violences mardi, 43 personnes avaient été blessées et 27 partisans de Fayulu avaient été arrêtés.

La coalition d’opposition Lamuka, qui soutient Fayulu, a déclaré que les mesures répressives prises par la police « montrent clairement que le président Kabila et son équipe réalisent qu’ils vont perdre les élections ».

Les partisans de Kabila se disent confiants que Shadary gagnera les élections et accuseront systématiquement les politiciens de l’opposition d’exagérer les actes de violence présumés commis par les forces de l’État.

Un porte-parole de la mission américaine du Congo a condamné les violences et a appelé les autorités à prendre des mesures pour éviter de nouveaux incidents.

Lire la suite

RD Congo

RD Congo: deux morts et 13 blessés dans des violence post-électorales à Lubumbashi

AFP

Published

on

By

Deux partisans de l’opposition ont été tués mardi en République démocratique du Congo dans des violences pré-électorales avec la police à Lubumbashi à douze jours de l’élection présidentielle prévues le 23 décembre, d’après une ONG de défense des droits de l’homme.

Dans un bilan provisoire, l’Association congolaise pour l’accès à la justice (ACaj) parle aussi d' »un policier grièvement blessé » dans un état critique et de « 43 blessés, dont 15 par balle ».

La police fait état de onze policiers et deux civils blessés dans des heurts avec des partisans du candidat d’opposition Martin Fayulu en campagne ce mardi à Lubumbashi.

La coalition Lamuka, qui soutient M. Fayulu, fait état de cinq à six morts.

La police a tiré pour disperser plusieurs centaines de personnes avant l’arrivée du candidat pour une réunion publique, a constaté un correspondant de l’AFP.

Des gaz lacrymogènes ont été utilisés, selon le journaliste mais Martin Fayulu a accusé sur Twitter la police d’avoir tiré à « balle réelle ».

Plus tôt dans la journée, des partisans de M. Fayulu avaient été dispersés à coups de gaz lacrymogène et par des jets d’eau chaude pendant qu’ils attendaient leur candidat près de l’aéroport de Lubumbashi.

L’Acaj fait état de 27 opposants pro-Fayulu arrêtés, et de cinq véhicules incendiés dont deux de la police.

« Ils nous ont imposé un itinéraire », a déclaré sur Twitter le candidat affirmant que cet itinéraire les avait empêchés d' »arriver sur les lieux du meeting ».

« Ils nous ont dirigé vers la résidence de +papa+ Kyungu », a-t-il ajouté, en référence au nom du chef de l’opposition locale.

Un des principaux soutiens de M. Fayulu est l’ex-gouverneur du Katanga et homme fort de Lubumbashi, Moïse Katumbi, en exil en Belgique.

Lubumbashi est aussi le fief du président sortant Joseph Kabila, où son « dauphin », le candidat de la majorité Emmanuel Ramazani Shadary, avait commencé sans encombre sa campagne le 26 novembre.

Dimanche, M. Fayulu a affirmé qu’il n’avait pas pu se rendre à Kindu (nord-est) en raison d’affrontements entre ses partisans et des personnes se réclamant de la majorité. Kindu est le chef-lieu de la province du Maniema d’où est originaire le candidat du pouvoir.

Lire la suite
Advertisement

Facebook




cinéma

Advertisement