Connect with us

Faits divers

#MeToo: trois ans requis contre un Français jugé pour viols en Suède

AFP

Publié

le

Le parquet suédois a requis lundi un minimum de trois ans de prison ferme à l’encontre de Jean-Claude Arnault, un Français jugé pour deux viols, à l’occasion de l’un des premiers grands procès depuis l’émergence du mouvement #MeToo.

« J’ai demandé son placement en détention provisoire dans l’attente du verdict car il y a un risque qu’il parte à l’étranger« , a annoncé la procureure Christina Voigt, à l’issue de l’audience à Stockholm.

Le jugement a été mis en délibéré et le tribunal doit se prononcer sur la détention provisoire demandée par le parquet.

Publiés en novembre 2017 dans le quotidien de référence Dagens Nyheter, les témoignages de 18 femmes accusant le Français de viol ou d’agression sexuelle ont fait imploser l’Académie suédoise qui décerne depuis 1901 le prix Nobel de littérature.

M. Arnault, marié à une académicienne, entretenait des liens étroits avec cette institution.

Décrédibilisée, privée du quorum nécessaire pour fonctionner, l’Académie suédoise a reporté d’un an l’annonce du Nobel 2018, une première depuis 70 ans.

Plusieurs plaintes visant le Français ont été classées faute de preuves ou frappées par la prescription, mais le parquet a estimé disposer de suffisamment d’éléments à charge dans un dossier remontant à 2011.

Le 5 octobre de cette année-là, dans un appartement stockholmois, Jean-Claude Arnault contraint à des relations sexuelles la victime qui se trouve dans un état « de peur intense », selon l’acte de mise en accusation consulté par l’AFP.

Les faits se seraient répétés dans la nuit du 2 au 3 décembre, dans le même appartement, tandis que la victime dormait.

Jean-Claude Arnault, 72 ans, a clamé son innocence au cours de ce procès tenu à huis clos.

Plusieurs victimes présumées de Jean-Claude Arnault reprochent à l’Académie suédoise ses liens étroits avec le Français, qui recevait de généreux subsides pour le fonctionnement de son club privé Forum, couru des élites intellectuelles et artistiques.

Ses accusatrices affirment que l’académie connaissait son comportement mais que l’influente institution faisait régner une « culture du silence » dans les cercles culturels de la capitale.

A la suite de ces révélations, plusieurs académiciens se sont mis en retrait, une enquête interne a mis au jour les conflits d’intérêt et les faits d’agression ou de harcèlement subies par des académiciennes ou leur entourage.

Faits divers

Bastia: un professionnel de santé décède d’une infection à méningocoque B

AFP

Published

on

By

Un professionnel de santé qui effectuait un remplacement à l’hôpital de Bastia y est décédé d’une infection invasive à méningocoque, a annoncé mardi l’Agence régionale de santé de Corse.

« Tous les personnels, les patients et leurs entourages qui ont été en contact proche avec ce praticien ont été identifiés et contactés individuellement pour leur recommander de prendre le traitement prophylactique adapté », ajoute l’ARS, précisant que pour les méningocoques de groupe B, il n’y a pas de recommandation de vaccination.

« Aucune autre mesure n?est nécessaire, ni désinfection des locaux, ni éviction scolaire ou professionnelle des sujets ayant côtoyé le patient », assure l’ARS.

Le méningocoque est un germe très fragile qui ne survit pas dans l’environnement mais se transmet par la salive et les sécrétions oro-pharyngées (toux, postillons).

Il se manifeste par de la fièvre, des maux de tête, une raideur à la nuque avec des vomissements et une gêne à la lumière. Le vaccin utilisé contre la maladie, en dose unique, protège contre quatre souches de méningocoque (A, C, Y et W).

Les infections invasives à méningocoque sont relativement rares en France, avec 546 cas notifiés en 2017 ayant causé 62 décès, selon des données de l’organisme Santé publique France.

En février 2017, une campagne massive de vaccination avait touché près de 14.000 étudiants sur le campus de Dijon. Elle avait été mise en place à la suite de trois cas de méningite à méningocoques de type W, dont deux mortels.

Lire la suite

Faits divers

France: au moins un mort dans une fusillade près du marché de Noël de Strasbourg

Published

on

Reuters

Au moins une personne a été tuée et six autres blessées dans une fusillade mardi près d’un marché de Noël à Strasbourg, a rapporté la police.

«Il y a eu des coups de feu et des gens couraient partout», a déclaré un commerçant local à BFM TV. « Cela a duré environ 10 minutes. »

La fusillade a eu lieu près du marché de Noël de Strasbourg, qui attire des millions de touristes chaque année, a déclaré une source aux forces de sécurité françaises.

Une source au bureau du procureur a déclaré que le motif de la fusillade n’était pas encore connu et que l’enquête était en cours pour déterminer si elle était liée au terrorisme.

La France reste en état d’alerte après une vague d’attaques commandées ou inspirées par des militants de l’État islamique depuis le début de 2015, au cours desquelles environ 240 personnes ont été tuées.

Le ministre français de l’Ecologie, François de Rugy, a tweeté: «Solidarité et soutien à la population de Strasbourg. Notre soutien également aux forces de sécurité. Nous sommes unis et déterminés à protéger le peuple français.  »

Lire la suite

Faits divers

France: un homme condamné à 20 ans de réclusion criminelle pour le meurtre de sa femme

Published

on

By

Un homme de 44 ans a été reconnu coupable d’une tentative de viol sur son épouse et de son meurtre d’un coup de couteau dans le cœur, à Joigny, en avril 2015.

Au terme de son procès qui a duré deux jours, les jurés des Assises de l’Yonne ont décidé de le condamné  à 20 ans de réclusion criminelle.

Cette peine sera assortie d’une période de sûreté des deux tiers. Ils ont suivi les réquisitions de l’avocat général.

« Cette femme a eu le cœur transpercé par son mari, devenu en quelques secondes son bourreau », avait dit le magistrat dans son réquisitoire. Il avait évoquée cette jeune femme de 35 ans, tuée brutalement, 10 mois seulement après son mariage, « par un homme bancal » qui avait trop bu, parce qu’elle s’était refusée à lui.

« Un homme nitroglycérine, qui ne supportait aucune frustration, happé par sa libido incontrôlable » avait ajouté l’avocat général.  Les jurés l’ont entendu, donc, et ont pris en compte les expertises psychiatriques, qui évoquent une altération du discernement pendant les faits.

Selon France Bleu,  trois des quatre frères de Sylvie et son papa étaient présents pendant tout le procès et jusqu’à l’énoncé du verdict. L’un de ses frères avait souhaité s’exprimer devant la cour.

Il avait décrit une jeune femme très joyeuse, qui, malgré son handicap mental léger, était parvenue à vivre sa vie et à travailler. « Elle faisait des cadeaux. Elle était la joie de vivre. Mes enfants l’adoraient. Ils me demandent chaque semaine pourquoi leur tata n’est plus là », dit-il doucement à France Bleu.

Lire la suite
Advertisement

Facebook




cinéma

Advertisement