Connect with us

Santé

Hôpital: la tarification à l’activité, un mode de financement décrié

AFP

Publié

le

Le financement des hôpitaux, que le gouvernement promet de revoir, repose majoritairement sur la tarification à l’activité, ou T2A. Un modèle décrié pour ses effets pervers malgré les bonnes intentions qui accompagnaient son lancement en 2004.

Instaurée par souci d’efficience, la T2A constitue en moyenne 63% des ressources des établissements publics, selon la Fédération hospitalière de France.

Jusqu’en 2004, les hôpitaux publics recevaient chaque année une dotation fixe indépendante de leur activité et qui empêchait le développement de certains établissements tout en favorisant des situations de rente pour d’autres.

Depuis bientôt 15 ans, une partie des ressources dépend du nombre d’actes et de séjours enregistrés. C’est le cas pour toutes les activités de médecine, chirurgie, obstétrique (MCO). En revanche, la psychiatrie, les soins de suites ou les urgences restent financées par des dotations.

En MCO, 2.300 catégories d’actes correspondent à autant de « tarifs » fixés par le gouvernement pour déterminer les sommes remboursées aux hôpitaux par l’Assurance maladie.

Plus l’établissement enregistre de séjours, plus son budget augmente. De quoi favoriser une « course à la rentabilité » et aux actes les plus rémunérateurs, selon les détracteurs de la T2A. D’autant que celle-ci ne tient pas compte des spécificités du patient (âgé, précaire, malade chronique) ni du nombre de jours passés à l’hôpital.

Pour contrer les dérives de l' »hôpital-entreprise », le gouvernement prévoit donc de corriger la T2A et de la plafonner à 50% dans la part du financement des établissements, dans la droite ligne d’une promesse de campagne d’Emmanuel Macron.

Il s’agira d’accorder une place plus importante à la prévention, la coopération entre l’hôpital et la ville (professionnels de santé libéraux) et les pratiques vertueuses pour éviter les actes inutiles et les réhospitalisations, par exemple.

Le budget de la sécurité sociale pour 2018 a déjà prévu des expérimentations avec la mise en place de forfaits englobant le parcours du patient.

Reste la question épineuse des économies imposées à l’hôpital, qui subit chaque année une baisse de ses tarifs. Et est ainsi incité à produire plus d’actes pour viser l’équilibre.

En 2017, le déficit des hôpitaux publics a atteint le niveau record de 890 millions d’euros, selon la FHF.

Santé

Maladies rares: Sanofi et Orange Healthcare s’unissent pour améliorer le diagnostic

AFP

Published

on

By

Le groupe pharmaceutique Sanofi et la filiale santé de l’opérateur de télécommunications Orange ont présenté mercredi des propositions visant à accélérer le diagnostic des maladies rares en France, en faisant la part belle à des outils de e-santé.

Une maladie est dite rare quand elle touche moins d’une personne sur deux mille. Mais si chaque pathologie « rare » l’est prise isolément, cette vaste catégorie de maladies – plus de 7.000 ont été identifiées à ce jour – concerne plus de 3 millions de personnes en France.

Majoritairement d’origine génétique, 95% de ces pathologies n’ont à ce jour pas de traitement curatif. Par ailleurs, la moitié des malades n’ont pas de diagnostic précis de leur pathologie, lequel « met plus de cinq ans à être établi pour près d’un quart des patients, et parfois beaucoup plus », rappelle Sanofi dans un communiqué.

Pour réduire cette « errance diagnostique », 14 propositions ont été formulées dans le livre blanc d’un collectif, « UniR », regroupant Sanofi, Orange Healthcare ainsi qu’une vingtaine d’acteurs impliqués dans les maladies rares (instituts de recherche académiques, associations de patients, professionnels de santé, start-up).

Plusieurs de ces propositions font appel aux nouvelles technologies numériques appliquées à la santé (e-santé), comme un logiciel d’aide à la réflexion diagnostique spécialisé dans les maladies rares, ou un système d’intelligence artificielle analysant des images par IRM et des clichés de biopsies, afin de valider ou infirmer le diagnostic d’une maladie rare.

Sanofi pour sa part s’est engagé à développer trois projets jugés prioritaires par le collectif UniR, sur le mode de l’innovation ouverte, c’est-à-dire par le biais de collaborations externes.

Le premier consiste à concevoir une alerte automatique sur le logiciel du médecin en cas d’identification de symptômes atypiques sur un patient. Le deuxième vise à créer une plateforme d’aide pour guider les médecins généralistes dans l’orientation des maladies vers le bon centre expert. Sanofi compte enfin réaliser une étude de données statistiques sur l’errance diagnostique, qui sera partagée.

La démarche UniR s’inscrit « pleinement en cohérence » avec le troisième Plan national maladies rares, présenté en juillet dernier par le gouvernement, selon Sanofi. L’un des principaux axes de ce plan vise précisément à améliorer et accélérer le diagnostic de ces pathologies.

Lire la suite

Santé

Pas assez de preuves pour interdire les boissons énergisantes

Les experts conseillant le gouvernement ont déclaré qu’il n’existait pas suffisamment de preuves scientifiques pour justifier l’interdiction de la vente de boissons énergisantes aux enfants.

Ange Poireau

Published

on

Mais le Comité des sciences et de la technologie a déclaré que les préoccupations de la société et les témoignages des enseignants pourraient « justifier une interdiction ».

Les députés ont recommandé des étiquettes plus en vue, indiquant que les boissons ne convenaient pas aux enfants.

Les critiques ont déclaré qu’ils étaient déçus de ne pas voir de recommandation d’interdiction.

Un certain nombre de grands supermarchés interdisent déjà leur vente aux moins de 16 ans en raison d’inquiétudes quant à leur teneur en sucre et en caféine.

En août, le gouvernement a lancé une consultation publique sur l’opportunité de rendre illégale la vente de boissons énergisantes à des enfants.

Les jeunes britanniques sont les plus gros consommateurs de boissons énergisantes d’Europe pour leur groupe d’âge.

Le président du comité multipartite, Norman Lamb, a déclaré avoir entendu un éventail de préoccupations qui « vont du manque de concentration dans la classe et de l’hyperactivité aux effets sur la santé physique ».

Il a ajouté qu’il était « clair d’après les preuves que nous avons reçues que les enfants défavorisés consomment des boissons énergisantes à un taux plus élevé que leurs pairs ».

Cependant, le comité a constaté que les preuves étaient insuffisantes pour déterminer si les habitudes de consommation des enfants en ce qui concerne les boissons énergisantes étaient sensiblement différentes de celles des autres boissons contenant de la caféine, comme le thé et le café.

Les députés ont certes constaté qu’il existait une corrélation entre la consommation de boissons énergisantes et le fait que les jeunes adoptent d’autres comportements à risque, comme boire de l’alcool et fumer, mais il n’a pas été « possible de déterminer s’il existait un lien de causalité ».

Norman Lamb a déclaré: « Il serait légitime pour le gouvernement d’aller au-delà des preuves disponibles actuellement et de mettre en œuvre une interdiction statutaire fondée sur des préoccupations sociétales et des éléments de preuve, tels que l’expérience des enseignants et des élèves. Si le gouvernement décide introduire une interdiction, cela devrait expliquer pourquoi cette décision a été prise.  »

La commission a appelé le gouvernement à commander une étude indépendante pour déterminer si les boissons énergisantes sont plus nocives que les autres boissons sans alcool.

Les députés ont également soutenu l’idée de zones d’exclusion des ventes aux enfants autour des écoles.

Ils ont déclaré que malgré l’étiquetage réglementaire sur les boissons énergisantes qui ne sont pas recommandées pour les enfants, « un nombre important de jeunes continuent à consommer ces produits, et certains en quantité excessive ». ce qui amène à craindre que les enfants et leurs parents ne comprennent pas bien ce qu’ils consomment.

La commission a déclaré que le gouvernement devrait saisir l’occasion qui lui est offerte de quitter l’Union européenne pour introduire de nouvelles exigences en matière d’étiquetage – plus en avant – pour les boissons énergisantes.

Le professeur Russell Viner, président du Collège royal de pédiatrie et de santé de l’enfant (RCPCH) a déclaré qu’il était « décevant de ne pas voir aujourd’hui la recommandation d’interdire la vente de ces boissons aux enfants.

« Nous pensons que la preuve est déjà convaincante que les boissons énergisantes n’apportent aucun bénéfice et ne font que nuire aux enfants. »

Les membres du comité ont déclaré avoir entendu un certain nombre de témoins affirmer que le faible coût des boissons énergisantes les rendait plus accessibles aux enfants.

Le professeur Viner a déclaré que le gouvernement devrait introduire « un prix minimum pour les boissons énergisantes, sachant que leur prix modique est un facteur déterminant pour leur achat ».

Le syndicat des enseignants de la NASUWT a témoigné à l’enquête. Chris Keates, secrétaire général, a déclaré: « Les enseignants et les chefs d’établissement continuent de constater de visu la contribution que les boissons énergisants peuvent apporter au comportement médiocre des élèves et à leur capacité de concentration en classe. »

Le syndicat a déclaré que les interdictions volontaires mises en place par les détaillants étaient « utiles » mais ne vont pas assez loin, et « une interdiction générale est nécessaire ».

Lire la suite

Afrique

Pandémie du SIDA: L’UNICEF plaide pour l’intensification de la lutte

Environ 270 000 enfants âgés entre 0 et 19 ans seront nouvellement infectés par le VIH en 2030.

Published

on

Cela fait des décennies que le Syndrome Immuno Déficitaire Acquis (SIDA) décime les populations dans le monde entier. En effet chaque année, on les compte par milliers ces adolescents qui succombent à la maladie, malgré l’existence des antirétroviraux et des campagnes de sensibilisation qui visent à en freiner l’expansion. Malheureusement, des prévisions actuelles indiquent que quelques 360 000 adolescents, (dont 76 chaque jour) mourront des maladies liées au SIDA entre 2018 et 2030.

D’après le rapport intitulé Children, HIV and Aids : The world in 2030 récemment publié, des projections démographiques et des tendances portent exactement à 270 000 le nombre d’enfants âgés entre 0 et 19 ans, qui seront infectés par le VIH en 2030, malgré les efforts jusqu’ici fournis pour lutter contre ce fléau. Des chiffres qui font froid dans le dos et face auxquels l’UNICEF plaide pour l’intensification immédiate du déploiement des programmes prévention, de dépistage et traitement du VIH en faveur des adolescents.

« Le rapport est très clair et ne laisse pas l’ombre d’un doute sur le fait que le monde est en mauvaise voie pour éliminer le sida chez les enfants et les adolescents d’ici à 2030. Les programmes visant à prévenir la transmission du VIH de la mère au nouveau-né portent leurs fruits mais restent insuffisants. Tandis que les programmes visant à traiter le virus et à l’empêcher à se propager parmi les enfants plus âgés sont loin d’atteindre leurs objectifs », indique Henrietta Fore, Directrice générale de l’UNICEF.

Pour plus d’efficience et d’efficacité dans la lutte, plusieurs approches ont pour cela été recommandées par le rapport sus-évoqué. Soutenue par l’UNICEF, des campagnes de dépistages centrées sur les familles dont l’objectif devrait d’identifier et de traiter les enfants qui vivent avec le VIH sans le savoir devront être organisées, en plus de l’élargissement au techniques de diagnostic sur les lieux des soins afin d’améliorer le diagnostic précoce chez le nourrisson. Non sans oublier la mise en place des services adaptés et des activités ciblées destinées aux adolescents au sein des communautés, entre autres devront se tenir.

« Il est impératif d’entretenir un sentiment d’urgence pour consolider les victoires que nous avons remportées au cours de cette décennie (…). Pour cela, nous devons explorer des stratégies innovantes et préventives qui nous permettront d’atteindre les jeunes les plus vulnérables et les plus à risque », préconise la directrice générale de l’UNICEF.  Pour information, des estimations actuelles parlent de 3 millions d’enfant et d’adolescents vivant avec le VIH dans le monde et plus de la moitié d’entre eux vit en Afrique de l’Est et Australe.

Lire la suite
Advertisement

Facebook




cinéma

Advertisement