Connect with us

RD Congo

RDC: Bemba et les cinq exclus poursuivent le combat devant la justice

AFP

Publié le

La marche vers des élections apaisées et inclusives traverse une étape-test en République démocratique du Congo où l’ex-chef de guerre Jean-Pierre Bemba, trois ex-Premiers ministres, les héritiers politiques de Patrice Lumumba et la seule femme candidate protestent en justice contre leur exclusion.

L’attention s’est tournée ce lundi vers la Cour constitutionnelle, dernier espoir des six candidats -sur 25- recalés vendredi par la commission électorale.

Ils ont tous annoncé leur intention de saisir la Cour dans le délai légal de 48 heures. La Cour a dix jours pour se prononcer. La publication de la liste définitive des candidats est prévue le 19 septembre, à trois mois des élections annoncées le 23 décembre.

‘Verdict connu d’avance’

L’opposition et des mouvements citoyens doutent autant de l’indépendance de la Cour que de celle de la commission électorale nationale indépendante (Céni).

L’opposition a accusé la Céni d’obéir aux « injonctions » du pouvoir du président Joseph Kabila pour éliminer ses candidats.

« Il n’y a pas d’inclusivité en dehors de la Constitution, en dehors des normes légales », a répondu le porte-parole du gouvernement, Lambert Mende, sur la télévision nationale RTNC.

« Pourquoi Joseph Kabila serait-il le seul à respecter la loi? », a-t-il ajouté. Le président, qui ne pouvait pas se représenter, a finalement désigné un dauphin après deux reports des élections depuis la fin de ses mandats en décembre 2016.

« Le verdict de la Cour constitutionnelle est connu d?avance », s’est insurgé sur Twitter le mouvement citoyen Lutte pour le changement (Lucha).

Lucha cite le nom du président de la cour, Benoît Lwamba, ancien conseiller du président Kabila, et du juge Norbert Nkulu, un des trois juges nommés il y a quelques semaines et qui passent pour des fidèles.

A ce stade, pas question pour l’opposition d’un boycott de l’élection, qui ouvrirait une nouvelle phase d’incertitude dans le plus grand pays d’Afrique sub-saharienne.

« Voyons-voir ce que la suite va nous réserver au niveau de la Cour constitutionnelle », a temporisé sur France 24 Jean-Pierre Bemba, l’un des favoris à la succession du président Kabila avec ses bastions à Kinshasa et dans l’ouest.

« Pour autant que la Cour soit indépendante », a aussi prévenu M. Bemba, écarté en raison de sa condamnation pour subornation de témoins devant la Cour pénale internationale (CPI).

Lundi matin, une présence policière inhabituelle était visible dans l’enceinte de la Cour, a constaté une journaliste de l’AFP.

Des partisans d’un « lumumbiste » historique se sont rassemblés devant la Cour pour soutenir Antoine Gizenga, 92 ans, vice-Premier ministre au temps du héros national Patrice Lumumba à l’indépendance en 1960 – et, plus récemment, ancien Premier ministre de M. Kabila (2006-2008).

M. Gizenga défend le Parti lumumbiste unifié (Palu) face à un candidat dissident, Adolphe Muzito, lui aussi ancien Premier ministre.

Tous les deux ont été disqualifiés par la commission électorale, le patriarche parce qu’il n’aurait pas signé lui-même les formulaires (« défaut de qualité du signataire »), et M. Muzito pour « conflit d’intérêt avec le Palu qui conteste sa candidature ».

M. Muzito avait annoncé en mars la fin de l’alliance électorale avec la majorité pro-Kabila, avant de quitter le Palu. A cette époque, le patriarche Gizenga avait été salué par le président Kabila en personne lors d’une rencontre.

Congolais d’origine ou pas

Deux autres candidats ont été disqualifiés pour « défaut de nationalité (congolaise) d’origine »: l’ancien Premier ministre d’ouverture Samy Badibanga (novembre 2016-avril 2017) et la seule femme candidate, une haute-fonctionnaire, Marie-Josée Ifoku Mputa.

La double nationalité est interdite en droit congolais.

M. Badibanga, « congolais d’origine », « a déposé sa déclaration de recouvrement de la nationalité congolaise après sa renonciation à sa nationalité belge d’acquisition », selon un extrait du Journal officiel du 7 décembre 2016 reproduit par la Libre belgique.

« Je suis congolaise d’origine par mon père et par mère », s’est défendue Mme Ifoku Mputa jointe par l’AFP.

« Pendant un temps, j’ai acquis la nationalité canadienne. En 2011, j’y ai renoncé parce que je savais que j’allais entrer en politique. J’ai reçu un document de répudiation des autorités canadiennes. J’ai recouvré ma nationalité congolaise d’origine », plaide l’ex-vice-gouverneure de la province de la Tshuapa.

Le débat est encore juridique, mais le quotidien d’opposition le Potentiel accuse: « La Majorité présidentielle est totalement engagée à torpiller le processus électoral. Après s’être doté d’un dauphin, le régime en place veut s’assurer par tous les moyens, y compris les coups bas politiques et la tricherie, de gagner les prochaines élections ».

NOTE: Dans le but d’élargir son champ d’action, LaminuteInfo s’ouvre au journalisme citoyen. L’objectif de la politique éditoriale est d’essayer  désormais de publier des actualités concernant des événements ou faits objectifs, vérifiables et autant que possible inédits. Si vous avez des informations à partager avec les autres, alors soumettez les pour publication ICI

RD Congo

RDC: l’ONU s’engage vers une stratégie de retrait progressif

AFP

Published

on

By

L’ONU a entrepris d’élaborer une stratégie de retrait progressif de Casques bleus de République démocratique du Congo, qui pourrait se traduire à moyen terme par de premiers ajustements et changements de priorités.

Après l’élection d’un président, une ouverture de l’espace politique et une amélioration de la situation sécuritaire dans plusieurs régions, « nous allons ajuster progressivement la Monusco, tant dans sa taille que dans sa mission et sa présence », indique un responsable de l’ONU sous couvert d’anonymat.

Les Nations unies sont présentes en RDC depuis une vingtaine d’années et la Monusco, avec ses quelque 16.000 Casques bleus, représente l’une de ses missions actuelles les plus importantes et les plus coûteuses.

« Nous regardons comment l’ajuster » au nouveau contexte dans le pays « et probablement la réduire. Le processus et les modalités restent à définir », ajoute le même responsable. A moyen terme, « la Monusco peut être réduite dans des proportions relativement modestes », précise-t-il.

« Nous devons travailler avec les Congolais sur un processus conduisant à une stratégie de sortie progressive », résume ce responsable.

A la différence de l’ex-président Joseph Kabila qui réclamait régulièrement le départ de la Monusco, le nouveau chef d’Etat Félix Tshisekedi a plutôt montré jusqu’à présent de bonnes dispositions à l’égard de l’ONU.

« Il a indiqué vouloir garder la Monusco et sortir de la relation conflictuelle » entretenue jusqu’alors avec l’ancien président, indique un diplomate.

En conséquence, le Conseil de sécurité pourrait être amené fin mars, à l’échéance du mandat de la Monusco, à la prolonger de sept mois sans grands changements fondamentaux. En juin, lors de la renégociation annuelle du budget des opérations de paix de l’ONU, l’enveloppe consacrée à la RDCongo (1,11 milliard de dollars par an) ne serait fixée que pour six mois.

Ces échéances permettraient de donner du temps aux nouvelles autorités congolaises et à l’ONU pour définir l’avenir de la Monusco, indique le diplomate.

Dans plusieurs régions, l’ONU a constaté un intérêt croissant de groupes armés à déposer les armes et à rejoindre un processus de réintégration, notamment dans le Kasai ou en Ituri, selon le responsable de l’ONU.

Les violences continuent en revanche dans le Kivu (est) et l’ONU devra probablement renforcer à terme ses contingents dans cette partie du territoire alors qu’elle allégera sa présence dans l’ouest, selon une source proche du dossier.

Lire la suite

RD Congo

La riposte à Ebola en RDC « ne parvient pas à maîtriser » l’épidémie, selon MSF

AFP

Published

on

By

La riposte à Ebola en RDC « ne parvient pas à maîtriser » l’épidémie, a affirmé jeudi l’ONG Médecins Sans Frontières, imputant cet échec à la militarisation de la réponse et au manque de confiance des communautés affectées.

« Sept mois après le début de la plus importante épidémie d’Ebola en République démocratique du Congo, et dans un climat de méfiance croissante de la part de la communauté, la riposte ne parvient pas à prendre le dessus » et à « maitriser l’épidémie », a indiqué MSF dans un communiqué.

Près de 900 cas ont été enregistrés, dont 563 décès, selon les autorités. Depuis le début de l’année, plus de 40% des nouveaux cas sont des personnes décédées d’Ebola chez elles, dans les communautés.

« Cela signifie que nous ne pouvons pas les atteindre et qu’elles n’ont pas cherché des soins », a déclaré la présidente de MSF, Joanne Liu, lors d’une conférence de presse à Genève.

« Nous sommes face à une contradiction frappante: d’un côté, une réponse rapide et importante grâce à de nouveaux outils médicaux comme les vaccins et les traitements qui donnent des résultats prometteurs quand les patients arrivent tôt, de l’autre, des personnes infectées par Ebola qui meurent dans leurs communautés et qui n’ont pas suffisamment confiance en la réponse pour venir se faire soigner », a-t-elle relevé, dans le communiqué.



La dixième épidémie d’Ebola a été déclarée le 1er août 2018 dans la province du Nord-Kivu avant de toucher quelques jours plus tard la province voisine de l’Ituri (nord-est).

Les activités de riposte contre l’épidémie ont, à plusieurs reprises, été perturbées par des attaques dans cette région de la RDC, en proie à des conflits.

La semaine dernière, MSF a suspendu ses activités de lutte contre Ebola à Katwa et Butembo, dans la province du Nord-Kivu, à la suite d’attaques successives sur deux centres de traitement.

Durant le mois de février uniquement, des dizaines d’incidents sécuritaires ont eu lieu à l’encontre de l’ensemble des activités Ebola, selon MSF.

« Une série de problèmes a conduit à ces tensions », dont « le déploiement massif de ressources financières centré seulement sur Ebola », ainsi que « le report officiel des élections en raison de l’épidémie Ebola, exacerbant les soupçons selon lesquels Ebola serait une manigance politique », a-t-elle poursuivi.

L’ONG déplore aussi l’utilisation de la police et des forces armées pour « imposer aux gens des mesures sanitaires », car cela conduit les communautés locales « à se mettre davantage à l’écart », ce qui est « contreproductif ».

« La force ne doit pas être utilisée comme un outil pour tracer et traiter les patients, contraindre à des enterrements sécurisés ou décontaminer les maisons », a insisté MSF.

Lire la suite

RD Congo

RDC : risque de « recrudescence » d’Ebola après l’attaque de centres de traitement

AFP

Published

on

By

Les autorités sanitaires congolaises ont redouté vendredi une « recrudescence importante » des cas de fièvre hémorragique après la destruction de deux centres de traitement d’Ebola dans une région de l’est de la République démocratique du Congo touchée par l’épidémie.

Dimanche et mercredi, deux attaques distinctes ont visé deux centres de traitement d’Ebola cogérés par l’organisation Médecins sans frontières (MSF) et le ministère de la Sante dans la province du Nord-Kivu (est).

« Ces deux incidents ont énormément perturbé les équipes de la riposte » et « il faudra s’attendre à une recrudescence importante des cas dans les zones de santé de Katwa et Butembo dans les prochains jours », s’est inquiété le ministère congolais de la Santé.

MSF a suspendu ses activités dans les deux centres après ces attaques. « Au regard de ces deux incidents violents, nous n’avons pas d’autre choix que de suspendre nos activités jusqu’à nouvel ordre », explique Hugues Robert, responsable des programmes d’urgence pour MSF, cité dans un communiqué de cette ONG médicale.

« Aucun membre du personnel ni aucun patient n’a été blessé, mais les deux attaques ont été traumatisantes pour les patients, leurs proches et les équipes qui se trouvaient dans les CTE à ce moment-là », note MSF.

Depuis plusieurs jours, les équipes de lutte contre Ebola sont « la cible d’attaques et de menaces qui ont fortement ralenti les activités de la riposte, plus particulièrement le suivi des contacts, l’investigation des alertes, la vaccination des contacts et les activités de prévention et contrôle des infections (PCI) », affirme le ministère dans son bulletin d’information daté de jeudi.

Le ministre de la Santé, Oly Ilunga Kalenga, accompagné du représentant de l’OMS en RDC, s’est rendu à Butembo jeudi pour s’enquérir de la situation sur le terrain suite aux deux incendies criminels ayant détruit les CTE à Katwa et Butembo, indique le ministère.

Le Dr Oly Ilunga a estimé qu’il sera « impossible de maîtriser l’épidémie dans la ville (de Butembo) tant que la sécurité des agents de la riposte n’est pas assurée ».

Déclarée le 1er août 2018, la dixième épidémie d’Ebola sévit dans les provinces du Nord-Kivu (est) et de l’Ituri (nord-est) et a déjà fait « 555 décès (490 confirmés et 65 probables) », selon le ministère de la Santé. L’épicentre de l’épidémie est aujourd’hui à Butembo, grand centre commercial d’un million d’habitants.

Lire la suite




Derniers articles

Monde9 minutes ago

Présidentielle en Indonésie: manifestations interdites, l’opposition rejette les résultats

Les autorités indonésiennes ont mis en garde jeudi contre toute manifestation après que le candidat de l’opposition à l’élection présidentielle...

Afrique9 minutes ago

Les Egyptiens votent samedi pour prolonger la présidence de Sissi

Les Egyptiens se prononcent à partir de samedi, lors d’un référendum sans suspense, sur une révision constitutionnelle qui prolongera de...

Sports26 minutes ago

Tour de Turquie: Fabio Jakobsen remporte la 3e étape au sprint, Bennett toujours leader

Le Néerlandais Fabio Jakobsen (Deceuninck-Quick-Step) a remporté au sprint jeudi la 3e étape du Tour de Turquie, courue entre Çanakkale...

France28 minutes ago

Macron et Paris rendent hommage aux « héros » sauveteurs de Notre-Dame

Emmanuel Macron a salué jeudi le courage des pompiers et personnels mobilisés pour sauver Notre-Dame, « exemplaires » sous le regard du...

Monde1 heure ago

Les Etats-Unis suspendus à la publication du rapport de l’enquête russe

La tension montait jeudi à Washington avant la publication du rapport final de l’enquête russe, qui pourrait être embarrassant pour...

Afrique1 heure ago

Petits boulots ou chômage, fatalité des jeunes diplômés sud-africains

Sur la photo accrochée au mur, la jeune femme fièrement parée de sa toge noire de diplômée universitaire affiche un...

Sports1 heure ago

Championnats de France de natation: Aubry sur tous les fronts

Déjà qualifié en eau libre, David Aubry, un des élèves de Philippe Lucas, a gagné son billet en bassin sur...

France1 heure ago

Quand l’Europe permet à des réfugiés d’enseigner à l’université

Dans leurs pays, ils étaient professeurs ou cadres. Mais la guerre les a poussés à chercher l’asile en France. Dans...

Football2 heures ago

L’équipementier français « Le Coq sportif » de retour chez les Lions indomptables du Cameroun

Le Coq sportif est le nouvel équipementier de l’équipe nationale de football du Cameroun, « Lions indomptables ». L’équipementier français habillera le...

Business2 heures ago

Comment le Brexit menace l’économie des Malouines et les pêcheurs espagnols

Les Malouines et leurs calamars, victimes collatérales du Brexit. Une sortie sans accord du Royaume-Uni pourrait avoir de lourdes conséquences...

Advertisement

Nous suivre sur facebook