Connect with us

Mali

Mali: « IBK », un homme à poigne réélu pour un second mandat

AFP

Publié le

A 73 ans, le président sortant du Mali Ibrahim Boubacar Keïta, réélu pour un second mandat de cinq ans, selon des résultats officiels annoncé jeudi, s’est forgé une réputation d’homme à poigne.

Ce bon vivant a remporté 67,17% des suffrages face à l’opposant Soumaïla Cissé au second tour de la présidentielle, qui s’est tenu le 12 août.

De sa fréquentation de prestigieux établissements français dans sa jeunesse, ce natif de Koutiala (sud), près de la frontière burkinabè, aura gardé non seulement un phrasé châtié, mais aussi une conception toute jacobine du pouvoir.

« Il est pour un pouvoir fort, centralisé, c’est sûr », déclare son ancien compagnon de route Boubacar Bah.

En cinq ans de mandat, cet homme décrit à la fois comme généreux, colérique et clivant, désigné par beaucoup de ses compatriotes comme « IBK », ses initiales, aura usé cinq Premiers ministres.

Parmi ses 23 concurrents au premier tour de la présidentielle le 29 juillet, figuraient bon nombre de ses anciens ministres, ce qui dénote son caractère « difficile », selon l’un d’eux, Mountaga Tall.

Ses détracteurs, qui lui reprochent son goût des voyages et des honneurs, l’accusent surtout de ne pas avoir démontré la même fermeté pour sortir le Mali de la crise, malgré sa victoire écrasante au second tour en 2013.

« Il a été élu avec 77,6% des suffrages exprimés, mais il n’a pas pu régler les problèmes essentiels du pays: le retour à la paix et la question de l’insécurité », affirme Abdoulaye Cissé, un soutien de l’ancien Premier ministre et candidat au premier tour Modibo Sidibé.

L’intéressé balaye les critiques, qualifiées d' »IBK-bashing » et se dépeint comme un président qui « vit en symbiose avec son peuple, sait son peuple, travaille à faire avancer son peuple », citant notamment l’accord de paix de mai-juin 2015 conclu avec l’ex-rébellion à dominante touareg, malgré les retards enregistrés dans son application.

« Je me sens en forme parfaite et je crois que cela a surpris. Beaucoup m’eussent souhaité dans le fond d’une chambre, reclus », a-t-il dit fin juillet, au retour d’une tournée électorale auprès des diasporas maliennes de trois pays d’Afrique, en allusion aux rumeurs récurrentes sur son état de santé.

– Ascension fulgurante –

Après des études littéraires dans son pays, au Sénégal et en France, Ibrahim Boubacar Keïta devient dans les années 1980 conseiller du Fonds européen de développement (FED), puis chef d’un projet de développement dans le nord du Mali.

Après avoir milité contre le général Moussa Traoré, renversé en mars 1991 par un coup d’Etat militaire, il connaît une ascension fulgurante sous Alpha Oumar Konaré, premier président (1992-2002) de l’ère démocratique du Mali.

Premier ministre de 1994 à 2000, M. Keïta, qui se réclame de la gauche, mate sans états d’âme une crise scolaire et des grèves qui paralysent le Mali, et ferraille contre l’opposition. De cette période, il gardera une image de fermeté qui fera son succès en 2013.

A la suite d’une brouille avec Alpha Oumar Konaré et le parti au pouvoir, il se présente à l’élection présidentielle de 2002 sous les couleurs de sa propre formation, le Rassemblement pour le Mali (RPM), mais n’arrive qu’en troisième position.

Amadou Toumani Touré, dit « ATT », un militaire qui a pris sa retraite de l’armée, l’emporte au second tour et se fait réélire dès le premier tour en 2007, devant « IBK ».

En mars 2012, « ATT » est renversé par des militaires qui l’accusaient d’incurie face à la rébellion dans le nord du pays, un putsch qui précipite la déroute de l’armée et la prise de contrôle de cette région par des groupes jihadistes, alliés un temps aux rebelles avant de les supplanter.

A l’élection présidentielle de 2013, après l’intervention internationale lancée à l’initiative de la France contre les jihadistes, Ibrahim Boubacar Keïta, considéré comme un recours, tient sa revanche en accédant au palais de Koulouba, la résidence officielle et les bureaux des présidents maliens.

Il a promis, s’il obtenait un second mandat, de « consolider les acquis, amplifier les réussites et corriger les manques »,.

« Il ne faut jamais préempter une élection », mais « nous pouvons y aller avec confiance et sérénité », a-t-il affirmé à la veille du second tour. Le pari est gagné.

NOTE: Dans le but d’élargir son champ d’action, LaminuteInfo s’ouvre au journalisme citoyen. L’objectif de la politique éditoriale est d’essayer  désormais de publier des actualités concernant des événements ou faits objectifs, vérifiables et autant que possible inédits. Si vous avez des informations à partager avec les autres, alors soumettez les pour publication ICI

Mali

Mali: plus d’une centaine de civils tués pendant une visite du Conseil de sécurité au Sahel

AFP

Published

on

By

Plus d’une centaine d’habitants d’un village peul du Mali ont été tués samedi par des membres présumés de groupes de chasseurs dogons, près de la frontière avec le Burkina Faso, en pleine visite du Conseil de sécurité de l’ONU dans un Sahel en proie à la menace jihadiste.

Depuis l’apparition il y a quatre ans dans le centre du Mali du groupe jihadiste du prédicateur Amadou Koufa, recrutant prioritairement parmi les Peuls, traditionnellement éleveurs, les affrontements se multiplient entre cette communauté et les ethnies bambara et dogon, pratiquant essentiellement l’agriculture, qui ont créé leurs propres « groupes d’autodéfense ».

Ces violences ont coûté la vie à plus de 500 civils en 2018, selon l’ONU.

Samedi à l’aube, c’est un de ces groupes de chasseurs dogons présumés qui est à l’origine d’un carnage à Ogossagou-Peul, dans la zone de Bankass, près de la frontière avec le Burkina Faso, tuant plus d’une centaine de villageois, selon des sources concordantes.

Dans un communiqué samedi soir à New York, le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a évoqué un bilan dépassant les 130 morts.

« Au moins 134 civils, y compris des femmes et des enfants, auraient été tués et au moins 55 blessés » à la suite de l’attaque, indique-t-il, en affirmant être « choqué et outré » par ce massacre.

« Le secrétaire général condamne fermement cet acte odieux et appelle les autorités maliennes à enquêter rapidement sur cette tragédie et à traduire ses auteurs en justice », ajoute le communiqué diffusé par l’ONU.

– Assaillants « habillés en chasseurs » –

Une mission composée d’un détachement de l’armée et des autorités locales est arrivée sur place dans l’après-midi, selon une source de sécurité.

« Ce sont les chasseurs traditionnels qui sont accusés par les rescapés », avait souligné dans la journée le préfet de Bankass, Boubacar Kané, parlant pour sa part de « 115 morts, dont les éléments peuls du DDR cantonnés dans le village de Ogossagou ». Il faisait référence à l’extension au centre du pays depuis le début de l’année du processus de « désarmement, démobilisation et réinsertion » (DDR) prévu par l’accord de paix de 2015 pour les combattants de groupes armés.

Selon l’association de défense des droits des populations pastorales Kisal, qui avait signalé des « exactions perpétrées contre la communauté peule par des hommes armés habillés en chasseurs dans le cercle de Bankass », les personnes tuées incluent « le chef du village et sa famille, le marabout Bara Sékou Issa et toute sa famille ».



Selon des témoins, les cases du village ont été incendiées.

L’ambassadeur français aux Nations unies, François Delattre, a parlé d’une « attaque terrible » que « nous condamnons fermement », lors d’une conférence de presse samedi à Bamako.

La Mission de l’ONU au Mali (Minusma) a « condamné fermement de telles attaques contre des civils », dans un communiqué publié samedi. « En soutien au Gouvernement malien, la Minusma a fourni un appui aérien afin de prévenir toute nouvelle attaque et a aidé à l’évacuation des blessés », a précisé Antonio Guterres dans son communiqué.

La Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA, ex-rébellion) a « condamné avec la dernière énergie ce crime imprescriptible » et appelé « à la cessation immédiate de ces massacres qui s »apparentent à un véritable pogrom orchestré », dans un communiqué distinct.

– « Menace » –

L’attaque est survenue six jours après un attentat jihadiste à Dioura, dans la même région mais beaucoup plus au nord, contre un camp de l’armée malienne, qui a perdu 26 hommes, selon un dernier bilan de source militaire.

Dans un communiqué de revendication vendredi, la principale alliance jihadiste du Sahel liée à Al-Qaïda justifie l’opération de Dioura par les « crimes odieux commis par les forces du gouvernement de Bamako et les milices qui le soutiennent contre nos frères peuls ».

Après avoir été reçus vendredi par le président Ibrahim Boubacar Keïta, les ambassadeurs des 15 pays siégeant au Conseil de sécurité ont rencontré samedi les signataires de l’accord de paix de 2015 puis le Premier ministre Soumeylou Boubèye Maïga, avec lequel ils ont évoqué la situation dans le centre du pays, selon l’ONU.

Dans un rapport publié le 5 mars, Antonio Guterres affirme que « les six derniers mois ont enregistré davantage d’avancées que le reste de la période écoulée depuis la signature de l’Accord en 2015 », grâce selon lui à « la pression internationale, notamment la perspective de sanctions ».

Mais « la menace, qui continue de se propager du nord vers le centre du Mali, détourne l’attention de l’Accord et en complique la mise en oeuvre », souligne-t-il.

Le très lourd bilan de l’attaque de Dioura a provoqué l’ire des familles de militaires maliens, bien que le gouvernement ait décrété un deuil national de trois jours à partir de vendredi et que le président Keïta ait prévenu les chefs de l’armée qu' »aucune négligence ne saurait plus être tolérée ».

Lire la suite

Mali

Mali: Plus de 100 villageois tués par des hommes armés

AFP

Published

on

By

Getty Images

Plus de 100 personnes ont été tuées dans l’attaque d’un village du centre du Mali par des hommes armés portant les vêtements des chasseurs Dogon, selon des reportages.

Des hommes armés ont encerclé le village avant d’attaquer les habitants de leurs maisons à Ogossagou, dans la région de Mopti, dans le pays, a déclaré un responsable local.

L’attaque de samedi a visé des membres de la communauté ethnique peule.

Des ambassadeurs auprès de l’ONU se trouvent actuellement au Mali pour faire face aux niveaux croissants de violence ethnique et djihadiste.

Les victimes de l’attaque meurtrière de samedi ont été « tuées à coups de pistolet et de machette », a déclaré un responsable de la sécurité locale à l’agence de presse AFP.

Cheick Harouna Sankare, maire du village voisin de Ouenkoro, a qualifié l’attaque de « massacre ».

Des affrontements entre chasseurs Dogon et éleveurs peuls nomades peuvent se produire pour l’accès à la terre et à l’eau.

Les Dogon accusent également les Fulanis de liens avec des groupes djihadistes. Les Fulanis affirment que l’armée malienne a armé les chasseurs pour les attaquer.

L’année dernière, des centaines de personnes sont mortes lors d’affrontements entre des chasseurs Dogon et des membres du groupe ethnique peuls.

Vendredi, un affilié al-Qaïda basé au Mali a déclaré qu’il avait mené une attaque la semaine dernière sur une base militaire qui a coûté la vie à plus de 20 soldats.

Le groupe a déclaré que c’était en réponse à la violence contre les éleveurs peuls.

Lire la suite

Mali

Mali: une attaque jihadiste contre un camp de l’armée fait 21 morts dans le centre

AFP

Published

on

By

Vingt-et-un militaires maliens ont été tués dimanche à l’aube dans une attaque contre leur camp à Dioura, dans le centre du Mali, ont indiqué des sources locales, une opération menée selon Bamako par un « groupe terroriste » dirigé par un déserteur passé dans les rangs jihadistes en 2012.

Situé dans une zone très difficile d’accès où est active depuis plusieurs années la katiba (cellule combattante) Macina, liée à Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), entre la capitale régionale, Mopti, et la frontière mauritanienne, le camp de Dioura a été « attaqué aux environs de 06H00 (GMT et locales) par des terroristes », selon l’armée malienne.

Les Forces armées maliennes (FAMa) « enregistrent des dégâts matériels et des pertes en vies humaines », indique l’armée, qui assure avoir repris le contrôle du poste militaire à 16H00 mais ne donne pas de bilan.

Se disant « consterné », le chef de la mission de l’ONU au Mali, Mahammad Saleh Annadif, a condamné une attaque ayant engendré « de lourdes pertes ». La Minusma a « organisé dans la journée l’évacuation médicale de plusieurs blessés », selon un communiqué.

« 21 corps de militaires maliens ont été enterrés dimanche à côté de Dioura », a déclaré à l’AFP un élu local. Le « bilan provisoire est de 21 corps découverts », a confirmé une source militaire malienne.

– ‘Camp détruit, le commandant tué’ –

L’opposition malienne, réunie au sein du Front pour la Sauvegarde de la Démocratie, a évoqué un bilan de « plus de 20 FAMas morts, une vingtaine de disparus, un nombre indéterminé de blessés, huit véhicules brûlés, dont des (camions) citernes et huit véhicules équipés d’armes de guerre emportés par les assaillants ».

« Le camp militaire détruit. Le commandant de compagnie, le capitaine Mohamed Sidati Ould Cheikh est parmi les militaires tombés sous les feux des terroristes », ajoute l’opposition, évoquant le plus « lourd bilan » depuis la cuisante défaite de l’armée malienne face à des groupes rebelles touareg et arabes à Kidal (nord) en mai 2014.



Selon l’armée, l’attaque de dimanche a été menée par « des groupes terroristes sous le commandement de Ba Ag Moussa », dit Bamoussa, un ex-colonel ayant rejoint les rangs jihadistes en 2012 et considéré comme un proche du Touareg malien Iyad Ag Ghaly, qui dirige la principale alliance jihadiste du Sahel.

« Toutes nos pensées pour les fiers soldats de l’Armée malienne tombés à Dioura », a réagi le président malien, Ibrahim Boubacar Keïta, que l’opposition exhorte à « prendre les mesures d’urgence qui s’imposent ».

– Opérations Barkhane et Minusma –

En avril 2018, « 14 suspects terroristes » arrêtés à Dioura et remis à des militaires maliens avaient été tués « suite à une présumée tentative d’évasion », selon l’armée. Une association peule et des proches avaient dénoncé des « exécutions sommaires ».

Malgré la Minusma, une forte présence militaire française et la création de la force militaire régionale G5-Sahel, les violences jihadistes persistent dans le pays, avec 237 attaques recensées en 2018, selon l’ONU.

Les autorités maliennes et les forces internationales espéraient une baisse des violences dans le centre après avoir donné pour mort fin novembre le chef de la katiba Macina, le prédicateur radical peul Amadou Koufa, lui aussi membre de l’alliance d’Iyad Ag Ghaly.

Mais l’homme est réapparu récemment sur une vidéo jugée crédible par l’état-major français, et les violences se sont poursuivies dans la région.

Six militaires maliens ont été tués mardi: leurs véhicules ont sauté sur une mine dans la région de Mopti. Deux soldats français de Barkhane avaient été grièvement blessés quelques jours plus tôt dans leur campement temporaire près de la frontière du Niger.

Le nord du Mali était tombé en mars-avril 2012 sous le contrôle de groupes islamistes liés à Al-Qaïda, qui en ont été en grande partie chassés par une intervention militaire internationale lancée en janvier 2013 à l’initiative de la France, et qui se poursuit. Depuis 2015, ces attaques se sont étendues dans le centre et le Sud et le phénomène déborde sur les pays voisins, le Burkina Faso et le Niger. Ces attaques s’ajoutent à des conflits intercommunautaires qui ont fait plus de 500 morts parmi les civils dans le centre en 2018, selon l’ONU.

Lire la suite




Derniers articles

Sports48 minutes ago

Monte-Carlo: Medvedev remporte le choc Next Gen du jour contre Tsisipas

Le Russe Daniil Medvedev, 23 ans (14e mondial), a remporté jeudi le choc des jeunes stars de la génération montante...

Sports2 heures ago

Manchester City: Guardiola a perdu les clefs de l’Europe

Pep Guardiola, agenouillé sur la pelouse, se tenant la tête dans les mains, reste comme l’une des images fortes de...

Football3 heures ago

Paris SG: l’angoisse d’une fin de saison ratée

Qu’est-ce qui cloche au PSG ? Au lieu d’officialiser son titre de champion, le club parisien s’est empêtré dans une...

Sports4 heures ago

Coupe d’Europe: le renouveau toulousain, une aubaine pour sa trésorerie

Leader du championnat et demi-finaliste de la Coupe d’Europe, le Stade Toulousain a retrouvé son lustre d’antan et remplit de...

Sports5 heures ago

Le CIO va donner 500.000 euros pour que Notre-Dame soit prête pour les JO de Paris-2024

Le Comité international olympique (CIO) va donner 500.000 euros pour la reconstruction de Notre-Dame, a annoncé son président Thomas Bach...

France5 heures ago

Notre-Dame: une cathédrale « éphémère » en bois envisagée sur le parvis

Une cathédrale de bois « éphémère » pourrait être élevée sur le parvis de Notre-Dame, en partie détruite par les flammes, le...

Monde6 heures ago

Le baptême en libre-service dans l’Eglise du Danemark en manque de fidèles

Pris d’une envie soudaine d’être baptisé mais réticent face à la perspective d’une préparation exigeante ? L’Eglise du Danemark a...

Sports6 heures ago

Masters 1000 de Monte-Carlo: Djokovic passe en quarts sans briller

Novak Djokovic s’est qualifié jeudi pour les quarts de finale du Masters 1000 de Monte-Carlo en battant l’Américain Taylor Fritz...

France6 heures ago

Notre-Dame: il reste « trois points de fragilité majeurs » selon Riester

Il reste « trois points de fragilité majeurs » dans la cathédrale Notre-Dame sur lesquels des travaux sont en cours, a déclaré...

Monde7 heures ago

Ukraine: le comédien Zelensky grand favori du second tour

A trois jours du second tour de la présidentielle en Ukraine, le comédien Volodymyr Zelensky s’imposait jeudi comme le grand...

Advertisement

Nous suivre sur facebook