Connect with us

Mali

Keita réélu président du Mali

Ange Poireau

Publié le

Le président malien, Ibrahim Boubacar Keita, a été réélu pour un mandat de cinq ans après avoir remporté une victoire écrasante lors d’un deuxième tour de scrutin, selon des chiffres officiels publiés jeudi.

Les élections ont été surveillées de près à l’étranger, le Mali étant un État clé dans l’insurrection djihadiste qui fait rage au Sahel.

Keita, 73 ans, a remporté 67,17% des suffrages dimanche contre 32,83 pour le rival de l’opposition et ancien ministre des Finances, Soumaila Cisse, 68 ans, qui s’est également présenté contre Keita en 2013, a annoncé le gouvernement. Le taux de participation était faible, à 34,5%.

Le parti de Cissé jure avec colère de contester les résultats, mais en utilisant « tous les moyens démocratiques ».

Le Mali, pays enclavé abritant au moins 20 groupes ethniques où la plupart des gens vivent avec moins de 2 dollars (1,76 euro) par jour, se bat depuis des années contre une révolte islamique qui alimente désormais la violence intercommunautaire.

Des centaines de personnes sont mortes cette année seulement, la plupart à Mopti, une mosaïque ethnique du centre du Mali, dans des violences impliquant la communauté des éleveurs nomades peules et les agriculteurs Bambara et Dogon.

La réponse de Keita à la crise naissante était le grand problème de la campagne, les candidats de l’opposition l’ayant poursuivi pour incompétence ou indifférence.

Mais les assauts verbaux n’ont pas entamé son soutien de base, et une opposition fracturée et une apathie généralisée des électeurs l’ont laissé en tête de liste lors du dernier tour.

Le vote a également été marqué par des attaques jihadistes qui ont entraîné la fermeture d’un petit pourcentage de bureaux de vote et par des allégations de bourrage d’urnes et d’autres irrégularités.

Les trois principaux candidats de l’opposition ont contesté le résultat du premier tour, mais la Cour constitutionnelle a rejeté leur candidature.

Revendication de fraude

Cisse a déclaré lundi qu’il rejetterait les résultats.

Il a appelé « tous les Maliens à se soulever … Nous n’accepterons pas la dictature de la fraude » – une attaque verbale qui a déclenché un appel au calme de l’ONU.

Jeudi, alors que les partisans de Keita se réjouissaient, le chef de campagne de Cissé, Tiebile Drame, a qualifié les résultats de faux.

« Ce sont leurs résultats. Ils ne reflètent pas la vérité des sondages« , a déclaré Drame.

« Nous appelons fermement les gens à se mobiliser« , a-t-il déclaré, ajoutant toutefois que le parti avait l’intention de mobiliser « tous les moyens démocratiques » pour contester le résultat.

Keita envisage de faire appel à la Cour constitutionnelle « pour obtenir l’annulation des résultats frauduleux » dans certaines régions, a déclaré Drame.

Des missions d’observateurs envoyées par l’Union européenne et l’Union africaine (UA) ont publié des rapports provisoires selon lesquels les élections n’avaient pas été gravement compromises.

« Nos observateurs n’ont pas vu de fraude mais des irrégularités« , a déclaré la chef de la mission de l’UE, Cecile Kyenge. L’UA a déclaré que le vote avait eu lieu « dans des conditions acceptables ».

L’analyste politique Souleymane Drabo a minimisé le risque de troubles électoraux, affirmant que les politiciens du pays, y compris Cisse et Keita lors des scrutins précédents, avaient «une longue histoire d’appeler la fraude au moment des élections».

« Tout le monde sait que la page a tourné« , a déclaré Drabo, ajoutant que le problème le plus immédiat pour la plupart des gens était de se préparer à Tabaski, le nom ouest-africain de la prochaine fête islamique de l’Aïd al-Adha.

Mais Jonathan Sears, chercheur sahélien au Centre Francopaix de Montréal, a été plus prudent, craignant que les doutes quant à la transparence du vote ne compromettent la démocratie au Mali.

« Ces élections ont été une occasion perdue et l’insistance de Cissé à interroger les résultats souligne que« , a-t-il déclaré à l’AFP. « Le rejet est profondément préoccupant – si Cisse parle pour beaucoup de gens, il y a une possibilité que cela dérange socialement. »

Défis

Keita prendra ses fonctions le 4 septembre, faisant face à de grandes attentes en vue de renforcer l’accord de paix de 2015 entre le gouvernement, les groupes alliés au gouvernement et les anciens rebelles touaregs.

La crédibilité de l’accord, présenté par Keita comme la pierre angulaire de la paix, a été ébranlée par l’état d’urgence qui en est à sa quatrième année en novembre.

La France, qui est intervenue pour éliminer les djihadistes dans le nord du Mali en 2013, compte toujours 4 500 soldats dans le pays.

Ils sont déployés aux côtés des 15 000 soldats de la paix de l’ONU et d’une force régionale du G5 Sahel, dans le but de combattre les insurgés et de restaurer l’autorité de l’Etat dans le nord du pays.

Un autre défi pour Keita est de renforcer l’économie. Les revenus par habitant ont diminué depuis 2014, selon la Banque mondiale, et près de la moitié des 18 millions d’habitants vivent dans la pauvreté.

NOTE: Dans le but d’élargir son champ d’action, LaminuteInfo s’ouvre au journalisme citoyen. L’objectif de la politique éditoriale est d’essayer  désormais de publier des actualités concernant des événements ou faits objectifs, vérifiables et autant que possible inédits. Si vous avez des informations à partager avec les autres, alors soumettez les pour publication ICI

Mali

Mali: plus d’une centaine de civils tués pendant une visite du Conseil de sécurité au Sahel

AFP

Published

on

By

Plus d’une centaine d’habitants d’un village peul du Mali ont été tués samedi par des membres présumés de groupes de chasseurs dogons, près de la frontière avec le Burkina Faso, en pleine visite du Conseil de sécurité de l’ONU dans un Sahel en proie à la menace jihadiste.

Depuis l’apparition il y a quatre ans dans le centre du Mali du groupe jihadiste du prédicateur Amadou Koufa, recrutant prioritairement parmi les Peuls, traditionnellement éleveurs, les affrontements se multiplient entre cette communauté et les ethnies bambara et dogon, pratiquant essentiellement l’agriculture, qui ont créé leurs propres « groupes d’autodéfense ».

Ces violences ont coûté la vie à plus de 500 civils en 2018, selon l’ONU.

Samedi à l’aube, c’est un de ces groupes de chasseurs dogons présumés qui est à l’origine d’un carnage à Ogossagou-Peul, dans la zone de Bankass, près de la frontière avec le Burkina Faso, tuant plus d’une centaine de villageois, selon des sources concordantes.

Dans un communiqué samedi soir à New York, le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a évoqué un bilan dépassant les 130 morts.

« Au moins 134 civils, y compris des femmes et des enfants, auraient été tués et au moins 55 blessés » à la suite de l’attaque, indique-t-il, en affirmant être « choqué et outré » par ce massacre.

« Le secrétaire général condamne fermement cet acte odieux et appelle les autorités maliennes à enquêter rapidement sur cette tragédie et à traduire ses auteurs en justice », ajoute le communiqué diffusé par l’ONU.

– Assaillants « habillés en chasseurs » –

Une mission composée d’un détachement de l’armée et des autorités locales est arrivée sur place dans l’après-midi, selon une source de sécurité.

« Ce sont les chasseurs traditionnels qui sont accusés par les rescapés », avait souligné dans la journée le préfet de Bankass, Boubacar Kané, parlant pour sa part de « 115 morts, dont les éléments peuls du DDR cantonnés dans le village de Ogossagou ». Il faisait référence à l’extension au centre du pays depuis le début de l’année du processus de « désarmement, démobilisation et réinsertion » (DDR) prévu par l’accord de paix de 2015 pour les combattants de groupes armés.

Selon l’association de défense des droits des populations pastorales Kisal, qui avait signalé des « exactions perpétrées contre la communauté peule par des hommes armés habillés en chasseurs dans le cercle de Bankass », les personnes tuées incluent « le chef du village et sa famille, le marabout Bara Sékou Issa et toute sa famille ».



Selon des témoins, les cases du village ont été incendiées.

L’ambassadeur français aux Nations unies, François Delattre, a parlé d’une « attaque terrible » que « nous condamnons fermement », lors d’une conférence de presse samedi à Bamako.

La Mission de l’ONU au Mali (Minusma) a « condamné fermement de telles attaques contre des civils », dans un communiqué publié samedi. « En soutien au Gouvernement malien, la Minusma a fourni un appui aérien afin de prévenir toute nouvelle attaque et a aidé à l’évacuation des blessés », a précisé Antonio Guterres dans son communiqué.

La Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA, ex-rébellion) a « condamné avec la dernière énergie ce crime imprescriptible » et appelé « à la cessation immédiate de ces massacres qui s »apparentent à un véritable pogrom orchestré », dans un communiqué distinct.

– « Menace » –

L’attaque est survenue six jours après un attentat jihadiste à Dioura, dans la même région mais beaucoup plus au nord, contre un camp de l’armée malienne, qui a perdu 26 hommes, selon un dernier bilan de source militaire.

Dans un communiqué de revendication vendredi, la principale alliance jihadiste du Sahel liée à Al-Qaïda justifie l’opération de Dioura par les « crimes odieux commis par les forces du gouvernement de Bamako et les milices qui le soutiennent contre nos frères peuls ».

Après avoir été reçus vendredi par le président Ibrahim Boubacar Keïta, les ambassadeurs des 15 pays siégeant au Conseil de sécurité ont rencontré samedi les signataires de l’accord de paix de 2015 puis le Premier ministre Soumeylou Boubèye Maïga, avec lequel ils ont évoqué la situation dans le centre du pays, selon l’ONU.

Dans un rapport publié le 5 mars, Antonio Guterres affirme que « les six derniers mois ont enregistré davantage d’avancées que le reste de la période écoulée depuis la signature de l’Accord en 2015 », grâce selon lui à « la pression internationale, notamment la perspective de sanctions ».

Mais « la menace, qui continue de se propager du nord vers le centre du Mali, détourne l’attention de l’Accord et en complique la mise en oeuvre », souligne-t-il.

Le très lourd bilan de l’attaque de Dioura a provoqué l’ire des familles de militaires maliens, bien que le gouvernement ait décrété un deuil national de trois jours à partir de vendredi et que le président Keïta ait prévenu les chefs de l’armée qu' »aucune négligence ne saurait plus être tolérée ».

Lire la suite

Mali

Mali: Plus de 100 villageois tués par des hommes armés

AFP

Published

on

By

Getty Images

Plus de 100 personnes ont été tuées dans l’attaque d’un village du centre du Mali par des hommes armés portant les vêtements des chasseurs Dogon, selon des reportages.

Des hommes armés ont encerclé le village avant d’attaquer les habitants de leurs maisons à Ogossagou, dans la région de Mopti, dans le pays, a déclaré un responsable local.

L’attaque de samedi a visé des membres de la communauté ethnique peule.

Des ambassadeurs auprès de l’ONU se trouvent actuellement au Mali pour faire face aux niveaux croissants de violence ethnique et djihadiste.

Les victimes de l’attaque meurtrière de samedi ont été « tuées à coups de pistolet et de machette », a déclaré un responsable de la sécurité locale à l’agence de presse AFP.

Cheick Harouna Sankare, maire du village voisin de Ouenkoro, a qualifié l’attaque de « massacre ».

Des affrontements entre chasseurs Dogon et éleveurs peuls nomades peuvent se produire pour l’accès à la terre et à l’eau.

Les Dogon accusent également les Fulanis de liens avec des groupes djihadistes. Les Fulanis affirment que l’armée malienne a armé les chasseurs pour les attaquer.

L’année dernière, des centaines de personnes sont mortes lors d’affrontements entre des chasseurs Dogon et des membres du groupe ethnique peuls.

Vendredi, un affilié al-Qaïda basé au Mali a déclaré qu’il avait mené une attaque la semaine dernière sur une base militaire qui a coûté la vie à plus de 20 soldats.

Le groupe a déclaré que c’était en réponse à la violence contre les éleveurs peuls.

Lire la suite

Mali

Mali: une attaque jihadiste contre un camp de l’armée fait 21 morts dans le centre

AFP

Published

on

By

Vingt-et-un militaires maliens ont été tués dimanche à l’aube dans une attaque contre leur camp à Dioura, dans le centre du Mali, ont indiqué des sources locales, une opération menée selon Bamako par un « groupe terroriste » dirigé par un déserteur passé dans les rangs jihadistes en 2012.

Situé dans une zone très difficile d’accès où est active depuis plusieurs années la katiba (cellule combattante) Macina, liée à Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), entre la capitale régionale, Mopti, et la frontière mauritanienne, le camp de Dioura a été « attaqué aux environs de 06H00 (GMT et locales) par des terroristes », selon l’armée malienne.

Les Forces armées maliennes (FAMa) « enregistrent des dégâts matériels et des pertes en vies humaines », indique l’armée, qui assure avoir repris le contrôle du poste militaire à 16H00 mais ne donne pas de bilan.

Se disant « consterné », le chef de la mission de l’ONU au Mali, Mahammad Saleh Annadif, a condamné une attaque ayant engendré « de lourdes pertes ». La Minusma a « organisé dans la journée l’évacuation médicale de plusieurs blessés », selon un communiqué.

« 21 corps de militaires maliens ont été enterrés dimanche à côté de Dioura », a déclaré à l’AFP un élu local. Le « bilan provisoire est de 21 corps découverts », a confirmé une source militaire malienne.

– ‘Camp détruit, le commandant tué’ –

L’opposition malienne, réunie au sein du Front pour la Sauvegarde de la Démocratie, a évoqué un bilan de « plus de 20 FAMas morts, une vingtaine de disparus, un nombre indéterminé de blessés, huit véhicules brûlés, dont des (camions) citernes et huit véhicules équipés d’armes de guerre emportés par les assaillants ».

« Le camp militaire détruit. Le commandant de compagnie, le capitaine Mohamed Sidati Ould Cheikh est parmi les militaires tombés sous les feux des terroristes », ajoute l’opposition, évoquant le plus « lourd bilan » depuis la cuisante défaite de l’armée malienne face à des groupes rebelles touareg et arabes à Kidal (nord) en mai 2014.



Selon l’armée, l’attaque de dimanche a été menée par « des groupes terroristes sous le commandement de Ba Ag Moussa », dit Bamoussa, un ex-colonel ayant rejoint les rangs jihadistes en 2012 et considéré comme un proche du Touareg malien Iyad Ag Ghaly, qui dirige la principale alliance jihadiste du Sahel.

« Toutes nos pensées pour les fiers soldats de l’Armée malienne tombés à Dioura », a réagi le président malien, Ibrahim Boubacar Keïta, que l’opposition exhorte à « prendre les mesures d’urgence qui s’imposent ».

– Opérations Barkhane et Minusma –

En avril 2018, « 14 suspects terroristes » arrêtés à Dioura et remis à des militaires maliens avaient été tués « suite à une présumée tentative d’évasion », selon l’armée. Une association peule et des proches avaient dénoncé des « exécutions sommaires ».

Malgré la Minusma, une forte présence militaire française et la création de la force militaire régionale G5-Sahel, les violences jihadistes persistent dans le pays, avec 237 attaques recensées en 2018, selon l’ONU.

Les autorités maliennes et les forces internationales espéraient une baisse des violences dans le centre après avoir donné pour mort fin novembre le chef de la katiba Macina, le prédicateur radical peul Amadou Koufa, lui aussi membre de l’alliance d’Iyad Ag Ghaly.

Mais l’homme est réapparu récemment sur une vidéo jugée crédible par l’état-major français, et les violences se sont poursuivies dans la région.

Six militaires maliens ont été tués mardi: leurs véhicules ont sauté sur une mine dans la région de Mopti. Deux soldats français de Barkhane avaient été grièvement blessés quelques jours plus tôt dans leur campement temporaire près de la frontière du Niger.

Le nord du Mali était tombé en mars-avril 2012 sous le contrôle de groupes islamistes liés à Al-Qaïda, qui en ont été en grande partie chassés par une intervention militaire internationale lancée en janvier 2013 à l’initiative de la France, et qui se poursuit. Depuis 2015, ces attaques se sont étendues dans le centre et le Sud et le phénomène déborde sur les pays voisins, le Burkina Faso et le Niger. Ces attaques s’ajoutent à des conflits intercommunautaires qui ont fait plus de 500 morts parmi les civils dans le centre en 2018, selon l’ONU.

Lire la suite




Derniers articles

Sports6 minutes ago

Athlétisme: le Kényan Kiprop suspendu 4 ans pour dopage

Le Kényan Asbel Kiprop, champion olympique du 1.500 m en 2008 et triple champion du monde, a été suspendu quatre...

Sports1 heure ago

Contre le Leinster, Mola mise sur un « rugby dynamique »

Toulouse, opposé dimanche au Leinster en demi-finale de Coupe d’Europe, « a envie d’avoir ce rugby dynamique et Sébastien (Bézy) et...

Sports2 heures ago

Masters 1000 de Monte-Carlo: Lajovic balaye Medvedev et jouera la finale

Le Serbe Dusan Lajovic (48e mondial) s’est qualifié samedi à Monte-Carlo pour sa première finale de Masters 1000 en éliminant...

Monde3 heures ago

Grèce: des réfugiés désemparés doivent quitter leurs logements

Des milliers de réfugiés désemparés attendent leur éviction possible de leurs logements en Grèce pour laisser la place aux demandeurs...

Sports3 heures ago

Fed Cup: les Bleues menées d’entrée face à la Roumanie

Logique. Kristina Mladenovic (66e), totalement surclassée par Simona Halep (2e) lors de ce premier match de la demi-finale de Fed...

Monde4 heures ago

Journaliste tuée en Irlande du Nord: deux jeunes hommes interpellés

La police nord-irlandaise a annoncé samedi l’arrestation de deux hommes de 18 et 19 ans dans l’enquête sur la mort...

Monde5 heures ago

Enrôlée, pauvre et isolée, la jeunesse des confins de la Birmanie reste pleine d’espoir

« Il y a du bonheur ici », sourit Nilar Oo, 19 ans, chevelure d’ébène et longue robe bleu roi. Grandir en...

Afrique5 heures ago

Accord de paix au Soudan du Sud: Kiir appelle Machar à rentrer « urgemment » à Juba

Le président sud-soudanais Salva Kiir a appelé samedi le chef rebelle Riek Machar à rentrer « urgemment » à Juba pour y...

France5 heures ago

« Gilets jaunes »: Macron reçoit Castaner à l’Elysée

Mise à jour 20.04.2019 à 13:00 AFP Le président Emmanuel Macron recevait le ministre...

Monde6 heures ago

Guaido appelle à « la plus grande manifestation de l’histoire » du Venezuela le 1er mai

Le chef de file de l’opposition vénézuélienne Juan Guaido a appelé vendredi à « la plus grande manifestation de l’histoire » de...

Advertisement

Nous suivre sur facebook