Connect with us

Sciences

Quand on veut être père, mieux vaut porter le caleçon

AFP

Publié

le

Les hommes qui veulent devenir père feraient mieux de porter le caleçon plutôt que des sous-vêtements serrés, pour favoriser la production de spermatozoïdes, ont affirmé des chercheurs jeudi.

Cette étude publiée par la revue Human Reproduction confirme, avec une plus grande rigueur que d’autres avant elle, ce que l’on soupçonnait déjà: plus les testicules respirent, mieux ils fonctionnent.

« Les hommes qui portent des caleçons ont des concentrations en spermatozoïdes plus élevées que ceux qui portent des sous-vêtements plus moulants », a résumé la revue dans un communiqué.

Cette conclusion provient de spermogrammes réalisés par 656 hommes entre 2000 et 2017, dans le service d’assistance à la procréation du Massachusetts General Hospital à Boston (États-Unis).

L’étude « est la première à dépasser l’accent mis traditionnellement sur la qualité du sperme et à comprendre des données sur une multitude d’indicateurs du fonctionnement testiculaire, tels que les hormones de la reproduction et les dégâts sur l’ADN du sperme », a avancé Human Reproduction.

Les sujets de l’étude ont indiqué ce qu’ils portaient le plus souvent. Pour 53% c’était des caleçons, pour 47% des sous-vêtements plus serrés (boxer court ou boxer long, slip moulant ou autre).

En ajustant avec d’autres facteurs pouvant influencer la qualité du sperme (état de santé, niveau d’activité physique, tabagisme, etc.), les adeptes du caleçon avaient 33% de spermatozoïdes mobiles en plus.

Par ailleurs, ceux qui portent des sous-vêtements serrés secrètent plus d’hormone folliculo-stimulante (FSH), qui stimule la production de spermatozoïdes. D’après les chercheurs, le corps compense ainsi une température trop élevée pour les testicules.

« La production de sperme nécessite une température de 3 à 4°C inférieure à celle du reste du corps », a rappelé un professeur en médecine de la reproduction de l’université d’Édimbourg (Royaume-Uni), Richard Sharpe, cité par Science Media Centre.

Lui et d’autres experts donnent d’autres conseils: éviter de porter des pantalons moulants, de passer trop de temps assis, et de prendre des bains très chauds.

Continue Reading
Advertisement
laisser un commenataire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sciences

Ariane 5 décolle et lance deux satellites pour la Corée du Sud et l’Inde

AFP

Published

on

By

La dernière Ariane 5 de l’année 2018 a décollé du centre spatial de Kourou en Guyane française mardi soir avec à son bord deux satellites pour la Corée du Sud et l’Inde, a constaté l’AFP.

Le lanceur lourd européen Ariane 5 a décollé depuis le centre spatial guyanais (CSG) de Kourou à 17H37 heure locale, a constaté l’AFP.

La fusée emmène à son bord deux satellites: un de télécommunication pour l’Inde et un météorologique pour la Corée du Sud.

La mission dure environ 34 minutes du décollage à la séparation des satellites.

GSAT-11 est un satellite de télécommunication conçu et fabriqué par l’agence spatiale indienne. C’est « le plus gros satellite jamais construit » par l’ISRO (Indian Space Research Organisation), a indiqué un communiqué d’Arianespace, la société de lancements. GSAT-11 réduira la fracture numérique dans le sous-continent indien. Sa durée de vie est estimée à plus de 15 ans.

GEO-KOMPSAT-2A, développé par l’Institut coréen de recherche sur le spatial pour le gouvernement sud-coréen fournira des données permettant d’effectuer des prévisions météorologiques et de surveiller la météorologie spatiale. Sa durée de vie est estimée à 10 ans.

Il s’agit du sixième et dernier lancement de l’année 2018 d’une Ariane 5 depuis la Guyane française.

Lire la suite

Sciences

SpaceX a placé 64 satellites en orbite d’un coup

AFP

Published

on

By

SpaceX a placé lundi 64 mini-satellites en orbite terrestre, un record américain et la première fois que la société californienne dédie entièrement un lancement au marché croissant des petits satellites.

La société d’Elon Musk a battu un autre record en réutilisant pour la troisième fois un premier étage de sa fusée Falcon 9. Ce premier étage, aussi appelé booster, est revenu se poser sans incident sur une plateforme automatisée au large de la Californie, selon des images diffusées par SpaceX.

A bord de la fusée se trouvaient 15 microsatellites et 49 Cubesats, appartenant à 34 clients différents, privés, publics et universitaires, venant de 17 pays dont la France, la Corée du Sud et le Kazakhstan.

La fusée avait été entièrement affrétée par la société Spaceflight, spécialisée dans le « rideshare », c’est-à-dire le fait de mettre plusieurs satellites à bord d’une même fusée.

Les microsatellites pèsent quelques dizaines de kilogrammes. Les Cubesats sont des satellites plus petits encore, construits à partir de modules standards.

La fusée est partie du pas de tir de la base aérienne de Vandenberg en Californie. Un peu plus de sept minutes plus tard, le premier étage, après s’être séparé du second, est revenu se poser.

La coiffe, qui enferme et protège les satellites au sommet de la fusée pendant la sortie de l’atmosphère, devait également être récupérée par un bateau équipé de grands filets, baptisé « Mr. Steven ». Mais chaque moitié de la coiffe a raté le filet, a tweeté Elon Musk. Les deux moitiés seront repêchées, a-t-il écrit.

Les satellites devaient être placés en orbite pendant une période de cinq à six heures, selon chaque engin, à des altitudes différentes selon les besoins des clients. Spaceflight a conçu un « distributeur » spécial pour la mission, qui éjectera les satellites individuellement.

Tous les clients n’ont pas des missions scientifiques.

Le musée d’art du Nevada a ainsi envoyé une sculpture légère de l’artiste Trevor Paglen qui, une fois dépliée, est censée être visible depuis la Terre à l’oeil nu la nuit.

Au total, SpaceX a réalisé 19 lancements en 2018, battant son record de 18 lancements en 2017. Et d’autres sont encore prévus avant la fin de l’année, dont un nouveau ravitaillement de la Station spatiale internationale, mardi.

Lire la suite

Sciences

Ariane 5 lancera mardi des satellites pour l’Inde et la Corée du Sud

AFP

Published

on

By

Une fusée Ariane 5 doit décoller mardi de Kourou, en Guyane française, pour mettre en orbite deux satellites: un de télécommunication pour l’Inde et un météorologique pour la Corée du Sud.

« Arianespace sert les ambitions spatiales de deux agences de premier plan en mettant en orbite les satellites GSAT-11 pour l’ISRO (Indian Space Research Organisation) et GEO-KOMPSAT-2A pour le KARI (Korea Aerospace Research Institute) », indique la société européenne de lancement dans un communiqué.

Le décollage est prévu mardi entre 17H37 et 18H53, heure de Kourou (entre 20H37 GMT et 21H53 GMT, 21H37 et 22H53, heure de Paris). La mission durera environ 34 minutes du décollage à la séparation des satellites.

GSAT-11 est un satellite de télécommunication conçu et fabriqué par l’agence spatiale indienne afin de réduire la fracture numérique dans le sous-continent indien. Sa durée de vie est estimée à plus de 15 ans.

GEO-KOMPSAT-2A, développé par l’Institut Coréen de Recherche sur le Spatial pour le gouvernement sud-coréen, fournira des données permettant d’effectuer des prévisions météorologiques et de surveiller la météorologie spatiale. Sa durée de vie est estimée à 10 ans.

Lire la suite
Advertisement

Facebook




cinéma

Advertisement