Connect with us

Santé

Le paracétamol, médicament dangereux voire mortel

Avatar

Publié le

Tout le monde a du paracétamol dans son armoire à pharmacie mais mal utilisé, ce médicament peut être dangereux voire mortel, comme le rappelle l'affaire Naomi Musenga, et est à l'origine d'une centaine de greffes de foie chaque année. afp.com - MYCHELE DANIAU

Tout le monde a du paracétamol dans son armoire à pharmacie mais mal utilisé, ce médicament peut être dangereux voire mortel, comme le rappelle l’affaire Naomi Musenga, et est à l’origine d’une centaine de greffes de foie chaque année.

“Le paracétamol, c’est la meilleure et la pire des choses. C’est un médicament anodin, très bien toléré dans 99,999% des cas mais qui devient une arme extrêmement dangereuse quand il est utilisé en dehors des clous”, explique à l’AFP le pharmacologue François Chast.

“C’est comme un couteau de cuisine: c’est un outil efficace et sans danger quand on le tient par le manche, mais si on est maladroit, on peut se couper”, ajoute-t-il.

Doliprane, Dafalgan, Efferalgan… De nombreux médicaments à base de paracétamol sont vendus sans ordonnance et couramment utilisés contre les douleurs et les fièvres. Mais à doses trop élevées, cette substance peut s’attaquer au foie.

La mort de Naomi Musenga, décédée le 29 décembre à 22 ans après avoir été raillée au téléphone par une opératrice du Samu de Strasbourg, est “la conséquence d’une intoxication au paracétamol absorbé par automédication sur plusieurs jours”, a indiqué mercredi la procureur de cette ville, Yolande Renzi.

“La destruction évolutive des cellules de son foie a emporté une défaillance de l’ensemble de ses organes conduisant rapidement à son décès”, selon Mme Renzi.

Des conclusions contestées par la famille: “Je ne crois pas que la prise de paracétamol soit la cause qui a précipité le décès de ma fille”, qui était “bien informée sur la manière de prendre ce médicament”, a réagi le père de la jeune femme.

“Problème d’information”

Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), “une dose unique de 10 à 15 grammes suffit à provoquer une nécrose hépatique pouvant être mortelle”. C’est pourquoi le paracétamol est souvent utilisé dans les suicides.

La dose maximale est 3 grammes par 24 heures, en espaçant les prises.

“Quand on prend 4 grammes par jour pendant plusieurs jours, en particulier si on consomme de l’alcool en même temps, c’est de nature à provoquer une hépatite médicamenteuse dite fulminante, c’est-à-dire radicale rapidement”, souligne le Pr Chast.

Il s’agit d’une urgence, qui nécessite l’administration d’une molécule appelée N-acétylcystéine. Faute de traitement rapide, cette affection du foie peut être fatale.

Une surdose de paracétamol provoque d’abord des “signes discrets d’irritation gastro-intestinale”, selon l’OMS.

Ils “sont généralement suivis deux jours plus tard d’anorexie, de nausées, de malaise, de douleurs abdominales, puis de signes progressifs d’insuffisance hépatique et, finalement, de coma hépatique”.

“Chaque année en France, près d’une centaine de transplantations hépatiques (sur environ 1.200 au total, ndlr) sont liées à une intoxication au paracétamol”, déplore le Pr Chast. “C’est une proportion considérable, tout ça pour un mésusage d’un médicament réputé anodin”.

Et même si on est vigilant, on peut parfois dépasser la dose maximale sans le savoir.

“Il existe 200 médicaments qui contiennent du paracétamol, je suis spécialiste des médicaments depuis 50 ans et je suis incapable de tous les citer”, dit à l’AFP le professeur Jean-Paul Giroud.

“Si vous en prenez deux, par exemple l’un prescrit par un médecin et l’autre en automédication, vous pouvez vous retrouver à des doses supérieures à 4 grammes par jour”, poursuit-il.

Le professeur Giroud plaide pour une meilleure information du grand public sur les dangers potentiels du paracétamol: “Il y a un problème d’information pour lequel je me bats depuis 40 ans, mais on ne peut pas dire que les pouvoirs publics s’en saisissent. C’est à eux d’insister là-dessus”.

NOTE: Dans le but d’élargir son champ d’action, LaminuteInfo s’ouvre au journalisme citoyen. L’objectif de la politique éditoriale est d’essayer  désormais de publier des actualités concernant des événements ou faits objectifs, vérifiables et autant que possible inédits. Si vous avez des informations à partager avec les autres, alors soumettez les pour publication ICI

Santé

Des applications pour décrocher des opiacés grâce à son smartphone

AFP

Published

on

By

Des smartphones pour aider à décrocher des opiacés : de plus en plus de firmes technologiques lancent des applications de traitement médical en ligne censées combattre cette addiction qui ravage les Etats-Unis.

Ces traitements d’un nouveau genre, approuvés par la recherche médicale et disponible sur ordonnance, sont considérés comme un moyen possible d’accompagner — voire de remplacer dans certains cas — les médicaments pour traiter l’addiction et tout un éventail d’autres problèmes de santé physique ou mentale.

“La +thérapie numérique+, ce sont des traitements scientifiques validés fournis sous forme logicielle, ce qui peut les rendre plus accessibles et immédiats”, explique Yuri Maricich, de l’entreprise Pear Therapeutics, qui a reçu le feu vert réglementaire aux Etats-Unis pour des applications destinées à traiter les addictions, notamment les opiacés, problème majeur de santé publique aux Etats-Unis.

Passer par un smartphone permet aussi aux médecins de suivre de près le traitement suivi par le patient.

“C’est le même niveau d’exigence (que les médicaments) en terme d’élaboration. Nous avons réalisé des essais cliniques aléatoires pour nous assurer que cela donnait le résultat attendu et était sûr”, affirme aussi M. Maricich.

En janvier, Pear a lancé avec le groupe pharmaceutique Sandoz (Novartis) lancé un programme de “thérapie comportementale” sur douze semaines pour traiter l’addiction aux opiacés, après le feu vert de la FDA, le régulateur américain des médicaments.

Elle accompagne la prescription d’un médicament, la buprénorphine.

Via l’app, l’équipe médicale peut suivre les progrès du patient, envoyer des rappels et des conseils. Le patient peut répondre à des questions, inscrire ce qu’il a consommé, faire état de sensation de manque etc…

L’idée de ces apps est de “reprogrammer” le cerveau une fois qu’il a été détraqué par les psychotropes, en “bouleversant la chaîne comportementale et en apprenant de nouvelles choses pour changer son style de vie et en finir avec les schémas d’auto-destruction”, explique Lisa Marsch,de l’université de (est), qui a dirigé les essais avec Pear et d’autres firmes de médecine “numérique”.

Selon ses promoteurs, 40% des patients qui se sont servis de la première version de l’application reSET de Pear, accompagnée d’un traitement traditionnel, sont parvenus à ne pas consommer d’alcool, de cocaïne, de marijuana ou autres substances pendant trois mois, comparés à 17,6% pour des patients traités sans l’application.

Pour Shawn Ryan, de l’université de Cincinnati (centre-est), professeur de médecine et spécialiste de l’addiction, ce genre de technologies permet en effet de mieux contrôler les progrès des patients mais aussi de traiter des patients situés dans des zones reculées.

“Dans beaucoup de régions des Etats-Unis, on manque de professionnels donc il n’y a pas d’alternative”, explique-t-il.

La crise de la dépendance aux médicaments opiacés ravage le pays depuis une dizaine d’années.

Rien qu’en 2017, les autorités sanitaires estiment que les overdoses aux opiacés ont fait 47.000 morts et que 1,7 millions de personnes étaient dépendantes aux antidouleurs comme l’OxyContin.

Les investissements dans les startups de “thérapies numériques” ont presque doublé en 2018 à 811 millions de dollars, selon le cabinet CB Insights, qui note “un gros intérêt de la part des entreprises pharmaceutiques”.

Selon le cabinet Juniper Research, le marché devrait dépasser 32 milliards de dollars de chiffre d’affaires en 2024 contre 2,2 en 2019, le suivi du diabète et du poids étant les deux plus gros segments.

C’est précisément une application de suivi et de conseils aux diabétiques qu’a mis au point la startup Omada, basée à San Francisco (ouest). La britannique SilverCloud Health propose quant à elle des applications contre l’anxiété, la dépression et autres…

Ce qui ralentit le marché, expliquent certains analystes, c’est que les gens confondent ces thérapies médicales validées avec les innombrables applications “bien-être” disponibles partout, contre l’insomnie par exemple…

Lire la suite

Santé

Des marches en France pour dénoncer les activités de Bayer-Monsanto

AFP

Published

on

By

Plusieurs centaines de personnes se sont réunies samedi après-midi à Paris, Toulouse ou Bordeaux pour dénoncer les activités de Bayer-Monsanto et autres géants de l’agro-chimie et réclamer un autre modèle agricole, ont constaté des journalistes de l’AFP.

Sur les quais de la Garonne à Bordeaux, environ 200 marcheurs écologistes ont convergé avec quelques dizaines de “gilets jaunes” en début d’après-midi.

Le rassemblement était festif, mélangeant des reprises reggae de Brassens (“Non les braves gens n’aiment pas que l’on suive une autre route qu’eux”) et les slogans anti-Macron des “gilets jaunes”. Le rassemblement était encadré par un dispositif de sécurité de la gendarmerie allégé.

A Paris, ils étaient une centaine place de la République à Paris avec des banderoles “produire avec la nature, pas contre elle” de Greenpeace, des manifestants déguisés en abeilles ou arborant des coquelicots.

“Il y a beaucoup de manifestations aujourd’hui et même si toutes les causes sont importantes, celle ci l’est particulièrement pour nous, pour ma fille de 6 ans”, a témoigné Cécile Laurent-Atthalin, 48 ans, de Vanves, en conversion en agriculture bio, regrettant que “la cause” ne soit “pas assez relayée”.

Dans le centre de Toulouse, une cinquantaine de manifestants, certains revêtus d’une combinaison blanche et brandissant des pulvérisateurs, d’autres déguisés en abeilles, se sont rassemblés autour d’une banderole proclamant “Baysanto et cie, dégagez”.

“Terre morte”, “stop aux pesticides”, lisait-on sur d’autres panneaux sur le square Charles de Gaulle.

Empêchés par la police de rallier la préfecture, les manifestants se sont allongés sur place, dans une des artères les plus commerçantes de la ville, puis ont réitéré l’opération devant le monument aux morts de la ville.

“Monsanto est un vendeur de mort depuis toujours, de l’agent orange aux plantes OGM, mais ils n’est pas le seul, c’est contre toute l’industrie agrochimique que nous sommes là”, expliquait Magali Lauriot, une militante de 54 ans.

Si elle se félicitait des “déboires” connus par le groupe racheté par Bayer, elle jugeait qu’il n’en subissait “pas encore assez”.

Monsanto enchaîne ces derniers mois les revers judiciaires liés au glyphosate, le principe actif de son désherbant à succès, le Roundup.

Le chimiste allemand Bayer a vu s’évanouir près de 45% de sa capitalisation depuis qu’il a racheté le groupe américain en juin 2018.

Bayer est également aux prises avec une polémique en France autour d’un fichage – par une agence de communication employée par Monsanto – de centaines de personnalités concernant leur position sur les OGM ou le glyphosate.

laf-cab-rhl-tsz/alu/phc

Lire la suite

Santé

Les parents de Vincent Lambert implorent Macron de maintenir les traitements

AFP

Published

on

By

Les avocats des parents de Vincent Lambert, patient tétraplégique en état végétatif depuis plus de dix ans, implorent Emmanuel Macron de faire “respecter les mesures provisoires réclamées” par un comité de l’ONU en maintenant les traitements, dans une lettre ouverte samedi, à deux jours de l’arrêt programmé des soins.

“Monsieur le Président, Vincent Lambert mourra privé d’hydratation dans la semaine du 20 mai si vous ne faites rien et vous êtes le dernier et le seul à pouvoir intervenir”, écrivent Jean Paillot et Jérôme Triomphe, avocats des parents et frère et sœur opposés à l’arrêt des traitements. “Nous venons vous demander de faire respecter par le ministre de la Santé les obligations de la France au profit d’un homme handicapé”.

Le Comité international des droits des personnes handicapées (CDPH) relevant du Haut-Commissariat aux droits de l’Homme de l’ONU a redemandé vendredi à la France de “prendre les mesures nécessaires pour veiller à ce que l’alimentation et l’hydratation entérales” de Vincent Lambert “ne soient pas suspendues pendant le traitement de son dossier par le Comité”.

Cette demande ne devrait pas modifier la position de la France qui met en avant le “droit du patient à ne pas subir d’obstination déraisonnable”. Le 5 mai, la ministre de la Santé Agnès Buzyn avait aussi expliqué que la France n’était pas tenue “légalement” par ce comité.

Le CDPH avait déjà formulé la même demande le 3 mai. Il précisait alors que la France avait un délai de 6 mois pour lui fournir ses observations avant une instruction sur le fond.

“Si la France maintient son refus de respecter les mesures provisoires réclamées par deux fois par le CDPH (…) il est certain que la France sera sévèrement condamnée à l’issue de l’examen de notre recours et sera désignée à la communauté internationale comme ayant violé le droit de recours individuel et les droits de l’Homme qui l’obligeaient”, prédisent Mes Paillot et Triomphe.

“Monsieur le Président, au moment même où la France prend la présidence du Conseil de l’Europe pour les six prochains mois, quel signal désastreux notre pays est-il en train de lancer, à la fois aux personnes handicapées et à la communauté internationale ?” ajoutent-ils. “Quelle est cette urgence à ce que Vincent Lambert meure ?”.

Selon eux, sa mort “apparaîtra aux yeux de la postérité comme un crime d’État commis au prix d’un coup de force contre l’État de droit”.

Le 10 mai, le médecin traitant de Vincent Lambert a annoncé à la famille l’interruption des traitements, à partir de lundi.

Lire la suite




Derniers articles

Sports31 minutes ago

Basket: Odom a triché lors d’un contrôle antidopage avant les JO-2004

L’ancien joueur NBA Lamar Odom a révélé dans son autobiographie à paraître qu’il avait triché en utilisant une prothèse de...

Sports32 minutes ago

Basket: le CSKA Moscou de Nando De Colo redevient champion d’Europe

Le CSKA Moscou de Nando De Colo est redevenu champion d’Europe de basket en battant l’Efes Istanbul 91 à 83...

Sports32 minutes ago

Trophées UNFP : Christophe Galtier (Lille) élu meilleur entraîneur de Ligue 1

Christophe Galtier, qui a mené Lille à la 2e place du Championnat de France à la surprise générale, a été...

Sports32 minutes ago

Trophées UNFP: l’Allemande Dzsenifer Marozsan (Lyon) désignée meilleure joueuse de D1 féminine

La milieu de terrain de l’OL Dzsenifer Marozsan a été désignée meilleure joueuse de D1 féminine pour la troisième année...

France32 minutes ago

Vincent Lambert: les parents multiplient les recours à la veille de l’arrêt programmé des soins

Nouveaux recours annoncés et manifestation devant l’hôpital : les parents de Vincent Lambert multiplient les initiatives à la veille de...

Cinéma2 heures ago

Delon reçoit la Palme d’honneur: «Il y a longtemps que je n’ai pas autant chialé»

Delon reçoit la Palme d’honneur 19 mai 2019 22:05; Act: 19.05.2019 22:11 L’acteur français reçoit ce soir sa première récompense...

People2 heures ago

Naomi Scott: «Mon métier génial ne définit pas qui je suis»

Naomi Scott 19 mai 2019 22:24; Act: 19.05.2019 22:24 par Miguel Cid, Londres – L’actrice Naomi Scott a apprécié jouer...

Faits divers2 heures ago

Porrentruy (JU): Une casserole enflamme un appartement

Porrentruy (JU) 19 mai 2019 22:40; Act: 19.05.2019 22:42 Un incendie s’est déclaré dimanche soir dans un immeuble de Porrentruy....

France2 heures ago

Une femme blessée par un lion de cirque en cage

Dimanche matin, à Montfort-sur-Meu en Ille-et-Vilaine, une femme de 26 ans s’est approchée de la cage d’un lion du cirque Zavatta....

Business2 heures ago

Egypte: 17 blessés dans un attentat contre des touristes près des pyramides

Dix-sept personnes, dont des Sud-Africains et des Egyptiens, ont été blessées dimanche dans une attaque à la bombe contre un...

Advertisement

Nous suivre sur facebook




Cinéma