Connect with us

Moyen Orient

Au moins 128 personnes tuées dans un attentat-suicide au Pakistan

Ange Poireau

Publié le

Un kamikaze a tué 128 personnes lors d’un rassemblement électoral dans le sud-ouest du Pakistan vendredi. C’est la deuxième attaque électorale, selon les autorités, au milieu des tensions croissantes autour du retour du Premier ministre déchu Nawaz Sharif avant le vote du 25 juillet.

L’attentat à la bombe était l’attaque la plus meurtrière au Pakistan depuis plus de trois ans et constitue l’attaque liée aux élections cette semaine.

Cet attentat survient au moment où le gouvernement par intérim du Pakistan a lancé une répression contre les rassemblements politiques. Sharif, qui a été évincé par la Cour suprême l’année dernière et reconnu coupable par contumace de corruption il y a une semaine, est arrivé dans le pays pour rallier son parti avant les élections générales.

Le ministre de l’Intérieur du Baluchistan Agha Omer Bangulzai a déclaré à Reuters que le nombre de morts dans l’attaque avait augmenté à 128 personnes, avec plus de 150 blessés.

Un haut responsable de la police, Qaim Lashari, avait dit plus tôt que plus de 1000 personnes étaient présentes au rassemblement dans la ville de Mastung, dans la province du Baloutchistan, en proie à la violence.

Des militants islamistes liés aux talibans, à Al-Qaïda et à l’État islamique opèrent dans la province, qui borde l’Iran ainsi que l’Afghanistan. Il y a également une insurrection ethnique indigène baloutche qui lutte contre le gouvernement central.

L’Etat islamique a revendiqué l’attentat, a annoncé l’agence de presse AMAQ. Le groupe n’a fourni aucun autre détail ou élément de preuve pour sa réclamation.

En février 2017, l’État islamique a revendiqué la responsabilité d’un attentat-suicide dans un sanctuaire du sud du Pakistan, faisant 83 morts et plus de 150 blessés.

Parmi les personnes tuées lors de l’attaque de vendredi, il y avait Siraj Raisani, candidat à l’Assemblée provinciale du Balouchistan, dont le frère Nawab Aslam Raisani avait été ministre en chef de la province de 2008 à 2013.

« Mon frère Siraj Raisani a été martyrisé », a déclaré Haji Lashkari Raisani, un autre frère qui est également en train de disputer un siège à l’Assemblée nationale du Baluchistan.

Attaques à répétition

Raisani est le deuxième candidat électoral à être tué dans la violence pré-électorale cette semaine.

La police avait précédemment déclaré que l’attaque ciblait le convoi de Raisani, mais a ensuite changé leur déclaration alors que des images vidéo d’une grande tente montrant les dégâts de l’explosion avaient circulé.

Plus tôt dans la journée, un attentat à la bombe, visant le convoi de campagne d’Akram Khan Durrani, un allié du parti religieux Muttahida Majlis-e-Amal (MMA), a tué quatre personnes dans la ville de Bannu, dans le nord du pays.

Un kamikaze s’est fait exploser lors d’un rassemblement d’un parti politique anti-taliban dans la ville de Peshawar, dans le nord de la province de Khyber Pakhtunkhwa, tuant 20 personnes dont Haroon Bilour qui espérait remporter un siège provincial en juillet.

Les talibans pakistanais ont revendiqué l’attaque.

Bilour faisait partie du Parti nationaliste Awami, majoritairement laïc et nationaliste pachtoune, qui a longtemps rivalisé avec les partis islamistes pour des votes dans les terres instables pachtounes du Pakistan, le long de la frontière avec l’Afghanistan.

Son père, le dirigeant de l’ANP, Bashir Bilour, a été tué dans un attentat-suicide à la fin de l’année 2012, à l’approche des dernières élections pakistanaises.

NOTE: Dans le but d’élargir son champ d’action, LaminuteInfo s’ouvre au journalisme citoyen. L’objectif de la politique éditoriale est d’essayer  désormais de publier des actualités concernant des événements ou faits objectifs, vérifiables et autant que possible inédits. Si vous avez des informations à partager avec les autres, alors soumettez les pour publication ICI

Moyen Orient

Au moins 4 personnes tuées, 36 civils blessés dans l’explosion d’une mine à Deir ez-Zor

Avatar

Published

on

© REUTERS / Rodi Said

Selon l’agence de presse syrienne SANA, une mine posée par des militants de Daesh a explosé samedi dans la province syrienne de Deir ez-Zo, dans l’est du pays.

Suite à l’explosion dans le village de Shoula, quatre résidents locaux ont été tués et 36 personnes ont été blessées, a fait savoir l’agence SANA.

Selon certaines informations, le conflit armé qui sévit depuis plusieurs années en Syrie touche à sa fin, même si le pays est toujours aux prises avec de violents affrontements et la présence de groupes rebelles et terroristes. Les unités de génie de l’armée syrienne mènent régulièrement des opérations pour éliminer les mines et autres types d’explosifs laissés dans tout le pays par des terroristes en retraite.

Un incident similaire s’est produit fin février, après l’explosion d’une mine plantée par des militants de Daesh à Shoula près d’un véhicule transportant des civils. L’explosion aurait tué une personne et en aurait blessé dix.
Selon les données des Nations Unies rendues publiques en janvier, le groupe terroriste Daesh continue de contrôler certaines parties de Deir ez-Zor dans la vallée centrale de l’Euphrate, où des civils restent bloqués au milieu de raids aériens.

Les évaluations de l’ONU sur la Syrie continueraient de jeter le doute sur une déclaration du président américain Donald Trump en décembre 2018 selon laquelle Daesh avait été battu.

La Syrie est en proie à une guerre civile depuis 2011, les forces gouvernementales combattant de nombreuses factions de l’opposition et des groupes terroristes. Selon les rapports de l’ONU, le conflit a considérablement aggravé la situation humanitaire dans la république arabe, obligeant environ 12 millions de personnes à fuir leur foyer ou le pays.

Lire la suite

Moyen Orient

L’Iran exhorte le Pakistan à agir « de manière décisive contre les terroristes »

AFP

Published

on

By

Le président iranien Hassan Rohani a exhorté le Pakistan à agir « de manière décisive contre les terroristes anti-Iraniens », lors d’un entretien téléphonique avec le Premier ministre pakistanais, a-t-on indiqué de source officielle dimanche.

Cette conversation entre M. Rohani et Imran Khan, intervient un mois après un attentat meurtrier contre les forces de sécurité iraniennes dans la province du Sistan-Balouchistan, frontalière du Pakistan.

Téhéran affirme que l’attentat à la voiture piégée ayant tué le 13 février 27 membres des Gardiens de la Révolution, a été commis par un Pakistanais.

L’attentat a été revendiqué par le groupe jihadiste Jaïch al-Adel (Armée de la Justice), formé en 2012 par d’ex-membres d’une organisation sunnite extrémiste ayant mené une rébellion au Sistan-Baloutchistan jusqu’en 2010 et considéré comme « terroriste » par Téhéran.



Le chef des Gardiens de la Révolution, Mohammad Ali Jafari, avait accusé l’armée et les renseignements pakistanais de soutenir ce groupe. Et l’ambassadrice du Pakistan avait été convoquée au ministère iranien des Affaires étrangères qui avait exhorté Islamabad à « affronter sérieusement les groupes terroristes actifs » à la frontière irano-pakistanaise.

Lors d’un entretien téléphonique avec le Premier ministre pakistanais samedi soir, le président Rohani a appelé à préserver les bonnes relations entre les deux pays, et accusé les ennemis traditionnels de Téhéran.

« Nous ne devons pas permettre que des décennies d’amitié et de fraternité entre les deux pays soient affectées par des groupuscules terroristes, dont nous savons tous les deux qui les arme et les finance », a dit le président iranien cité dans un communiqué du gouvernement.

Il faisait allusion aux Etats-Unis et Israël, ainsi qu’à l’Arabie saoudite et aux Emirats arabes unis, qu’il accuse d’aider les groupes jihadistes responsables des attaques menées depuis le Pakistan.

Lire la suite

Moyen Orient

Gaza: un Palestinien tué par des tirs israéliens lors d’affrontements

AFP

Published

on

By

Un Palestinien a été tué vendredi par des tirs israéliens lors de manifestations et de heurts le long de la frontière entre la bande de Gaza et Israël, selon le ministère de la Santé gazaoui.

Tamer Arafat, 23 ans, a succombé à ses blessures après avoir été grièvement touché à la tête lors des affrontements à l’est de Rafah, a indiqué Achraf al-Qodra, le porte-parole du ministère de la Santé du mouvement islamiste Hamas, au pouvoir dans la bande de Gaza.

Selon ce porte-parole, au moins 45 Palestiniens, dont deux femmes et 15 enfants ont été blessés par des tirs israéliens lors de ces affrontements.

Quatre membres des équipes médicales comptent au nombre des personnes blessées au cinquantième vendredi de la protestation commencée en 2018, a affirmé Achraf al-Qodra.

Un porte-parole de l’armée israélienne a indiqué qu’environ 8.400 Palestiniens avaient pris part, pour certains violemment, à la protestation en différents points de la frontière.

Certains ont lancé des engins explosifs et des pierres vers les soldats postés sur la barrière frontalière de plusieurs mètres de haut, a-t-il dit. Certains Palestiniens ont tenté de s’infiltrer en Israël, a-t-il précisé.

Il a ajouté de pas avoir de détail sur les circonstances de la mort du Palestinien, indiquant que les soldats avaient riposté « selon les procédures opérationnelles en vigueur ».

En début de soirée vendredi, l’armée israélienne a fait état d’un tir de projectile depuis la bande de Gaza sur Israël.

Interrogé par l’AFP un porte-parole militaire a dit de pas être en mesure de préciser s’il s’agissait d’une roquette ou d’un tir de mortier. Selon lui, le projectile s’était abattu sur une zone vide.

La bande de Gaza, coincée entre Israël, l’Egypte et la Méditerranée et éprouvée par les guerres, la pauvreté et les blocus israélien et égyptien, est le théâtre depuis mars 2018 de protestations hebdomadaires, généralement accompagnées de violences, le long de la frontière.

Au moins 253 Palestiniens ont été tués par des tirs israéliens depuis cette date, la grande majorité le long de la frontière, et les autres dans des frappes israéliennes en représailles à des actes hostiles en provenance de l’enclave gouvernée par le mouvement islamiste Hamas.

Deux soldats israéliens ont été tués depuis cette date.

L’armée israélienne affirme ne faire que défendre sa frontière et son territoire. Elle accuse le Hamas d’orchestrer la contestation et de servir de celle-ci pour des agissements hostiles contre Israël.

Israël et le Hamas se sont livré trois guerres depuis 2008.

Lire la suite




Derniers articles

Sports58 minutes ago

Boxe: un Français au coeur de soupçons de manipulations aux JO-2016 (presse)

Le Français Karim Bouzidi, ex-directeur exécutif de la Fédération internationale de boxe (AIBA), apparaît au centre de soupçons de manipulations...

Sports2 heures ago

Brexit: quel impact pour la Premier League ?

Les incertitudes autour du Brexit provoquent des inquiétudes au sein de la Premier League, le championnat de football le plus...

Monde3 heures ago

Thaïlande: la junte bien partie pour garder le pouvoir, l’opposition crie à la fraude

Malgré une percée de l’opposition, la junte au pouvoir en Thaïlande est bien placée pour garder le contrôle du royaume...

Sports3 heures ago

Cyclisme: un relais mixte pour la première fois aux championnats d’Europe

Un relais mixte donnera pour la première fois un titre aux championnats d’Europe qui auront lieu en août dans la...

Monde4 heures ago

Trump loue le dénouement de l’enquête russe, attaque ses détracteurs

Satisfait des conclusions de l’enquête russe qui éloignent le spectre d’une procédure de destitution, Donald Trump a laissé poindre lundi...

Sports4 heures ago

Disparition de Sala: Cardiff estime le transfert de Nantes « nul et non avenu »

Cardiff devrait annoncer à la Fifa que le contrat de 17 millions d’euros qu’il avait accepté de payer à Nantes...

France4 heures ago

Un mois avec sursis requis contre deux « Femen » jugées pour une action à Paris en novembre

Le parquet de Paris a requis lundi un mois de prison avec sursis à l’encontre de deux militantes des Femen,...

Afrique4 heures ago

Togo : la coalition de l’opposition s’effrite, minée par des querelles internes

« Nous avons marché durant des mois sous un soleil chaud et parfois sous la pluie, espérant venir à bout du...

Monde5 heures ago

Les Kurdes veulent un tribunal international spécial pour juger les crimes de l’EI

Les Kurdes de Syrie ont appelé lundi à la création d’un tribunal international spécial, basé dans le nord-est de ce...

Sports5 heures ago

Euro-2020: premier tournant pour les Bleus face à l’Islande

« On va avoir du répondant »: après la tranquille victoire en Moldavie, les Bleus s’attendent à un match plus disputé face...

Advertisement

Nous suivre sur facebook