Connect with us

Business

Management : quelles sont les compétences essentielles d’un manager ?

Ange Poireau

Publié le

Beaucoup de gens deviennent managers parce qu’ils ont atteint leurs objectifs en tant qu’employés individuels.

Mais diriger une entreprise ou des équipes requiert un certain don de soi, cela ne s’improvise pas. Pour tout dire, il ne suffit pas d’être chef d’entreprise pour savoir diriger ses troupes au travail, des qualités et des compétences de dirigeant sont à acquérir et à développer.

Etre manager c’est trouver le juste équilibre entre faire respecter ses décisions et trouver le ton adéquat qui ne soit ni trop directif ni trop permissif.

Manager ne doit pas rimer avec crise d’autorité et pour que cela ait les effets escomptés, il ne faut pas que ça génère des tensions ou des mauvaises appréciations au sein de votre équipe.

Le but premier de tout manager c’est de faire en sorte que ses équipes réalisent leurs objectifs en prenant consciences de leurs atouts. Le manager idéal doit être à la fois mobilisateur de ses équipes et découvreur de talents.

De nos jours, manager ne se limite plus à donner des ordres et exiger qu’on les applique dans les plus brefs délais sans motivation ou goût du challenge. Pour rallier ses collaborateurs à ses décisions, il est très important de les en convaincre pour que leur application soit le fruit d’une décision commune et non d’un forcing générant de l’anxiété et de la frustration.

Pour relever ce défi, l’autorité ne suffit pas.

Apprendre le métier

La première chose à obtenir des membres de son équipe est donc leur estime, leur confiance et ainsi la garantie de travailler dans une ambiance saine et laborieuse qui sera au profit de tout le monde. L’adhésion de la majorité sera le meilleur moyen d’asseoir sa légitimité et sa crédibilité.

Parce que bien manager c’est aussi bien connaître ses collègues, il est impératif d’être à leur écoute pour cibler leurs difficultés et définir leurs attentes. D’où la nécessité d’apprendre le métier.

Dans le domaine de management, plusieurs formations sont proposées, mais il faut savoir choisir la meilleure. Ces formations sont pour la plupart  des formations offertes en continue. Elles sont proposées par des grandes écoles de formation à l’instar de L’emlyon business school, 3ème meilleure école de France (Le Point 2017) avec une vocation entrepreneuriale.

L’école qui est en perpétuelle mouvement pour être au plus proche des évolutions technologiques et sociétales, offre un module de formation regroupant deux certificats.

Ces certificats s’adaptes au besoin des travailleurs et leur permet d’évoluer très rapidement.

Les deux certificats «manager une équipe » et « stratégie et finance pour managers» ciblent principalement des managers, futurs managers ou chefs de projets, ayant plus de 5 ans d’expérience professionnelle et qui sont prêt à encadrer une équipe.

Cumuler ces deux certificats permet d’emprunter la voie royale vers un diplôme en management Bac +5 (le Programme Général de Management).

Ils permettent de donner les clés pour développer sa posture de manager en analysant ses forces et ses faiblesses. Aussi, ils donnent les compétences techniques et business pour développer son activité au quotidien.

Obtenir un certificat dans l’une des meilleures écoles de France est aussi un gage d’employabilité et de crédibilité sur le marché du travail. Mais aussi, cela permet de repenser sa manière de travailler ce qui est favorable pour son travail au quotidien.

Ces certificats peuvent être financés par son entreprise ou par son compte CPF. Avec la réforme de la formation professionnelle, c’est l’opportunité de se former avant 2019…

NOTE: Dans le but d’élargir son champ d’action, LaminuteInfo s’ouvre au journalisme citoyen. L’objectif de la politique éditoriale est d’essayer  désormais de publier des actualités concernant des événements ou faits objectifs, vérifiables et autant que possible inédits. Si vous avez des informations à partager avec les autres, alors soumettez les pour publication ICI

Business

La Bourse de Paris hésite sur la marche à suivre (+0,01%) à mi-séance

AFP

Published

on

By

La Bourse de Paris hésitait sur la marche à suivre (+0,01%) lundi à la mi-journée, les investisseurs temporisant à quelques jours d’une réunion de la Réserve fédérale américaine (Fed) et tandis que la saga du Brexit se poursuivait.

A 13H07 (12H07 GMT), l’indice CAC 40 prenait 0,42 point à 5.405,74 points, dans un volume d’échanges de 861 millions d’euros. Vendredi, il avait fini en nette hausse de 1,04%.

Après une ouverture hésitante, la Bourse de Paris s’est installée dans le vert avant d’osciller de nouveau autour de l’équilibre.

Wall Street s’apprêtait pour sa part à ouvrir en ordre dispersé. Le contrat à terme sur l’indice vedette Dow Jones Industrial Average cédait 0,14%, l’indice élargi S&P gagnait 0,10% et le Nasdaq, à dominante technologique, avançait de 0,09%.

« Les marchés européens ont connu un début de semaine positif, à l’instar des Bourses asiatiques, et les nombreuses fusions-acquisitions (annoncées) ont dynamisé l’appétit pour le risque », prolongeant l’optimisme de la semaine dernière, a estimé dans une note Michael Hewson, un analyste de CMC Markets.

« Comme d’habitude, serait-on tenté de dire, la semaine sera encore placée sous le signe du Brexit avec un éventuel troisième vote du Parlement britannique sur le projet d’accord conclu entre Theresa May et l’Union européenne », a indiqué dans une note Franklin Pichard, directeur général de Kiplink Finance.

La Première ministre britannique pourrait toutefois renoncer à soumettre de nouveau au vote des députés l’accord de retrait négocié avec l’Union européenne si elle n’obtient pas suffisamment de soutien, ce qui repousserait à bien plus tard le Brexit.

Les prochaines séances seront également placées « sous le signe de la Fed qui devrait continuer d’adopter un ton accommodant lors de la réunion de mercredi sur l’avenir des taux directeurs américains, compte tenu des récents indicateurs économiques », a ajouté M. Pichard.

En matière d’indicateurs, l’agenda de ce lundi sera particulièrement dégarni, à l’exception des chiffres de la balance commerciale pour janvier en zone euro.

– La sidérurgie galvanisée –

Côté valeurs, Worldline, filiale de services de paiement du groupe Atos (+1,39% à 87,60 euros), gagnait 2,20% à 51,15 euros, dans le sillage de l’annonce que le géant informatique américain FIS, spécialisé dans les services bancaires et de paiements, va absorber le groupe britannique de services de paiement Worldpay lors d’une fusion à 43 milliards de dollars.

Le secteur de la sidérurgie était bien orienté, à l’instar d’Aperam (+4,07% à 28,91 euros), ArcelorMittal (+2,57% à 19,62 euros), Eramet (+2,27% à 51,75 euros) ou encore Vallourec (+0,92% à 2,19 euros), profitant d’une réduction de production d’acier par les usines de la ville chinoise de Tangshan, important centre sidérurgique du nord de la Chine, selon une annonce de la municipalité de la ville.

Les valeurs bancaires montaient également, à l’image de Crédit Agricole (+2,88% à 11,36 euros), Natixis (+2,62% à 4,90 euros), Société Générale (+2,71% à 28,04 euros) ou encore BNP Paribas (+2,45% à 45,37 euros).

Crédit Agricole a en outre cédé 4,9% de sa participation de la banque Saudi Fransi (BSF) à un consortium d’investisseurs, contre environ 440 millions d’euros, ne conservant plus que 10% du capital.

La distribution souffrait en revanche après la dégradation samedi d’une centaine de commerces parisiens en marge de l’acte 18 des « gilets jaunes ». Casino reculait de 2,44% à 39,99 euros et Maisons du monde de 1,52% à 19,38 euros.

Lire la suite

Business

Lyft, rival d’Uber, lance son introduction en Bourse à 2 milliards de dollars

AFP

Published

on

By

La plateforme américaine de réservation de voitures avec chauffeur Lyft, principal concurrent d’Uber aux Etats-Unis, a lancé lundi son processus d’introduction en Bourse, l’une des plus attendues du secteur de la technologie, et espère lever environ 2 milliards de dollars.

Dans un communiqué, Lyft annonce avoir démarré sa « tournée » pour vendre 30,77 millions d’actions aux investisseurs pour un prix qui devrait se situer entre 62 et 68 dollars par titre. Les souscripteurs devraient aussi se voir proposer l’option d’acheter un total de 4,615 millions d’actions supplémentaires.

Elles seront cotées sur la plateforme électronique Nasdaq Global Select Market sous le symbole « LYFT ».

En officialisant son projet d’entrée en Bourse début mars, Lyft avait dévoilé des pertes de 911 millions de dollars en 2018 pour un chiffre d’affaires de 2,2 milliards de dollars.

Bien qu’elle ne soit pas encore rentable, Lyft était valorisée jusqu’à présent autour de 15 milliards de dollars sur la base de ses levées de fonds privées successives, et l’agence Bloomberg affirme que ses fondateurs espèrent obtenir une valorisation de 20-25 milliards de dollars grâce à l’entrée en Bourse.

« Nous sommes hyper focalisés sur notre objectif de révolutionner les transports et nous continuons à être les plus innovants », avait fait valoir Lyft dans les documents publiés début mars pour officialiser son projet.

Lyft n’a pas donné de précisions sur le calendrier de l’opération.

Son grand concurrent, Uber, a également l’intention d’entrer en Bourse cette année.

Lire la suite

Business

L’Opep ne décidera qu’en juin d’une éventuelle poursuite de l’accord Opep+ pour soutenir les prix

AFP

Published

on

By

Réunis à Bakou, en Azerbaïdjan, les pays membres de l’Opep et dix Etats alliés ont assuré lundi vouloir attendre fin juin pour décider d’une éventuelle prolongation de l’accord d’encadrement de la production de pétrole.

Dans un communiqué, le comité ministériel de suivi Opep et non-Opep (JMMC) a recommandé d’annuler la prochaine réunion des ministres de l’Opep prévue en avril et d’attendre la conférence du 25 juin « au cours de laquelle une décision sera prise sur l’objectif de production pour la deuxième moitié de 2019 ».

Le comité – qui n’a pas de pouvoir décisionnaire – souhaiterait organiser à la place une nouvelle réunion de format JMMC, donc en comité élargi, au mois de mai à Jeddah, en Arabie saoudite.

« Les fondamentaux du marché ne changeront probablement pas dans les deux prochains mois », a indiqué le JMMC pour expliquer cette décision.

A l’ouverture de la réunion du comité ministériel de suivi Opep et non-Opep, dans un hôtel du centre de Bakou, le ministre saoudien de l’Energie Khaled al-Faleh avait pour sa part estimé que « les fondamentaux du marché s’améliorent lentement » même si « beaucoup de travail doit encore être fait » pour atteindre les objectifs.

Pointant du doigt un surplus de l’offre, des stocks trop abondants et de faibles investissements dans le secteur du pétrole, le ministre a indiqué qu’il était « plus important que jamais de continuer à coopérer » entre pays producteurs de pétrole.

« Mes collègues m’assurent qu’ils se conformeront pleinement (à l’accord de réduction de la production, ndlr) ou même davantage que demandé dans les semaines à venir », a-t-il ajouté.

Le ministre russe de l’Energie, Alexandre Novak, est reparti de Bakou dès dimanche soir après avoir participé à ces réunions. Il a indiqué qu’il était difficile de planifier la production des mois à l’avance à cause de la volatilité provoquée par les sanctions américaines contre l’Iran et le Venezuela, deux importants producteurs.

« Nous devons prendre en compte ces incertitudes pour prendre des décisions sur le marché », a déclaré dimanche M. Novak, dont le pays est le chef de file des producteurs non membres de l’Opep.

– « Institutionnaliser » l’alliance Opep+ –

Les mesures actuelles de limitation de la production, dans cette alliance informelle entre l’Opep et dix autres pays producteurs baptisée « Opep+ », sont valides jusqu’en juin et ont été renforcées en décembre. Les pays de l’alliance se sont engagés à réduire leur production de 1,2 million de barils par jour afin de soutenir les prix du brut.

« Institutionnaliser un cadre pour une coopération à plus long terme entre Opep et non-Opep est très important stratégiquement, et plus important que jamais » pour « éviter de répéter la tourmente qui a secoué le marché en 2014 », a déclaré le ministre saoudien.

A ce sujet, il a noté des progrès et indiqué qu’une charte serait présentée aux ministres concernés « dans les prochaines semaines ».

Le pacte conclu fin 2016 entre l’Organisation et les dix autres pays non membres avait permis de stabiliser le marché après un effondrement des prix. Le prix moyen du baril en 2016 était autour de 40 dollars mais le cours s’est depuis nettement repris. En 2018, le prix moyen du baril approchait les 70 dollars.

En outre, l’accord a redonné du lustre à l’Opep au moment où elle semblait en perte de vitesse, et permis à la Russie de gagner de l’influence en devenant de facto l’arbitre du marché pétrolier.

A partir d’avril, les entreprises et citoyens américains n’auront plus le droit d’acheter du pétrole au Venezuela, alors que Washington cherche à isoler le régime de Nicolas Maduro. Les Etats-Unis ont aussi réintroduit des sanctions contre l’Iran qui avaient été précédemment levées en vertu de l’accord sur le nucléaire iranien.

Donald Trump a toutefois appelé l’Opep a prendre des mesures pour baisser les prix. « Les prix du pétrole montent trop. L’Opep, s’il vous plaît (…) gardez votre calme », a-t-il twitté fin février, provoquant une brusque baisse des cours.

Si l’Azerbaïdjan a déjà profité de sa participation à l’accord Opep+ pour resserrer ses relations avec l’Arabie saoudite, il compte profiter de l’évènement de lundi pour attirer des investissements, nécessaires à la modernisation de son industrie vieillissante.

Le budget de cet Etat du Caucase dépend largement des recettes d’hydrocarbures, qui composent la majeure partie de ses exportations.

Lire la suite




Derniers articles

Sports40 minutes ago

Indian Wells: Thiem entre dans la cour des grands

L’Autrichien Dominic Thiem a décroché à 25 ans le titre le plus important de sa carrière dimanche à Indian Wells,...

Monde1 heure ago

Le prince héritier saoudien a approuvé une campagne contre des dissidents, selon le New York Times

Plus d’un an avant l’assassinat du journaliste critique du pouvoir saoudien Jamal Khashoggi, le prince héritier, Mohammed ben Salmane, a...

France1 heure ago

Le pape François va devoir trancher sur l’avenir du cardinal Barbarin

Le pape François a reçu lundi au Vatican le cardinal Philippe Barbarin, plus haut dignitaire catholique français, venu lui présenter...

Sports2 heures ago

Nadia Nadim, de la fuite des talibans au sommet du foot féminin

Elle a choisi le ballon rond pour transpercer les filets de l’adversité, qu’elle prenne la forme du tissu grillagé d’une...

Monde2 heures ago

Israël: une attaque palestinienne surgit au coeur de la campagne électorale

Un deuxième Israélien a succombé à ses blessures lundi au lendemain d’une attaque imputée à un Palestinien en Cisjordanie occupée,...

France2 heures ago

« Boues rouges »: deux juges marseillais vont enquêter sur les rejets d’Alteo

Nouveau coup dur pour l’usine d’alumine du groupe Alteo à Gardanne: deux juges marseillais vont enquêter sur ses rejets, régulièrement...

Cameroun3 heures ago

Cameroun: Maurice Kamto veut-il négocier sa libération ?

Maurice Kamto se dit favorable à un apaisement du climat politique au Cameroun. Le leader du Mouvement...

Sports3 heures ago

Bleus: coup d’envoi à Clairefontaine de la campagne pour l’Euro-2020

Le rassemblement, c’est maintenant: les Bleus ont retrouvé Clairefontaine après une coupure de quatre mois, lundi pour le coup d’envoi...

Cameroun3 heures ago

Cameroun: Yaoundé dans l’attente de la reprise des activités de la Police municipale

Au terme d’un mois de suspension prescrit par le préfet du Mfoundi, les agents ne sont pas...

Business3 heures ago

La Bourse de Paris hésite sur la marche à suivre (+0,01%) à mi-séance

La Bourse de Paris hésitait sur la marche à suivre (+0,01%) lundi à la mi-journée, les investisseurs temporisant à quelques...

Advertisement

Nous suivre sur facebook