Connect with us

Getty images

Virgil Abloh, fondateur de la marque de streetwear Off-White et directeur artistique de Kanye West, a été nommé nouveau directeur de la création de mode masculine pour le label de mode français Louis Vuitton.

« Je suis ravi« , a déclaré le créateur de 37 ans au New York Times, affirmant que l’occasion était « toujours un de mes rêves les plus fous ».

Selon le site d’information, Abloh est l’un des rares designers noirs à la tête d’une grande maison de couture française.

Les autres sont Olivier Rousteing, directeur artistique de Balmain, et le designer britannique Ozwald Boateng, qui a dirigé les vêtements pour hommes Givenchy de 2003 à 2007.

Abloh présentera sa première collection homme pour Louis Vuitton en juin à la Fashion Week de Paris.

Le directeur général de Louis Vuitton, Michael Burke, a salué la «sensibilité au luxe et au savoir-faire» du designer, ajoutant qu’il serait «déterminant pour l’avenir des vêtements pour hommes de Louis Vuitton».

NOTE: Dans le but d’élargir son champ d’action, LaminuteInfo s’ouvre au journalisme citoyen. L’objectif de la politique éditoriale est d’essayer  désormais de publier des actualités concernant des événements ou faits objectifs, vérifiables et autant que possible inédits. Si vous avez des informations à partager avec les autres, alors soumettez les pour publication ICI

Advertisement
laisser un commenataire

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A la une

« Les Républicains » contre la privatisation d’ADP : la politique avant les principes

Avatar

Published

on

Dans le cadre de la loi Pacte, la majorité de droite du Sénat bloque les privatisations et notamment celle de la société Aéroport de Paris (ADP). Une posture d’opposant politique qui jure avec le programme que Les Républicains avaient soutenu lors de la candidature de François Fillon. A l’époque, un vaste programme de privatisation était ardemment défendu.

Sur le banc de l’opposition, la droite française se découvre opposée à la privatisation. De quoi faire sourire ceux qui se souviennent du programme des Républicains lors de la présidentielle de 2017. Le contexte politique est tendu. Chaque examen de loi et dossier législatif est l’occasion d’illustrer les désaccords avec l’exécutif, quitte à forcer le trait. A ce titre, la loi Pacte est un cas d’école d’escamotage politique. Depuis bientôt un an, le texte nourrit les débats. Il est devenu le point de fixation de toutes les oppositions. Mais si du côté des partis d’opposition de gauche, la critique du volet privatisation de la loi était prévisible, elle surprend nettement plus de la part de la droite. C’est pourtant le parti Les Républicains, majoritaire au Sénat, qui donne du fil à retorde à ce volet de la loi.

Ce projet de loi est présenté en Conseil des ministre en juin 2018. Il est ensuite examiné en pointillé au début de l’automne, puis validé par l’Assemblée nationale le 9 octobre. Lorsqu’il arrive devant le Sénat en début d’année 2019, son sort est très incertain. Le groupe Les Républicains y est la première force politique avec 145 sénateurs affiliés sur les 348 représentants de cette assemblée. Logiquement, le texte est rejeté le 5 février. Un destin prévisible mais contre nature puisqu’il est le résultat de l’alliance des élus de gauche avec ceux du parti Les Républicains. Inquiets d’apparaitre en position d’opportunistes politiques mettant en scène des désaccords artificiels, les représentants du parti se sont démenés avec des éléments de langages fragiles. Bruno Retailleau, patron des Républicains au Sénat, a parfaitement résumé cette position ambigüe : « Moi qui suis un libéral, je considère que privatiser un monopole, c’est donner une rente financière au privé indûment » ; a-t-il déclaré, sans convaincre.

Le plan de privatisation du candidat Fillon

Un retour en arrière s’impose. Inutile d’ailleurs d’aller chercher bien loin. Il suffit de se focaliser sur la dernière fois que le premier parti de droite avançait sous pavillon uni, c’est-à-dire la présidentielle de 2017. A l’époque si les multiples polémiques personnelles du candidat François Fillon ont mis du plomb dans l’aile de cette famille politique, le programme lui-même n’était pas remis en question. Les primaires de la droite gagnées par ce dernier, le parti Les Républicains est officiellement en ordre de bataille. Les premières mesures phares sont annoncées. Surprise, parmi les priorités de François Fillon : un plan de privatisations.

« Le pays est terriblement endetté, il va devoir faire face à la remontée des taux d’intérêt dans les prochains mois ou les prochaines années. Comment investir quand on n’a pas d’argent ? Moi je veux reprendre les privatisations, que l’Etat sorte des entreprises du secteur commercial où il n’est pas absolument nécessaire » expliquait le candidat lors de son premier déplacement dans la Sarthe en décembre 2016. Rapportée par Les Echos, cette sortie de François Fillon est d’ailleurs accompagnée d’une fine prévision du quotidien économique. Le journal précisait que ce plan de privatisation ne pourrait advenir sans une réforme législative : « Sans nouvelle loi, l’Etat ne pourrait pas descendre en dessous d’un certain seuil chez EDF, ADP ou Engie par exemple. » A l’époque, le candidat de la droite martelait que des participations de l’Etat devaient être des exceptions. Il fallait donc privatiser pour dégager des fonds pour investir. Une rhétorique qui ressemble étrangement à celle de l’exécutif pour justifier la loi Pacte. A l’époque directeur de la campagne de François Fillon, Bruno Retailleau était donc convaincu par une idée contre laquelle il ferraille aujourd’hui.

L’épouvantail « Gilet Jaunes » et le spectre des autoroutes

Les raisons de ces contorsions se trouvent peut-être du côté des élus du Parti socialiste. Dans une tribune publiée par Alternatives Economiques, le sénateur de Meurthe et Moselle, Olivier Jacquin (PS), revient sur l’union de la droite et de la gauche sur le dossier de la privatisation d’ADP. En s’attelant à l’exercice, il fait preuve de plus de sincérité que ses alliés éphémères de droite. « Il est indéniable que le mouvement des gilets jaunes, les privatisations autoroutières contestées et les péripéties de l’aéroport de Toulouse ont pesé dans ce dossier » écrit l’élu. A l’heure où les gilets jaunes occultent tout autre débat politique, soutenir un projet gouvernemental, fusse-t-il dans la lignée du programme des dernières présidentielles, serait donc inenvisageable. Les élections européennes approchent. La loi Pacte arrive à point nommé pour monter en épingle la fracture entre la droite et la majorité. Et tant pis pour la cohérence.

Lire la suite

A la une

USA : Vers une propable suspension des achats de Huawei et ZTE au Nouvel An

La Maison Blanche envisage de suspendre les achats de Huawei et ZTE au Nouvel An

Avatar

Published

on

trump-democrats-documents

Le président Donald Trump envisage d’adopter au début de l’année une ordonnance visant à déclarer une urgence nationale interdisant aux entreprises américaines d’utiliser des équipements de télécommunication fabriqués par Huawei et ZTE en Chine, ont indiqué à Reuters trois sources proches de la situation.
L’administration Trump serait la dernière en date à retirer de Huawei Technologies Cos Ltd [HWT.UL] et de ZTE Corp, deux des plus grandes sociétés d’équipement réseau en Chine, du marché américain. Les États-Unis allèguent que les deux sociétés travaillent à la demande du gouvernement chinois et que leurs équipements pourraient être utilisés pour espionner les Américains.

Le décret, qui est à l’étude depuis plus de huit mois, pourrait être publié dès janvier et enjoindrait au Département du Commerce d’empêcher les entreprises américaines d’acheter à des fabricants de télécommunications étrangers des équipements qui présentent des risques importants pour la sécurité nationale et des sources des télécommunications. l’industrie et l’administration a dit.

Bien qu’il soit improbable que l’ordre commande le nom de Huawei ou de ZTE, une source a indiqué qu’il était prévu que les responsables du Département du commerce l’interprètent comme une autorisation de limiter la propagation des équipements fabriqués par les deux sociétés. Les sources ont déclaré que le texte de la commande n’a pas été finalisé.



L’exécutif invoquerait la loi internationale sur les pouvoirs économiques d’urgence, une loi qui donne au président le pouvoir de réglementer le commerce en réponse à une situation d’urgence nationale qui menace les États-Unis.

La question revêt une nouvelle urgence alors que les opérateurs de téléphonie mobile américains recherchent des partenaires pour se préparer à l’adoption des réseaux sans fil 5G de nouvelle génération.

Cette ordonnance fait suite à l’adoption en août d’un projet de loi sur la politique de défense interdisant au gouvernement américain d’utiliser les équipements Huawei et ZTE.

La porte-parole du ministère des Affaires étrangères de la Chine, Hua Chunying, a déclaré qu’elle ne voulait pas commenter l’ordre, celui-ci n’ayant pas été officiellement confirmé.
« Il est préférable de laisser les faits parler d’eux-mêmes en ce qui concerne les problèmes de sécurité », a déclaré Hua.
« Certains pays ont, sans aucune preuve, et se servant de la sécurité nationale, supposé implicitement que les crimes politisent, voire entravent et restreignent les activités normales d’échange de technologie », a-t-elle ajouté.

« En réalité, cela se ferme sans doute, plutôt que d’être la porte à la transparence, au progrès et à l’équité. »

Huawei et ZTE n’ont pas renvoyé de demandes de commentaires. Dans le passé, les deux organisations ont nié les accusations d’espionnage de leurs produits. La Maison Blanche n’a pas non plus renvoyé de demande de commentaire.

Le Wall Street Journal signalait pour la première fois au début de mai que l’ordre était à l’étude, mais il n’a jamais été publié.

Lire la suite

A la une

Feu rouge sur l’utilisation des missiles balistiques

les États-Unis interdisent à l’Iran le travail sur les missiles balistiques nucléaires

Avatar

Published

on

CIA-Director-Mike-Pompeo

Les Etats-Unis vont pousser le Conseil de sécurité américain à durcir sa position pour empêcher l’Iran de travailler sur des missiles balistiques capables de livrer des armes nucléaires et d’effectuer des lancements d’essai, a déclaré mercredi le secrétaire d’Etat américain Mike Pompeo.
M. Pompeo a également déclaré au Conseil de sécurité qu’un embargo sur les armes imposé à l’Iran ne devrait pas être levé en 2020. Il a appelé le Conseil à mettre en place « des mesures d’inspection et d’interdiction, dans les ports et en haute mer, pour contrecarrer les efforts constants de l’Iran pour contourner les restrictions sur les armes ».
« L’Iran héberge al-Qaïda, soutient les activistes talibans en Afghanistan, arme les terroristes au Liban, facilite le commerce illicite de charbon de bois somalien au profit d’Al Shabaab, et forme et équipe des milices chiites en Irak », a déclaré Pompeo lors de la réunion sur l’application des sanctions de l’ONU sur l’Iran.
La Russie et la Chine – qui sont des pouvoirs de veto du conseil aux côtés des États-Unis, de la France et de la Grande-Bretagne – ne soutiendront probablement pas les mesures proposées par Pompeo. En février, la Russie a opposé son veto à une tentative de l’Occident de demander au Conseil de sécurité d’appeler Téhéran dans une résolution sur le Yémen.
« L’Iran héberge al-Qaïda, soutient les activistes talibans en Afghanistan, arme les terroristes au Liban, facilite le commerce illicite de charbon de bois somalien au profit d’Al Shabaab, et forme et équipe des milices chiites en Irak », a déclaré Pompeo lors de la réunion sur l’application des sanctions de l’ONU sur l’Iran.



La Russie et la Chine – qui sont des pouvoirs de veto du conseil aux côtés des États-Unis, de la France et de la Grande-Bretagne – ne soutiendront probablement pas les mesures proposées par Pompeo. En février, la Russie a opposé son veto à une tentative de l’Occident de demander au Conseil de sécurité d’appeler Téhéran dans une résolution sur le Yémen.

Lire la suite