Connect with us

Culture

Johnny Hallyday : les mille facettes d'un musicien caméléon

Avatar

Publié le

De la période yéyés avec banane blonde et fine cravate, au blouson en cuir du blues rock, en passant par les extravagantes peaux de bêtes des années 1980, Johnny Hallyday a connu de multiples métamorphoses vestimentaires et musicales.

– Le ‘king’ des yéyés –

En 1959, Johnny Hallyday publie son premier 45 tours, qui porte la mention « Américain de culture française ». Chemise à rayures et déhanchements torrides, Johnny chante des rocks tout juste débarqués des Etats-Unis. Des influences qui lui vaudront plus tard le surnom d' »Elvis français ». En 1961, son nouveau manager Johnny Starck lui impose des chansons à mélodie pour élargir son public. Le jeune blouson noir, gueule d’amour et bagarreur, devient « l’idole des jeunes ». En 1965, son mariage avec Sylvie Vartan fait du jeune couple le roi et la reine incontestés des yéyés.

– Le hippie –

Johnny s’était moqué des prémices du « flower power » en 1966 avec son « Cheveux longs, idées courtes ». Mais quelques années plus tard, le rockeur monte tant bien que mal dans le train hippie. Il interprète « San Francisco », hymne à la non-violence, puis chante que « Jésus-Christ est un hippie » sur un texte de l’écrivain Philippe Labro. C’est l’époque où le blouson noir porte pantalons scintillants, colliers de fleurs et chemise à jabot.

– Hamlet –

En 1976, Johnny publie « Hamlet », un concept-album inspiré par la tragédie shakespearienne et très marqué par le rock progressif. Le double album, qui comporte des titres comme « Ophélie, Oh folie », « L’asticot roi » et « To be or not to be », est enregistré avec un orchestre de 150 musiciens. Mais c’est un échec commercial et l’idée d’en faire un spectacle est rapidement abandonnée.

– Mad Max –

Au début des années 80, Johnny troque la tragédie classique pour le futur post-apocalyptique. Du 14 septembre au 11 novembre 1982, il investit le Palais des Sports de Paris pour un spectacle baptisé « Le Survivant », une vision rock de la fin du monde en 1997. Le spectacle est inspiré du film de science-fiction de George Miller « Mad Max », sorti trois ans plus tôt. Orages électriques, montagnes de voitures calcinées, zombies surgissant des entrailles ouvertes du plateau, le show utilise les derniers trucages à la mode. Johnny Hallyday, qui s’est mis au bodybuilding, porte une tenue faite de peaux de bêtes, mais aussi un total look cuir, avec clous et chaînes. Yeux maquillés, nuque longue, il se glisse aussi dans des vestes satinées colorées, à l’esprit plus disco.

– L’intello –

Nathalie Baye, que Johnny rencontre en 1982, change en profondeur son image, lui conseillant de modifier son apparence et de s’essayer au costume-cravate. Elle convainc Jean-Luc Godard de l’engager dans son film « Détective » (1984), sélectionné au festival de Cannes. Nathalie Baye influe aussi sur la musique, le mettant en relation avec Michel Berger, qui lui écrit « Quelque chose de Tennessee », en référence à l’écrivain américain Tennessee Williams. Le milieu intellectuel commence à le regarder différemment et l’émission culte « Les enfants du rock » lui consacre un portrait américain.

– Le retour aux sources –

Les années 1990 sont marquées par le gigantisme de ses concerts, au Parc des Princes et au Stade de France. L’époque est aux vestes en cuir sans manches, tatouages et santiags, chemises et pantalons brillants.

En 2009, Johnny frôle la mort après une opération du dos. Sorti de plusieurs jours de coma, il fait un grand ménage dans son entourage. Après un album – raté – de transition piloté par -M-, il assure vouloir tourner définitivement le dos à la « variétoche ». Salués par la critique, ses deux derniers albums adoptent un ton résolument blues rock sur des textes mélancoliques évoquant le temps qui passe.

Il renoue également avec deux complices des débuts, Eddy Mitchell et Jacques Dutronc, pour les concerts des « Vieilles Canailles ». S’inspirent du « Rat Pack », trio réunissant dans les années 50 aux Etats-Unis Frank Sinatra, Dean Martin et Sammy Davis Jr, les trois compères optent pour des costumes classiques et la sobriété du noir et blanc.

Source: AFP

NOTE: Dans le but d’élargir son champ d’action, LaminuteInfo s’ouvre au journalisme citoyen. L’objectif de la politique éditoriale est d’essayer  désormais de publier des actualités concernant des événements ou faits objectifs, vérifiables et autant que possible inédits. Si vous avez des informations à partager avec les autres, alors soumettez les pour publication ICI

Culture

La fin de NTM, effective après deux ultimes concerts à Bercy en novembre

AFP

Published

on

By

« Plus de disque ni de concert ensemble »: JoeyStarr et Kool Shen ont annoncé la fin de l’aventure NTM débutée il y a trente ans et qui connaîtra son épilogue les 22 et 23 novembre sur la scène de l’AccorHotels Arena à Paris.

« Ce seront nos tout derniers concerts », promet Kool Shen à l’AFP, assurant que le duo ne mènera plus de projet musical sous le nom de NTM. « Là, il s’agit pour nous d’envoyer la dernière salve. »

Pour lui, le mot « séparation » n’a toutefois pas lieu d’être. « Quand on parle de séparation ça induit qu’il y a un problème, or il n’y en a pas » avec JoeyStarr.

« On ne s’était jamais justifiés en 1998 quand on a commencé nos propres projets artistiques, ni après les concerts des vingt ans en 2008 puis 2010. Car à l’époque ce n’était pas la fin de NTM. Ce qui nous conduit à l’acter à présent, c’est qu’il n’y aura pas de nouveau disque. Je ne trouve pas très intéressant de monter sur scène sans proposer quelque chose de nouveau », a argué Bruno Lopes de son vrai nom.

Après leurs secondes retrouvailles, il y a pile un an, lors desquelles les deux acolytes « ont mis la fièvre » à Paris-Bercy, un 5e album studio était en préparation, avait annoncé leur entourage, tandis qu’ils sortaient en septembre un single avec Fianso, « Sur le drapeau ».

Il n’en sera donc rien. Pour JoeyStarr, « NTM c’est un truc d’émulsion. Or on est pris, chacun de notre côté tout le temps. La musique n’est simplement plus le centre de ce qu’on fait. »

Les deux rappeurs de Seine-Saint-Denis comptent toutefois finir en beauté l’aventure NTM avec une dernière mini-tournée de 14 dates.

Ils joueront cet été aux festivals Solidays à Paris (23 juin) et Beauregard à Hérouville-Saint-Clair (5 juillet), à la Rockhall de Luxembourg (6 juillet), aux Eurockéennes à Belfort (7 juillet), au Martigues Summer Festiv’halles (2 août), à la Royal Arena Bienne à Orpond en Suisse (16 août), au Festival du Roi Arthur à Bréal-sous-Montfort (23 août).

Ils se produiront ensuite en Amérique latine en novembre: à Mexico City (7), à Bogota (8) et Santiago (10), avant deux dates à Bruxelles (15) et Genève (16). Avant leurs adieux à la scène à Paris, à l’Accorhotel Arena les 22 et 23 novembre.

En quatre albums entre 1990 et 1998, Kool Shen et JoeyStarr, d’abord passés par la danse (breakdance, smurf) et le graffiti, ont fait de NTM le plus grand groupe de hip hop français.

Il y a d’abord eu « Authentik » et son brûlot prophétique « Le monde de demain », puis « 1993… J’appuie sur la gachette », avec les paroles virulentes de « Police » et « J’appuie sur la gachette » boycotté par les radios. « Paris sous les bombes » (1995) fut leur premier gros succès commercial porté par le single « La fièvre ». Avant la consécration « Suprême NTM » (1998), devenu au fil du temps un des grands classiques du rap français (800.000 exemplaires écoulés) avec ses hits « Ma Benz » et « Laisse pas traîner ton fils ».

Des textes incisifs, une production très tôt soignée, le style NTM s’est imposé, porté par deux compères sont complémentaires: à Kool Shen le flow imparable, à JoeyStarr la rage animale.

Malgré le succès, les années 2000 seront celles du silence pour NTM, JoeyStarr et Kool Shen menant une carrière solo, tout en goûtant au métier de comédien au cinéma et au théâtre.

Lire la suite

Culture

« Viens voir les comédiens »: les César dévoilent leur palmarès

AFP

Published

on

By

Qui seront les grands vainqueurs des César 2019? « Le Grand bain » et « Jusqu’à la garde », nommés chacun dix fois, font figure de favoris pour les plus prestigieuses récompenses du cinéma français, décernées vendredi soir lors d’une soirée dédiée à Charles Aznavour.

Présidée par l’actrice franco-britannique Kristin Scott Thomas, la 44e cérémonie des César se déroulera à partir de 21H00 à la salle Pleyel (diffusée en clair sur Canal+), avec Kad Merad en maître de cérémonie.

Les paris sont ouverts pour savoirqui succèdera à « 120 battements par minute » dans la catégorie reine du meilleur film.

« Le Grand bain », comédie sociale à succès de Gilles Lellouche dans l’esprit de « The Full Monty », sur des « quadras » et « quinquas » déprimés qui se lancent dans la natation synchronisée, pourrait confirmer son parcours sans faute jusqu’ici, du succès critique aux 4,2 millions de spectateurs en salles.

Face à lui, « Jusqu’à la garde », premier long métrage de Xavier Legrand et film choc sur un sujet de société difficile, les violences conjugales — qui a rassemblé moins de 380.000 spectateurs en salles — est l’autre grand favori de la soirée.

Avec toutes ces nominations, « je suis très heureux de voir toute cette reconnaissance du monde du cinéma et cette curiosité du public par rapport à mon travail », a indiqué à l’AFP le réalisateur de 39 ans, Lion d’argent de la meilleure mise en scène à Venise en 2017.

« Mais c’est très intimidant. Cela a été difficile pour moi de me rendre compte que oui, je suis réalisateur », ajoute ce comédien, qui a fait l’essentiel de sa carrière au théâtre, et avait déjà été récompensé par le César du meilleur court métrage en 2014 pour « Avant que de tout perdre ».

« Le Grand bain » et « Jusqu’à la garde » ne sont cependant pas les seuls prétendants sérieux au titre de meilleur film.

Face à eux, le western franco-américain de Jacques Audiard « Les Frères Sisters » (nommé neuf fois), le film sur l’adoption « Pupille » de Jeanne Herry (sept nominations) ou encore « La Douleur » d’Emmanuel Finkiel (huit nominations) pourraient créer la surprise.

Ces mêmes réalisateurs se disputeront le César de la meilleure réalisation, aux côtés également de Pierre Salvadori (« En liberté! ») et Alex Lutz (« Guy »).

– Redford honoré –

Du côté des acteurs, Denis Ménochet en père menaçant dans « Jusqu’à la garde » fait partie des favoris pour succéder à Swann Arlaud, couronné l’an dernier dans « Petit paysan ».

Mais il pourrait se faire voler la vedette par le bluffant Alex Lutz, méconnaissable en star de la chanson vieillissante dans « Guy », Romain Duris en syndicaliste et père quitté par sa femme dans « Nos batailles » ou Vincent Lacoste en jeune homme forcé à grandir quand sa soeur meurt dans « Amanda ».

Chez les actrices, Elodie Bouchez en candidate à l’adoption dans « Pupille », Mélanie Thierry dans le rôle de Marguerite Duras dans « La Douleur » ou encore Léa Drucker en mère apeurée devant son ex-conjoint violent dans « Jusqu’à la garde » pourraient repartir avec un trophée, après Jeanne Balibar dans « Barbara » l’an dernier.

Chez les espoirs, l’actrice Ophélie Bau dans « Mektoub my love: canto uno » d’Abdellatif Kechiche –seule nomination pour ce film– pourrait notamment l’emporter chez les filles, tandis qu’Anthony Bajon (« La Prière »), Dylan Robert (« Shéhérazade ») ou William Lebghil (« Première année »), entre autres, s’affronteront pour le titre d’espoir masculin.

Quatre acteurs du « Grand bain » (Jean-Hugues Anglade, Philippe Katerine, Virginie Efira et Leïla Bekhti) sont, eux, cités pour les César du meilleur second rôle.

Deux jours avant les Oscars, un César d’honneur sera par ailleurs remis à l’acteur américain de légende Robert Redford, 82 ans.

Le César du public, créé l’an dernier et récompensant le film ayant fait le plus d’entrées en salles, reviendra cette année aux « Tuche 3 » d’Olivier Baroux (près de 5,7 millions de spectateurs), après « Raid dingue » de Dany Boon en 2018.

Pour la première fois, un « César des lycéens » sera remis cette année, récompensant leur film préféré. Attribué par 2.000 élèves de terminale, il sera annoncé le 25 février.

Lire la suite

Culture

Musique: décès du compositeur oscarisé Michel Legrand

AFP

Published

on

By

Le compositeur de musique Michel Legrand, célèbre créateur des thèmes des films de Jacques Demy « Les Parapluies de Cherbourg » et « Les Demoiselles de Rochefort », est décédé dans la nuit à Paris à l’âge de 86 ans, a annoncé samedi son attaché de presse.

Au cours d’une carrière de plus de 50 ans qui lui a valu une renommée mondiale et trois Oscars, ce musicien touche-à-tout a travaillé avec les plus grands de Ray Charles à Orson Welles, en passant par Jean Cocteau, Frank Sinatra, Charles Trenet et Édith Piaf.

D’abord accompagnateur et arrangeur pour des chanteurs, Michel Legrand avait commencé à composer des musiques de films dans les années 60 avec l’émergence de la Nouvelle vague, travaillant pour Agnès Varda, Jean-Luc Godard, et surtout Jacques Demy.

Outre les musiques des « Parapluies de Cherbourg » et de « Demoiselles de Rochefort », qui ont lancé la comédie musicale à la française, on lui doit aussi celle de « Peau d’âne ».

Michel Legrand s’était d’ailleurs remis à sa table de travail afin de créer des musiques supplémentaires pour une version scénique de « Peau d’âne », à l’affiche depuis novembre au théâtre Marigny à Paris.

Il devait aussi donner des concerts à Paris en avril.

Michel Legrand avait obtenu trois Oscars, pour la chanson « Les moulins de mon c?ur », tirée de la musique de « L’affaire Thomas Crown » en 1969, puis pour « Un été 42 » (1972) et « Yentl » (1984).

Lire la suite




Derniers articles

Business11 minutes ago

Grand débat: le patronat veut accélérer les réformes

Moins d’impôts et de dépenses publiques, des services publics simplifiés et décentralisés: à l’issue du « grand débat », les organisations patronales...

Biodiversité16 minutes ago

Thaïlande: condamnation d’un homme d’affaires pour chasse à la panthère

Un important homme d’affaires thaïlandais accusé d’avoir tué une panthère a été condamné à seize mois de prison mardi, mais...

Non classé17 minutes ago

Indonésie: le bilan des inondations porté à 89 morts

Au moins 89 personnes sont mortes dans les inondations subites qui ont frappé la province indonésienne de Papouasie le week-end...

Santé17 minutes ago

Pour en finir avec les morsures de serpents: plus d’antivenins

Pour soigner les victimes de serpents venimeux, l’Afrique a besoin d’antivenins efficaces, d’un coût abordable et en quantités suffisantes, ce...

Sciences17 minutes ago

Stephen Hawking n’est plus mais la connaissance des trous noirs progresse

Stephen Hawking est mort il y a un an. Si les astronomes n’ont pu observer que les trous noirs s’évaporaient...

Monde17 minutes ago

L’âge des candidats à la Maison Blanche en question

Avec un trio de septuagénaires en tête des sondages pour l’élection présidentielle de 2020 et une meute de jeunes loups...

France17 minutes ago

Le pape accorde un sursis à Barbarin, qui se met en retrait pour « tourner une page »

Le pape François a accordé un répit au cardinal Philippe Barbarin en refusant sa démission dans l’attente de son procès...

Sports57 minutes ago

Tirreno-Adriatico: Roglic sacré d’un souffle devant Adam Yates

Le matelas de 25 secondes que possédait Adam Yates au départ du contre-la-montre final de 10 km à San Benedetto...

Technologie1 heure ago

Ces Cubains qui défient le gouvernement grâce aux réseaux sociaux

Critiques, insolents parfois, mais pas forcément opposants: une nouvelle génération de Cubains défie le gouvernement socialiste à travers les réseaux...

Afrique1 heure ago

Attaque de Boko Haram dans le nord-est du Nigeria: 3 morts

Trois personnes ont été tuées lors de l’attaque par des militants de Boko Haram d’une ville du nord-est du Nigeria...

Advertisement

Nous suivre sur facebook