Connect with us

Maryam al-Subaiey est qatarie, elle a 31 ans et a réalisé son rêve malgré le poids des traditions dans son pays: devenir jockey, dans un petit Etat conservateur du Golfe où les athlètes féminines restent rares.

On attendait de moi que “je devienne une femme d’affaires et qu’un jour je me marie et sois mère de famille”, explique-t-elle.

Mais elle a refusé de se plier aux conventions sociales: “Je n’ai pas à faire des choses que la société attend de moi en tant que femme”, dit celle qui, dans le passé, avait suscité une controverse dans son pays en apparaissant sans hijab lors d’une interview sur une chaîne de télévision.

C’est au grand club hippique de Doha qu’elle a réalisé son rêve, en participant à une course de chevaux appelée “Thoroughbred Handicap”, le 24 février dernier.

Casaque en soie bordeaux, casque assorti et longue tresse de cheveux bruns, elle a galopé avec sa monture “Comedy Night” en affrontant 13 autres jockeys et en finissant au 11e rang sur 14.

“Je n’arrive toujours pas à croire que je suis là, j’ai réussi (…) Je suis la première femme jockey qatarie”, a dit à l’AFP Maryam Al-Subaiey après la course.

“Mais je suis aussi ici pour toutes les femmes qataries et pour toutes les femmes du Golfe”, a-t-elle ajouté. “De nombreuses jeunes filles me disent que je les inspire. C’est ce que je veux.”

Quelques autres femmes ont déjà disputé des courses de chevaux au Qatar, dont une jockey non-qatarie et une jeune fille de 14 ans en tant qu’amateur dans un club équestre, selon des médias locaux. Mais Maryam al-Subaiey est la première Qatarie à avoir concouru à un tel niveau, selon des responsables hippiques.

– ‘Pourquoi pas ?’ –

Elle n’a pas fini sur le podium mais qu’importe, c’est sa participation qui comptait.

Et ce jour-là, de nombreux spectateurs n’ont pas caché leur surprise. “Pour être honnête, je ne pensais pas qu’il y avait des femmes jockeys ici”, a confié un amateur de courses occidental.

Maryam al-Subaiey avait déjà défrayé la chronique en 2016 lorsqu’elle était apparue, non voilée, sur la chaîne France 24 en langue arabe à Paris pour parler de la place de la femme dans son pays.

Si le hijab n’est pas obligatoire au Qatar, la grande majorité des femmes le porte.

Sur les réseaux sociaux, un commentateur avait jugé qu’elle était un “mauvais exemple” pour les femmes qataries. D’autres détracteurs l’avaient accusée de “désobéir aux ordres de Dieu”.

La jeune femme ne s’était cependant pas laissée impressionnée, revendiquant la “liberté de choisir” la façon dont elle s’habillait.

– Entraînement en Grande-Bretagne –

Tout a commencé pour elle en août 2014, alors qu’elle traversait une “période très difficile” dans sa vie. Elle venait de perdre son emploi de réalisatrice vidéo et voulait changer de voie.

Jockey, “c’est quelque chose que je voulais faire depuis très longtemps, j’adore les chevaux et je me suis dit: “pourquoi pas”?”, explique à l’AFP cette jeune femme souriante au regard vif.

Enfant, elle montait à cheval mais n’avait pas la moindre expérience de jockey jusqu’à ce qu’elle décide de changer de vie, adulte, s’entraînant jusqu’à six heures par jour au Qatar.

Elle a aussi séjourné à Newmarket, la “capitale” des courses hippiques en Grande-Bretagne, au sein de l’école de l’ancien jockey réputé Steve Smith Eccles.

Sa famille l’a appuyée dans son projet et Maryam al-Subaiey affirme avoir reçu le soutien de compatriotes, “même celui d’hommes”.

Ces dernières années, le Qatar a utilisé le sport pour accroître sa visibilité mondiale, mais la gent féminine y est encore bien peu représentée.

L’émirat gazier n’a envoyé que deux athlètes féminines aux jeux Olympiques de Rio l’an dernier, sur 38 sportifs. Aux JO de Londres en 2012, elles étaient quatre et leur participation – une première pour des Qataries – avait été le résultat de pressions des autorités olympiques sur Doha.

– ‘Têtue’ –

Alors que le Qatar a fait la Une de journaux dans le monde pour l’acquisition du club de football Paris Saint-Germain et de ses stars, pour l’organisation du Mondial-2022 de football et des Championnats du monde d’athlétisme en 2019, le grand public connaît moins son rôle croissant dans les courses hippiques.

Le riche émirat sponsorise le prestigieux Prix de l’Arc de Triomphe en France, championnat du monde du galop sur herbe dont la 96e édition a eu lieu dimanche et qui a été rebaptisé Qatar Prix de l’Arc de Triomphe.

Doha sponsorise aussi l’une des plus grandes courses de chevaux en Grande-Bretagne, connue sous le nom de Qatar Goodwood Festival.

Maryam al-Subaiey a cependant bien failli voir sa carrière s’arrêter brusquement lors de sa deuxième course au Qatar, en mars: elle est tombée et a été gravement blessée, victime notamment d’une double fracture du pelvis.

Mais cet épisode ne l’a pas fait douter de ses choix.

La jeune femme, qui se dit “têtue”, prévoit d’ailleurs de retourner à Newmarket en octobre pour poursuivre l’entraînement.

“Plus que jamais, j’ai quelque chose à prouver”.

AFP

NOTE: Dans le but d’élargir son champ d’action, LaminuteInfo s’ouvre au journalisme citoyen. L’objectif de la politique éditoriale est d’essayer  désormais de publier des actualités concernant des événements ou faits objectifs, vérifiables et autant que possible inédits. Si vous avez des informations à partager avec les autres, alors soumettez les pour publication ICI

Asie

La France n’a pas renforcé ses patrouilles dans le golfe Persique malgré les tensions iraniennes

Avatar

Published

on

© AP Photo / Fars News Agency, Ebrahim Norouzi

La déclaration intervient alors que des photos de missiles iraniens sur de petits bateaux dans le golfe Persique ont fait surface, suscitant l’inquiétude que le corps des gardes de la révolution islamique les tire sur des navires de la marine américaine.

Un porte-parole de l’actuel chef d’état-major de l’armée française a déclaré que Paris n’avait pas accru la surveillance dans le golfe Persique à sa connaissance.

Un peu plus tôt dans la journée, trois responsables de la Maison Blanche ont été cités par le New York Times, affirmant que les images suspendues montrant des missiles entièrement assemblés avaient incité Washington à intensifier sa rhétorique contre Téhéran.

Le porte-parole, le colonel Patrick Steiger, a déclaré lors d’une conférence de presse au ministère de la Défense qu’aucune conclusion n’avait été tirée concernant les prétendues opérations de sabotage contre des navires saoudiens et émiriens dans le Golfe.

Selon Steiger, des experts français sont actuellement impliqués dans une enquête sur les opérations présumées.

Lire la suite

Asie

Au moins 20 personnes piégées dans l’effondrement d’un immeuble à Shanghai

Avatar

Published

on

L’incident s’est produit dans le district de Changning à Shanghai jeudi matin. À l’heure actuelle, il n’existe aucune information officielle sur les raisons possibles de l’effondrement du bâtiment.

Selon le portail chinois d’informations ECNS, environ 20 personnes se sont retrouvées coincées sous des débris après l’effondrement d’un bâtiment commercial en cours de rénovation à Shanghai.

Dans le même temps, le journal The Paper a signalé que près de 10 personnes avaient été bloquées après l’incident, ajoutant que la surface effondrée avait été estimée à 1 000 mètres carrés, soit un tiers de l’immeuble.

Une opération de recherche est en cours. Selon les pompiers de Shanghai, 11 personnes ont été sauvées du site pour le moment.

Lire la suite

Asie

Attaque au Pakistan: des hommes armés assaillent un hôtel cinq étoiles au Baloutchistan

Avatar

Published

on

AFP

Trois hommes armés ont pris d’assaut un hôtel cinq étoiles dans la province pakistanaise agitée du Baloutchistan, faisant au moins un mort, ont annoncé des responsables.

L’attaque visait l’hôtel Zaver Pearl-Continental de la ville portuaire stratégique de Gwadar, pièce maîtresse d’un projet chinois de plusieurs milliards de dollars.

Un porte-parole de l’hôtel a déclaré qu’il n’y avait pas d’invités et peu de personnel en raison du Ramadan.

L’armée séparatiste de libération du Baloutchistan a déclaré avoir lancé l’attaque contre des investisseurs chinois et autres.

“Attendez-vous à plus d’attaques en Chine et au Pakistan”, a déclaré un compte Twitter qui prétendait être lié au groupe.

Les militants du Baloutchistan s’opposent aux investissements chinois, affirmant qu’ils ne profitent guère aux populations locales.

Que savons-nous de l’attaque?

Les hommes armés ont pris d’assaut l’hôtel, généralement populaire auprès des hauts responsables du gouvernement et des visiteurs étrangers, vers 16h50 heure locale (11h50 GMT), tuant un agent de sécurité qui avait tenté de les arrêter à l’entrée.

Les forces de sécurité sont entrées dans l’hôtel et ont pris part à une fusillade avec les militants.

En raison du mois sacré musulman du ramadan, l’hôtel n’a pas de clients et son personnel est très limité, a déclaré un porte-parole de Zaver Pearl-Continental à la BBC.

Cependant, des rapports antérieurs suggéraient que les clients de l’hôtel avaient été évacués en toute sécurité.

L’hôtel est situé sur une colline surplombant le port de Gwadar sur la mer d’Arabie, développé par la Chine dans le cadre du Corridor économique Chine-Pakistan (CPEC), un réseau de routes, de voies ferrées et de pipelines reliant les deux pays.

Sur Twitter, l’ambassade de Chine au Pakistan a condamné l’attaque, qui intervient quelques semaines à peine après le massacre de 14 personnes, dont 11 militaires, dans la région.

Où est situé l’hôtel à Baloutchistan?

Berceau d’une insurrection de longue date, le Baloutchistan est la province la plus pauvre et la moins développée du Pakistan.

Il partage une frontière large et poreuse avec l’Afghanistan et l’Iran.

Son économie est dominée par les ressources naturelles, notamment le gaz naturel, et est transformée par les grands projets d’infrastructure chinois du CPEC, qui font partie de l’ambitieuse initiative Belt and Road.

Plusieurs groupes militants opèrent dans la région, notamment les talibans pakistanais, la BLA et le groupe extrémiste sunnite Lashkar-e-Jhangvi.

Lire la suite