Connect with us

La Corée du Nord est prête à répondre par le nucléaire à toute attaque nucléaire qui la viserait, a mis en garde samedi le régime de Pyongyang, répondant indirectement au président américain qui a promis de « traiter » le « problème » nord-coréen.

S’exprimant avant le début de la gigantesque parade militaire organisée à Pyongyang à l’occasion du 105e anniversaire de Kim Il-Sung, le fondateur de la République populaire démocratique de Corée (RPDC), le N.2 du régime a promis que son pays était « prêt à répondre à une guerre totale par une guerre totale ».

« Nous sommes prêts à répliquer à toute attaque nucléaire par une attaque nucléaire de notre façon », a insisté Choe Ryong-Hae lors d’une cérémonie précédant cette parade militaire, alors que le porte-avions américain Carl Vinson et sa flotille font route vers la péninsule coréenne.

Dans une déclaration diffusée vendredi par KCNA, l’agence de presse officielle de la Corée du Nord, l’armée nord-coréenne avait quant à elle assuré que les bases américaines en Corée du Sud, « tout comme les quartiers généraux du Mal », tels que la présidence sud-coréenne à Séoul, seraient « pulvérisés en quelques minutes » en cas de guerre.

Ce discours de Choe samedi a précédé la parade elle-même, lors de laquelle des milliers de soldats ont défilé au pas de l’oie devant le leader du régime, Kim Jong-Un, après avoir patienté des heures dans des centaines de camions alignés le long des rives du Taedong, le fleuve qui traverse la capitale nord-coréenne.

– La Russie ‘très inquiète’ –

Outre la célébration du « Jour du Soleil », nom officiellement donné au jour de la naissance de Kim Il-Sung (15 avril 1912 – 8 juillet 1994), le grand-père de l’actuel numéro un Kim Jong-Un, il s’agit pour ce pays communiste isolé sur la scène internationale d’adresser un message sans équivoque aux Etats-Unis, à la Corée du Sud et au Japon sur sa puissance militaire.

Selon de nombreux observateurs, la Corée du Nord, dont le programme nucléaire est à l’origine de tensions internationales grandissantes, pourrait profiter de cette date-anniversaire pour procéder samedi à un nouveau tir de missile balistique, voire même à son sixième essai nucléaire, deux manoeuvres interdites par la communauté internationale.

Avant de promettre de « traiter » le « problème » nord-coréen, jeudi, le président Donald Trump avait annoncé l’envoi vers la péninsule coréenne du porte-avions Carl Vinson et de trois navires lance-missiles, puis évoqué une « armada » comprenant des sous-marins. Un déploiement qualifié d' »insensé » par le régime de Pyongyang.

De son côté, la Chine a averti vendredi qu’un « conflit peut éclater à tout moment »: quiconque en sera à l’origine « devra assumer une responsabilité historique et en payer le prix », a martelé le ministre chinois des Affaires étrangères, Wang Yi, répétant que « le dialogue est la seule issue ».

« Très inquiète », la Russie a de son côté appelé toutes les parties à la « retenue » et mis en garde contre « toute action qui pourrait être interprétée comme une provocation ».

– Une bombe pour avertissement –

Selon les analystes de « 38 North », un site internet qui fait autorité sur le régime communiste et qui s’appuie sur plusieurs images satellites récentes, le site d’essais nucléaires de Punggye-ri est « amorcé et prêt » à servir.

Pyongyang est pourtant sous le coup de nombreuses sanctions imposées par les Nations unies en raison de ses programmes nucléaires et balistiques et de son ambition de se doter d’un missile capable d’atteindre les Etats-Unis.

La Corée du Nord a déjà effectué cinq tests nucléaires, dont deux l’année dernière. Fin mars-début avril, la République populaire démocratique a effectué trois tirs de missiles balistiques qui ont atteint la mer du Japon.

Jeudi, une semaine après avoir frappé la Syrie, les Etats-Unis ont utilisé en Afghanistan la plus puissante bombe américaine non-nucléaire jamais larguée, surnommée « la mère de toutes les bombes ».

Le largage de cette bombe, qui intervient au moment où les tensions sont exacerbées avec Pyongyang, a été largement interprété comme un signal adressé à la Corée du Nord.

« Le vainqueur ne sera pas celui qui tient les propos les plus durs ou qui montre le plus ses muscles », a cependant insisté vendredi Wang Yi, sans citer explicitement les initiatives américaines. « Si une guerre a lieu, le résultat sera une situation dont personne ne sortira vainqueur ».

Pékin plaide depuis plusieurs semaines pour une solution dite de « suspension contre suspension »: Pyongyang doit interrompre ses activités nucléaires et balistiques et Washington ses exercices militaires conjoints avec la Corée du Sud, des manoeuvres annuelles considérées par le Nord comme une provocation.

Les Etats-Unis rejettent le plan chinois. Mais la Chine juge qu’il s’agit de « la seule option réalisable » et met Washington au défi d’avancer « une meilleure proposition ».

Le quotidien Global Times, qui suit la ligne éditoriale du journal officiel du Parti communiste chinois, a lancé un avertissement sans équivoque à Pyongyang, prévenant dans un éditorial la Corée du Nord de « ne pas faire d’erreur cette fois ».

Depuis la fin de la guerre de Corée (1950-1953), qui s’est terminée sur une armistice plutôt qu’un accord de paix, Pyongyang assure avoir besoin de l’arme nucléaire pour se protéger d’une possible invasion américaine.

Source: AFP

NOTE: Dans le but d’élargir son champ d’action, LaminuteInfo s’ouvre au journalisme citoyen. L’objectif de la politique éditoriale est d’essayer  désormais de publier des actualités concernant des événements ou faits objectifs, vérifiables et autant que possible inédits. Si vous avez des informations à partager avec les autres, alors soumettez les pour publication ICI

Asie

Christchurch prépare les sépultures des victimes de l’attentat

AFP

Published

on

By

Des dizaines de tombes étaient en cours de préparation lundi dans un cimetière de Christchurch pour accueillir les dépouilles des victimes du carnage commis dans deux de ses mosquées, alors que l’impatience monte chez les familles qui réclament les corps.

La coutume musulmane prévoit en effet l’inhumation du corps dans les 24 heures suivant le décès. Les médecins légistes ont dit espérer être en mesure de satisfaire les familles rapidement, tout en soulignant qu’ils devaient procéder avec précaution dans leur enquête sur le carnage.

Alors que la Nouvelle-Zélande essaye encore de comprendre comment le pire massacre de musulmans dans un pays occidental de l’histoire récente a pu se produire dans cet archipel réputé si paisible, des exemples d’actes d’héroïsme ou de pardon ont fait surface.

Farid Ahmad, qui a perdu son épouse Husna, 44 ans, tuée alors qu’elle aidait à sauver des fidèles, se refuse ainsi à sombrer dans la haine à l’égard de l’auteur du carnage, Brenton Tarrant, un « fasciste » autoproclamé qui a expliqué ce massacre et les deux années de sa préparation dans un long « manifeste » islamophobe de 74 pages.

Husna fait partie des quatre femmes figurant parmi les victimes âgées de 3 à 77 ans, selon une liste encore incomplète. Plusieurs victimes étaient natives de la région mais plusieurs autres étaient des immigrés originaires de pays éloignés comme l’Egypte ou la Jordanie.

A la question de savoir s’il pardonnait au tueur, Farid Ahmad a répondu: « Bien sûr. La meilleure chose, c’est le pardon, la générosité, l’amour et l’affection ».

– Tarrant veut se défendre seul –

Cette tragédie a provoqué une onde de choc en Nouvelle-Zélande, pays de cinq millions d’habitants dont 1% se disent musulmans, réputé pour sa tradition d’accueil.

Mme Ardern doit réunir lundi son cabinet pour discuter d’un éventuel durcissement des législations sur les armes.

Le gouvernement doit également prendre connaissance des conclusions des services de renseignement sur la façon dont un Australien ne cachant pas ses sympathies fascistes a pu se procurer un tel arsenal d’armes sans attirer l’attention des autorités.

De son côté, Brenton Tarrant, qui avait fait samedi lors de son inculpation le signe de reconnaissance des suprémacistes blancs, a fait part, par l’intermédiaire de son avocat commis d’office, de son intention d’assurer seul sa défense face à la Justice.

Ardern a révélé dimanche que ses services avaient été destinataires du « manifeste » du tueur, neuf minutes avant le début du carnage.

« Il n’incluait aucun lieu ni aucun détail spécifique », a-t-elle ajouté, en précisant que ce document avait été transmis aux services de sécurité moins de deux minutes après sa réception.

– Perquisitions en Australie –

Les hommages émouvants à la mémoire des victimes se sont multipliés à Christchurch, en Nouvelle-Zélande et dans le monde entier.

« Nous nous tenons aux côtés de nos frères et sœurs musulmans », peut-on lire sur une grande banderole près d’un des sites de la ville où s’empilent des fleurs dans un mémorial improvisé.

Un haka, une danse traditionnelle maorie, a été exécutée dimanche avec beaucoup d’émotion par un gang de motocyclistes néo-zélandais.

Bien que les autorités aient exhorté les habitants à reprendre le cours de leur vie, l’archipel demeure en état d’alerte.

La police a fermé dimanche soir pendant quelques jeures l’aéroport de Dunedin, la ville à 300 km au sud-ouest de Christchurch où vivait Tarrant. Mais il s’est avéré que le colis suspect qui y avait été découvert ne présentait aucune dangerosité.

En Australie, la police a perquisitionné lundi deux logements proches de Grafton, la localité de l’Etat de Nouvelle-Galles du Sud (sud-ouest) où le tireur a grandi.

« L’objectif premier est d’obtenir formellement des éléments pouvant aider la police néo-zélandaise dans son enquête », a expliqué la police australienne dans un communiqué.

– Tractopelles à l’oeuvre –

En Nouvelle-Zélande, les familles de victimes ne cachent plus leur frustration quant à l’attente des dépouilles, au point que les autorités aient dû se justifier sur la procédure.

« On fait un scan de tous les défunts, leurs empreintes sont relevées, on retire les objets qu’ils portaient ou avaient sur eux », a expliqué la « chief coroner » Deborah Marshall, qui dirige l’enquête, en précisant qu’il fallait également réaliser des empreintes dentaires et des autopsies.

Mme Ardern a cependant annoncé dimanche que tous les corps auraient été restitués mercredi. Un journaliste de l’AFP a vu des ouvriers et des tractopelles à l’oeuvre lundi matin dans le cimetière de Christchurch, sans que l’on sache encore exactement quand auront lieu les premières funérailles.

Les autorités ont également indiqué que 34 blessés demeuraient hospitalisés. Parmi eux, la petite Alin Alsati, quatre ans, entre la vie et la mort, après avoir été touchée par au moins trois balles alors qu’elle se trouvait avec son père dans la mosquée al-Nour. Son père, Jordanien également blessé, avait récemment immigré en Nouvelle-Zélande.

Le nombre de morts aurait pu être encore plus élevé s’il n’y avait pas eu des actes d’héroïsme comme celui d’Abdul Aziz, un Australien d’origine afghane qui était avec ses quatre enfants dans la mosquée de Linwood quand il s’est précipité vers le tireur.

– Réseaux sociaux sur la sellette –

Après avoir entendu un de ses fils lui crier de se mettre à l’abri dans la mosquée, Abdul s’est emparé d’un fusil vide laissé par le tueur en lui criant plusieurs fois « Viens par ici! » dans le but de l’éloigner de la mosquée.

« Je voulais juste sauver autant de vies que possible, quitte à perdre la mienne », a-t-il dit à l’AFP. Abdul Aziz a continué à poursuivre le tireur qui s’enfuyait en voiture avant d’être interpellé.

Les réseaux sociaux sont également montrés du doigt en raison de la diffusion en direct, vendredi sur Facebook, pendant de longues minutes, du carnage filmé par son auteur.

Le groupe américain est parvenu à supprimer la vidéo de 17 minutes. Mais elle avait auparavant été partagée de nombreuses fois sur YouTube et Twitter.

Dans un communiqué, Mia Garlick, une responsable de Facebook en Nouvelle-Zélande, a indiqué que son groupe avait retiré 1,5 million de vidéos de l’attaque au cours des 24 premières heures, « dont plus de 1,2 million bloquées lors de leur téléchargement ».

En attendant, un jeune de 18 ans a été inculpé lundi matin à Christchurch pour avoir relayé la vidéo mais aussi pour avoir mis en ligne une photographie de la mosquée al-Nour avec la mention « cible atteinte », et pour incitation à la violence.

Lire la suite

Asie

La « peur des rouges » relancée en Indonésie avant les élections

AFP

Published

on

By

Yanto Tjahaja était affairé dans sa petite librairie de Padang quand des soldats se sont engouffrés dans son magasin et ont confisqué une dizaine de livres dédiés au Parti communiste. Car en Indonésie, tout ce qui a trait au communisme reste tabou.

En 1965, en pleine Guerre froide, les forces du général Suharto ont mené une vaste purge visant à éliminer les sympathisants communistes, qui s’est traduite par au moins 500.000 morts dans tout l’archipel d’Asie du Sud-Est.

Le Parti communiste indonésien (PKI), considéré alors comme le troisième au monde, après ses homologues chinois et soviétique, a été éradiqué, à la grande satisfaction des Etats-Unis qui luttaient contre la propagation du communisme en Asie.

Un demi-siècle plus tard, toute influence communiste dans le pays reste un chiffon rouge. Afficher des images de Che Guevara ou des symboles comme la faucille et le marteau peut conduire en prison.

Le raid dans la librairie de Padang, en janvier, fait partie d’opérations coup de poing menées par les autorités avant l’élection présidentielle d’avril, qui semblent destinées à raviver « la peur des rouges » pour en tirer des bénéfices politiques, selon des observateurs.

« On nous a dit que les livres confisqués traitaient du Parti communiste (PKI). Mais nous ne le savions pas. On ne faisait que les vendre », a déclaré à l’AFP Yanto Tjahaja, dans sa librairie de Padang, au centre de l’île de Sumatra.

« Mon épouse et moi-même sommes toujours traumatisés. On nous a traités comme des criminels ».

– Des dizaines de librairies ciblées –

Les raids anticommunistes sont menés de façon épisodique en application d’une législation drastique qui interdit toute propagation de l’idéologie communiste ou sa représentation politique.

Ces derniers mois, des dizaines de librairies ont été ciblées, poussant les associations de défense des droits de l’Homme à en appeler au président Joko Widodo pour qu’il mette fin à ces opérations de police.

« Ces descentes ont été menées dans le seul but de donner l’impression que le gouvernement reste en alerte face au risque d’un retour du communisme », note Asvi Warwan Adam, professeur d’histoire politique à l’Institut des sciences indonésien. « C’est évidemment lié aux élections ».

Pour Ronny Augustinus, dirigeant de la librairie en ligne Marjin Kiri, le gouvernement joue sur la peur du communisme en période électorale car « tout ce qu’il cherche à faire est de se maintenir au pouvoir ».

Sur les réseaux sociaux indonésiens, l’AFP a constaté de nombreuses infox ciblant le président Joko Widodo, tout comme son adversaire à la présidentielle Prabowo Subianto, l’un comme l’autre accusés à tort de sympathies communistes.

– « Musée de la traîtrise » –

Difficile pourtant de voir le moindre signe d’une résurgence du communisme dans la troisième démocratie de la planète. L’Indonésie, qui compte la plus importante population musulmane au monde, maintient officiellement que les massacres des années 1960 étaient nécessaires pour préserver le pays d’une idéologie athée.

Le Parti revendiquait trois millions de membres à son apogée, et jouissait d’un poids politique important dans le pays devenu indépendant des Pays-Bas en 1945. Il a vu son influence grossir dans les années 60, quand des millions d’Indonésiens sont tombés dans la pauvreté.

En 1965, invoquant une tentative de coup d’Etat, le régime de Suharto élimine des millions de militants et sympathisants du PKI, ainsi que des membres de leurs familles.

Des documents diplomatiques américains déclassifiés en 2017 ont révélé que le gouvernement américain était au courant d’une purge anticommuniste sanglante décrite comme « un vaste massacre ».

Uchikowati Fauzia, la fille d’un membre du PKI qui a été emprisonné, ne peut pas oublier cette période. « Mes amis et moi étions désignés comme les filles du PKI pendant des années (…) Et jusqu’à maintenant les discriminations continuent », dit-elle.

– « Confusion et méfiance » –

Au Musée de la traîtrise du Parti communiste, fondé à Jakarta par Suharto, il n’y a pas de place pour la mémoire des victimes.

Ce musée, que des classes entières visitent toujours avec leurs enseignants, montre en diorama des scènes de torture et de violence attribuées aux communistes, et destinées à marquer les esprits.

« Les rumeurs de retour du Parti communiste me font peur », souligne un visiteur, Muhammad Hafiz, 26 ans. « Le communisme n’a pas de place dans notre pays (…) Ils étaient sans pitié et ont tué brutalement nos héros, nous devons être vigilants ».

Quand le gouvernement de l’actuel président Joko Widodo a favorisé pour la première fois un débat public sur les massacres, l’initiative a déclenché des protestations de la part de l’armée et de la police.

A Padang, Tjahaja réfléchit à fermer sa librairie alors que les clients se font rares et que son commerce est attaqué sur les médias sociaux.

« Ce sont des livres d’Histoire » qui ont été confisqués. « Si on ne les vend plus, on peut aussi bien cesser d’étudier complètement l’Histoire », se lamente-t-il.

Lire la suite

Asie

Indonésie: au moins 42 morts dans des inondations subites dans la province Papouasie

Avatar

Published

on

© AP Photo / Bedu Saini, Serambi Indonesia, File

L’agence indonésienne d’aide aux sinistrés, citée par Reuters, a confirmé dimanche qu’au moins 42 personnes étaient mortes à la suite d’inondations soudaines dans la région.

Au moins 42 personnes sont mortes et 21 autres ont été grièvement blessées dans la région de Sentani, près de la capitale de la province de Jayapura, touchée par des pluies torrentielles depuis samedi, qui ont provoqué les inondations, selon un responsable, Cory Simbolon, cité par Reuters.

Aucun autre détail n’a été révélé jusqu’à présent.

Les inondations sont courantes pendant la saison des pluies en Indonésie, de novembre à mars / avril.

Lire la suite