Un forum de femmes salue la « clairvoyance » de l’UA sur la situation burundaise - LaMinuteInfo

Un forum de femmes salue la « clairvoyance » de l’UA sur la situation burundaise

Le Forum National des Femmes du Burundi a par la voix de sa vice-présidente, Ménédore Nibaruta, salué la « clairvoyance » de l’Union Africaine (UA) qui s’oppose à l’ouverture d’une enquête sur le Burundi par la Cour pénale Internationale (CPI).

La commission d’enquête du Conseil des droits de l’homme de l’ONU sur le Burundi a rendu le 4 septembre, son rapport final et exhorté la Cour pénale internationale d’enquêter dans les plus brefs délais sur ce qu’elle a qualifié de « violations des droits de l’homme relevant du crime contre l’humanité » commises au Burundi depuis avril 2015.

Le Commissaire chargé de la paix et de la sécurité à l’UA, Smaïl Chergui, a déclaré le 8 septembre que l’UA s’oppose à l’ouverture d’une enquête sur le Burundi par la CPI, conformément à un appel récent de cette commission juridiction internationale fondée sur le « Statut de Rome ».

Le commissaire Chergui a précisé que l’Afrique dispose de sa propre juridiction, à savoir la Cour Africaine, pour statuer, le cas échéant, sur des affaires interafricaines, en terre africaine.

« Nous saluons la clairvoyance de l’UA contre l’approche insidieuse de l’occident qui cherche à installer au pouvoir ses valets et les putschistes qui craignent la voie des urnes », tel est l’un des slogans scandés en chœur par les femmes burundaises venues à cette manifestation qui a emprunté les principales artères de la capitale burundaise, rapporté par l’agence de presse Xinhua.

Dans un communiqué remis à la presse, le forum national des femmes du Burundi a dénoncé le contenu de ce rapport « dangereusement biaisé » avec derrière une intention manifeste de « jeter le discrédit » sur les institutions burundaises.  Le document fustige que ce rapport parle d’un « manque réel de volonté à lutter contre l’impunité et à garantir l’indépendance du système judiciaire ».

Ce rapport ainsi dénoncé au cours de cette manifestation, sera présenté le 18 septembre prochain à Genève par l’Algérien Fatsah Ouguergouz, président de cette commission d’enquête des droits de l’homme de l’ONU sur le Burundi.

Le 27 octobre 2016, le Burundi a signifié sa décision de se retirer de la CPI en lui reprochant « son manque d’indépendance ». Toutefois, ce retrait ne deviendra effectif qu’un an après, soit le 27 octobre prochain.

(AIP)

kam

 

Source: AIP

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *