Recyclage des emballages: débuts difficiles pour l’éco-organisme Léko - LaMinuteInfo

Recyclage des emballages: débuts difficiles pour l’éco-organisme Léko

La société Léko, agréée en mai par l’Etat pour gérer les déchets d’emballages ménagers à partir de l’an prochain, a annoncé jeudi avoir besoin de trouver « de toute urgence » les financements nécessaires à son lancement.

Actuellement, la gestion des déchets d’emballages ménagers est sous la responsabilité d’un unique éco-organisme, Eco-emballages, mais elle sera ouverte à la concurrence à partir de 2018 et trois éco-organismes (Léko, Eco-emballages et Adelphe) ont été agréés en mai dernier par l’Etat.

Créée en octobre 2016, Léko a été financée jusqu’ici par ses actionnaires fondateurs: trois organisations professionnelles, (Adepale, Group’Hygiène et Ficime), deux metteurs sur le marché d’emballages (Cérélia, La Toque angevine) et des acteurs du recyclage (Valorie, filiale de l’allemand Reclay) et de l’emballage (France Emballage).

Cet apport devait être complété « par d’autres apports financiers provenant de prêts d’établissements bancaires et d’avances d’éco-contributions de metteurs sur le marché de produits emballés », mais ces ressources « n’ont pu être rassemblées à ce jour », explique Léko dans un communiqué, sans préciser les montants recherchés.

L’éco-contribution est ce que reversent chaque année les metteurs sur le marché d’emballages à l’éco-organisme auquel ils sont affiliés. Cette somme permet de financer la mission d’intérêt général du traitement des déchets concernés.

Au moment de sa création, Léko affirmait être soutenue par 650 entreprises représentant 135 millions d’euros d’éco-contributions, soit 20% du marché.

« On a commencé à démarcher un certain nombre d’entreprises et notamment des metteurs en marché pour pouvoir avoir des avances sur éco-contributions. Il se trouve que ça prend un peu plus de temps que ce qu’on voulait », a expliqué à l’AFP Steve Lawson, président de Léko.

Il avance notamment les temps de décision longs dans certaines entreprises pour valider le changement d’éco-organisme ou encore la difficulté à présenter un barême totalement finalisé des éco-contributions étant donné « les contraintes » du cahier des charges imposé par l’Etat.

La société se donne jusqu’à mi-septembre, avant un nouveau point d’étape de son conseil d’administration.

La collecte des emballages ménagers a été quasiment stable en 2016 en France avec 3,3 millions de tonnes (+1%), par rapport aux 4,9 millions de tonnes mises sur le marché, selon le bilan annuel d’Eco-emballages.

La France est globalement en retard dans ce domaine par rapport à ses voisins européens.

Source: AFP

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *