Pays Basque : un suspect interpellé pour le meurtre violent d’une femme enceinte - LaMinuteInfo

Pays Basque : un suspect interpellé pour le meurtre violent d’une femme enceinte

Selon des  informations M6, l’homme a été interpellé ce dimanche 17 septembre au Boucau (Pyrénées-Atlantiques). Son ADN correspond avec celui retrouvé sur les lieux du meurtre de la femme enceinte de huit mois.

L’homme arrêté est un SDF, déjà connu pour des faits de vol, d’après nos informations. Il a été interpellé au Boucau, à une vingtaine de kilomètres d’Ustaritz où s’est déroulé le meurtre de la victime de 23 ans.

D’après France 3, le suspect a été interpellé après une course poursuite.  Son camion se serait encastré dans un garage.

Le même ADN
Selon nos sources, des tests ont révélé que son ADN correspond à celui retrouvé sur les lieux du crime, où a été découverte la jeune femme de 23 ans, dans la soirée du mercredi 13 septembre.

Elle était décédée à son domicile, nue sur son lit,  quand son compagnon a fait la macabre découverte. C’est lui qui a prévenu les secours.

“Un crime particulièrement violent”
“Le corps se trouvait sur le lit de la chambre à coucher, les poignets et les chevilles ligotés, les yeux bandés, et bâillonnée avec des torchons”, avait indiqué le procureur de la République de Bayonne. Il avait évoqué “un acte criminel particulièrement violent sur une personne vulnérable”.

En effet d’après les premières constatations, le corps était marqué de “traumatismes violents et répétés”, notamment au visage avec une fracture du nez. L’autopsie pratiquée sur la victime a établi qu’elle avait été asphyxiée par le bâillon qu’elle avait dans la bouche, a précisé le parquet vendredi.

Pas d’effraction constatée
Originaire de Béziers, et élève infirmière à Bordeaux, la jeune victime prénommée Mélodie logeait depuis quelques semaines au domicile de sa mère, à Ustaritz. Enceinte de huit mois, elle avait décidé de passer ses dernières semaines de grossesse là-bas.

Aucune trace d’effraction ou de vitre brisée n’a été découverte par les gendarmes. L’enquête est menée par la Section de recherche de la brigade de gendarmerie de Pau.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *