Manchester: semi-marathon sous surveillance, prêches contre la peur - LaMinuteInfo

Manchester: semi-marathon sous surveillance, prêches contre la peur

Petites foulées et étirements dans Manchester avant le départ du traditionnel semi-marathon dimanche, sous le regard soucieux de policiers armés. Au même moment, dans les églises, résonnaient des appels à « ne pas céder à la peur », près d’une semaine après l’attentat qui a endeuillé la ville.

Dossards épinglés sur les T-shirts, petits shorts noirs, les coureurs de Manchester sont fin prêts et un peu nerveux. « C’est la première fois que je cours cette distance (21,097 km, ndlr), je me sens à la fois stressée et ravie. Avec une dose d’émotion supplémentaire, après ce qui s’est passé cette semaine », reconnaît Mabel Grimshaw, 40 ans.

Ian McLellan, 45 ans, court depuis une dizaine d’années. « Se montrer unis et ne pas laisser (les terroristes) gagner, c’est pour ça que je suis là », confie-t-il à l’AFP. « L’ambiance est top », en dépit de la grisaille et des gouttes éparses de pluie, se réjouit-il.

Sur la ligne de départ, quelques costumes de super-héros ou de pompiers parmi les coureurs rendent hommage aux secouristes qui ont aidé des dizaines de blessés après l’attentat lundi soir dans une salle de concert de la ville, qui a fait 22 morts.

Au son des cloches, l’assemblée plonge dans le silence, rompu une minute plus tard par des applaudissements. La chanson du groupe Oasis, « Don’t look back in anger » (ne rumine pas ta colère, ndlr), devenu un refrain emblématique cette semaine dans la ville natale de ce groupe légendaire, est diffusé par hauts-parleurs, repris par quelques voix dans la foule.

A la même heure, un vigile fouille les sacs à l’entrée de la cathédrale de Manchester, clairsemée pour l’office. A quelques centaines de mètres, dans la modeste église anglicane St Ann’s au pied de laquelle s’amoncellent les fleurs depuis l’attentat, un prêtre en soutane accueille chaleureusement des dizaines de fidèles.

– ‘Défiance et bonté’ –

Dans ce lieu généralement, on prie pour les réfugiés, les victimes de la guerre, rappelle le recteur Nigel Ashworth, qui a livré une homélie forte et engagée. « Cette semaine c’est ici qu’il a fallu faire face à un mal très profond », dit-il à l’assemblée.

« On aurait préféré que cela n’arrive pas chez nous, mais désormais qu’allons nous faire ? », demande le prêtre, appelant à « la détermination » et à « la bonté ».

Rappelant que la police avait dénombré un nombre plus important d’agressions racistes en Grande-Bretagne depuis l’attentat, le recteur Ashworth a condamné ces réactions « face à un acte atroce, engendré par la haine et une ignorance crasse ».

Au lieu d’être « destructifs », il a loué « l’esprit des Mancuniens, qui malgré « le choc et le chagrin », « se réunissent pour construire » et font preuve de « solidarité », comme l’attestent les multiples initiatives mises en place pour soutenir les familles des victimes.

« Nous ne céderons pas à la peur », a-t-il ajouté, appelant à faire confiance « d’abord à Dieu, puis à la ville » de Manchester, qui a montré cette semaine « un esprit de défiance et de bonté ».

« Des milliers » de personnes ont poussé les portes de St Ann’s pour prier et trouver un peu de réconfort, a-t-il rappelé, avant ou après avoir déposé bouquets, peluches, dessins et messages sur la place jouxtant l’église.

Les pompiers sont même intervenus quand la fumée de trop nombreuses bougies a déclenché l’alarme incendie, a-t-il rappelé sur le ton de la plaisanterie, alors que le cliquetis des pièces déposées dans des boîtes métalliques, avant d’allumer des cierges, résonne à intervalle régulier pendant son homélie.

Source: AFP

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *