En Syrie, des chrétiens syriaques accueillent leur nouvel évêque emplis d'espoir - LaMinuteInfo

En Syrie, des chrétiens syriaques accueillent leur nouvel évêque emplis d'espoir

Les syriaques orthodoxes de Hassaké, ville du nord-est de la Syrie, ont célébré samedi l’arrivée du nouvel évêque de leur communauté, quatre ans après que le dernier eût fui le pays.

Depuis son déclenchement il y a six ans, la guerre en Syrie a déplacé plus de la moitié de la population. Dans certaines régions, les chrétiens ont été particulièrement ciblés par les jihadistes du groupe Etat islamique (EI) qui ont détruit et profané nombre d’églises et de symboles chrétiens.

Pour les fidèles réunis samedi dans la cathédrale Saint-Georges à Hassaké, l’arrivée de l’archevêque Maurice Amseeh est un signe de résistance de leur communauté, malgré la guerre.

« Il est vrai que beaucoup de gens sont partis, mais nous sommes toujours là, et ce qui s’est passé aujourd’hui est la preuve que nous sommes encore ici dans ce pays et que nous resterons », a déclaré Jenny Hakop, étudiante de 23 ans.

L’assemblée a lancé des cris de joie alors que le nouvel archevêque bénissait les fidèles, vêtu d’une imposante chasuble bleue et blanche brodée de fils d’or.

« Sans évêque, un troupeau perd son chemin », a affirmé Georgette, une enseignante de 37 ans, exprimant l’espoir que Mgr Amseeh aidera à revitaliser l’église.

Le mandat officiel du nouvel évêque s’étend à la communauté syriaque orthodoxe dans la région d’al-Jazira et de l’Euphrate (nord-est), y compris la province de Deir Ezzor, en grande partie sous le contrôle de l’EI.

« Dès que Deir Ezzor sera libéré du terrorisme, je m’y rendrai en pèlerinage pour reconstruire les bâtiments et soutenir la population », a assuré Mgr Amseeh à l’AFP.

Une grande partie de la province de Hassaké et de la ville éponyme font partie d’une « administration autonome » kurde. Le régime syrien contrôle lui certaines zones.

Une grande photo du président Bachar al-Assad était accrochée à l’extérieur de l’église.

Les syriaques, qui suivent la tradition des chrétiens d’Orient, prient en araméen. Cette communauté se divise en deux branches –orthodoxe et catholique– et constitue environ 15% des 1,2 million de chrétiens de Syrie.

Avant le début du conflit en mars 2011, les chrétiens, issus de 11 communautés différentes, représentaient environ 5% de la population.

Plus de 330.000 personnes ont été tuées en Syrie depuis le début de la guerre.

Source: AFP

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *