Côte d’Ivoire/ Le plan d’opérations 2017-2020 du projet de protection de la biodiversité du PNC validé - LaMinuteInfo

Côte d’Ivoire/ Le plan d’opérations 2017-2020 du projet de protection de la biodiversité du PNC validé

Bondoukou, 13 août (AIP)- L’Office ivoirien des parcs et réserves (OIPR) et ses partenaires ont validé samedi à Bondoukou, le plan d’opérations 2017-2020 du projet de Protection de la biodiversité du parc national de la Comoé (PNC).

La surveillance, le suivi écologique, l’appui à la population riveraine et la réalisation d’infrastructures constituent, entre autres, les axes majeurs de ce plan d’opérations 2017-2020 du projet de Protection de la biodiversité du parc national de la Comoé.

Démarré en janvier 2017, ce projet qui prend fin en 2020 a été financé par la Coopération financière allemande (KFW) et l’Etat de Côte d’Ivoire à hauteur de plus de 10 milliards de francs CFA. Il vise à assurer la gestion durable du PNC en étroite collaboration avec la population riveraine et d’autres partenaires locaux pour contribuer à la conservation de la biodiversité.

Saluant l’équipe de pilotage du projet pour sa contribution, le directeur général de l’OIPR, le colonel Tondossama Adama a souligné que la planification qui est mise en place permettra à sa structure d’atteindre son objectif, celui de la conservation du parc national de la Comoé.

« La KFW a décidé d’accompagner spécifiquement le PNC dans le cadre de ses activités de surveillance et de gestion du parc pour une meilleure conservation car pour la Coopération allemande la préservation de l’environnement est un domaine de coopération dans le monde », a indiqué, pour sa part, le chef de la mission d’assistance technique à la KFW, Mathieu Lefèbvre.

Situé au Nord-Est de la Côte d’Ivoire, le parc national de la Comoé a une superficie de 1 149 450 ha. Il fait partie des plus grands parcs d’Afrique de l’Ouest qui renferme une variété d’habitats constituant l’assise d’une grande diversité d’espèces animales sauvages. Sa richesse éco-systémique, floristique et faunique a milité en faveur de son classement en 1982 comme réserve de biosphère et en 1983 comme bien du patrimoine mondial de l’UNESCO.
(AIP)
ns/cmas

Source: AIP

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *