Côte d’Ivoire/ Le Lycée moderne de Blolequin plongé dans un état de dégradation avancé (Reportage) - LaMinuteInfo

Côte d’Ivoire/ Le Lycée moderne de Blolequin plongé dans un état de dégradation avancé (Reportage)

Blolequin  (AIP) – Situé à l’extrême Sud de la ville de Blolequin, sur le chemin menant à la ville de Toulepleu distante de 60 km, le Lycée moderne de Blolequin, par son aspect, rappelle la volonté du premier président de la Côte d’Ivoire, Félix Houphouët-Boigny, de donner la chance à tous les enfants de son pays, sans exclusion, d’étudier dans les meilleures conditions. Son cadre avec une grande cour bordée d’arbres et quelques vestiges du passé trouvés sur place montrent que ce lycée a fait la fierté du département, longtemps avant la crise. Créé en 1998, cet établissement scolaire était doté des commodités adéquates dont des terrains de sport, des matériels didactiques.

Mais aujourd’hui, force est de constater que le Lycée moderne de Blolequin, à l’instar de la plupart des écoles de l’Ouest de la Côte d’Ivoire, est fortement marqué par les affres de la crise militaro-politique déclenchée en 2002. C’est dans le dénuement que enseignants, personnels d’encadrement, responsables de l’administration essaient, bon an mal an, de transmettre le savoir et la connaissance aux 2000 élèves que compte le lycée.

Selon le proviseur trouvé sur place, Gommé Ange, depuis la crise de 2002, le lycée est sinistré. « Au cours de la crise de 2002, le lycée a été pillé. Et nous manquons de tout. Tout est à refaire ici», a-t-il déploré devant l’AIP.

Un manque criant d’infrastructures 

Le lycée est fouetté par un coup de vieux. Les bâtiments tombent en ruine. Les herbes envahissent la cour, le temps et les intempéries ont lessivé les murs et la poussière rouge a pris la place de la peinture. En outre, selon le proviseur, les salles de classe ne sont pas électrifiées, sinon le lycée n’est pas éclairé à 100%, seul le bureau du proviseur l’est. Il n’y a pas d’infirmerie.

Aux dires du proviseur, les problèmes d’infrastructures du lycée inquiètent les enseignants, les personnels d’encadrement, les responsables de l’administration et les populations. Une visite guidée par le proviseur et son censeur, a permis d’en faire le constat. Dans les quatre bâtiments que compte le lycée, sur 16 salles de classes, trois laboratoires. En conséquence, les élèves sont agglutinés dans des salles, en surnombre. La classe de 1ère A, par exemple, contient 110 élèves qui s’asseyent à trois ou à quatre par table-banc.

« Il n’est pas rare, à cause de la proximité, de constater que plusieurs élèves ont les mêmes réponses à un devoir et la même note», remarque le censeur. Les responsables du lycée évoquent aussi le problème de la clôture. «C’est un gros problème pour la sécurité au sein du lycée. Il y a aussi qu’en l’absence d’une clôture, les moutons, les bœufs et les ânes flânent dans l’école, perturbant ainsi la quiétude des élèves. Plus grave, les habitants n’hésitent pas à traverser le lycée parfois à moto pour aller au champ», regrette Hirié Bi Eric, un enseignant.

Un déficit de personnel pour une pléthore d’élèves

A part le personnel enseignant qui a été étoffé par l’affectation récemment de 10 enseignants, les besoins en personnel au lycée, selon le proviseur, sont énormes. Au niveau du personnel d’encadrement, il n’y a pas d’inspecteur d’éducation. Il n’y a pas d’infirmerie, « Jusque-là, on ne nous a jamais affecté un infirmier », déplore-t-il. En plus, il n’y a que deux éducateurs. «On a encore besoin d’éducateurs et de conseillers d’éducation.»

Du matériel didactique inexistant

Le proviseur est catégorique. « Tout a est à refaire au Lycée moderne de Blolequin, nous n’avons même pas de laboratoire équipé, les labosn’ existent de nom», ce qui fait que les enseignants de sciences physiques et de SVT (sciences de la vie et de la terre) sont obligés de ne donner que des cours théoriques, sans faire de l’expérience.

Pour le proviseur, cette situation perdure et c’est préjudiciable à une bonne étude des enfants. « On a toujours fait des demandes. On nous a toujours répondu que la situation est difficile depuis longtemps donc on attend… ».

A Blolequin, former les enfants est un parcours du combattant, et les difficultés qui minent le Lycée moderne impactent négativement le rendement des élèves. Pour l’année scolaire 2016/2017, le lycée a obtenu un taux de réussite de 86% au BEPC et 31% au Baccalauréat, toutes séries confondues. On déplore aussi 17 grossesses au sein de l’établissement, souligne le premier responsable du Lycée.

(AIP)

(Par Silvère Gaël Bossiei)

sgb/cmas

Source: AIP

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *