Athlétisme: les Etats-Unis et Felix au top - LaMinuteInfo

Athlétisme: les Etats-Unis et Felix au top

Les Etats-Unis, profitant de la suspension de la Russie pour dopage institutionnalisé et de l’effondrement du sprint jamaïcain dans la foulée d’Usain Bolt, ont largement dominé la 16e édition des Championnats du monde d’athlétisme, du 4 au 13 août à Londres.

Les températures fraîches, la pluie mais aussi les effets d’une année post-olympique et les contrôles antidopage peuvent expliquer des performances en retrait.

. Bolt recalé

Les Mondiaux londoniens resteront avant tout ceux des adieux de Bolt à la piste. La plus formidable machine à sprinter jamais vue a pourtant raté son dernier rendez-vous, transformé en deux combats de trop. A court de préparation, il n’a pris que le bronze au 100 m. Son premier échec depuis 2007 en grand championnat, si on excepte l’élimination pour faux départ en finale du 100 m aux Mondiaux de Daegu (Corée du Sud), en 2011. Et, samedi soir, foudroyé par une crampe, la légende n’a pas terminé le relais 4X100 m.

. USA first

Au tableau des médailles, les Etats-Unis ont écrasé la concurrence, avec 30 médailles, dont en 10 or, et quasiment trois fois plus que le Kenya (11), meilleure nation en demi-fond et deuxième au classement. Les Américains ont bien connu quelques ratés, notamment au 100 m haies, mais ils ont aussi continué à densifier leur demi-fond, il n’y a pas longtemps encore leur talon d’achille. A preuve, Emma Coburn et Courtney Frerichs ont réalisé un doublé des plus inattendus au 3.000 m steeple. Et, en sprint, le +dernier+ Bolt, au terminus de sa carrière, ne leur faisait plus peur.

. La chute de la Jamaïque

Habituée depuis dix ans à se goinfrer d’or en sprint avec la légende Bolt (19 médailles d’or entre JO et Mondiaux!) et ses filles, la Jamaïque est tombée de haut. Après deux saisons de blessures, Yohan Blake, partenaire d’entraînement et dauphin de Bolt aux Jeux de Londres-2012 sur 100 et 200 m, n’a pas confirmé son retour en forme annoncé par des chronos prometteurs au printemps. Et Elaine Thompson, la double championne olympique de Rio (100/200 m), n’a pris que la 5e place du 100 m.

. Doublés en berne

Le Sud-Africain Wayde Van Niekerk, champion olympique et détenteur du record du monde du 400 m (43.03), a bien conservé son titre sur le tour de piste mais il n’a pu finaliser sa quête du doublé, devancé sur 200 m par le Turc Ramil Guliyev (20.11 contre 20.09). « Je savais que ce serait difficile, six courses en six jours », a souligné un +WVN+ à visage humain. Engagée dans le même défi que Van Niekerk, la Bahaméenne Shaunae Miller-Uibo n’a récolté que le bronze sur 200 m. Autre coup de tonnerre, le héros local Mo Farah a manqué un nouveau doublé en demi-fond long (10.000/5000 m), vaincu par la fatigue et la tactique d’équipe des Ethiopiens sur 5000 m. Enfin, l’Ethiopienne Almaz Ayana, qui n’avait pas couru avant les Mondiaux, a certes gagné le 10.000 m, mais a fini deuxième sur 5000 m.

. Stade plein, ambiance au top

Un total de 705.000 billets vendus pour un stade olympique quasiment plein lors des sessions matinales et complet le soir: les Mondiaux londoniens ont été un réussite d’affluence. Si Bolt a été ovationné et chéri, si les Britanniques ont bénéficié d’un soutien inconditionnel, tous les concurrents ont insisté sur l’ambiance fantastique.

. Faits divers

Le Botswanais Isaac Makwala a couru seul au couloir 7, sous la pluie, sa série du 200 m qu’il n’avait pu disputer la veille à cause d’une gastro-entérite. Pour faire taire la polémique qui enflait -Makwala étant le principal adversaire de +WVN+-, la Fédération internationale (IAAF) avait repêché le trentenaire.

Beatrice Chepkoech a oublié, elle, de sauter la rivière du 3000 m steeple. Obligée de revenir en arrière, la Kényane a réussi à recoller au peloton mais a payé ses efforts à la fin, pour terminer au pied du podium. La Serbe Ivana Spanovic avait fait mieux au 6e essai que les 7,02 m qui ont valu l’or à l’Américaine Brittney Reese. Mais c’est la marque de son dossard, mal épinglé, qui a été mesurée à 6,91 m. La pauvre Ivana, quatrième, n’a eu que ses yeux pour pleurer. Dura lex sed lex.

asc

Source: AFP

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *